AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Suzu Eiri

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage


Invité

Invité
Invité


MessageSujet: Suzu Eiri   Lun 23 Aoû - 17:42


|-¤- Personnage -¤-|

:: Eiri, Suzu ::

Spoiler:
 

Aya Brea, from Parasite Eve


:: Nom et prénom :: Eiri, Suzu
:: Âge :: 18 ans ; née en septembre sous le signe de la Vierge ; Cheval de Terre dans l'astrologie choinoise
:: Type :: Sorcière
:: Secret ::
Spoiler:
 
:: Statut :: Élève.
:: Pouvoir(s) :: En tant que sorcière, Suzu possède trois pouvoirs.
  • Folle Efflorescence
    La terre est partout et elle porte en elle les germes de la fertilité. Ce sont ces graines que la jeune fille peut faire pousser : elle contrôle la pousse des plantes car elle possède une affinité particulière qui l'amène à communiquer avec elles.

  • En apesanteur !
    De tout temps, les hommes ont constaté qu'ils étaient incapables de voler ; s'ils l'étaient, ils subissaient malgré tout l'assaut de la pesanteur. Notre sorcière a le pouvoir de s'en débarrasser : si elle se concentre, elle peut faire léviter des objets (jamais trop lourds), ou son propre corps. Voire celui des autres.

  • CALL ME QUEEN !
    Son pouvoir le plus puissant et difficile à contrôler, car il s'accompagne d'un passage en Eve. Cette dernière a, pour quelques minutes, le pouvoir de contrôler une personne bien précise en s'immisçant dans son esprit. La victime perd tout libre arbitre et se plie aux ordres de sa maîtresse. Eve peut ainsi mettre à sa solde une cible bien déterminée tant qu'elle est dans son champ de vision et qu'elle a déjà pu la toucher auparavant, que ce soit sous Suzu ou sous Eve. Ce pouvoir ne dure pas longtemps : au bout de quelques minutes, les premières séquelles peuvent se faire ressentir : saignements, épuisement, perte de la parole. Si la détentrice décide de poursuivre son emprise mentale malgré ces avertissements, elle sera victime de séquelles irréversibles.


# Description Psychique :
Comment définir un être instable par nature ?
Suzu n'a pas fort caractère. Au contraire, c'est une jeune femme plutôt effacée. Elle ne parle pas beaucoup – sauf lorsqu'il s'agit de choses importantes. Elle est très réceptive et attentive à son environnement, et les miracles quotidiens l'émerveillent toujours.
On peut dire que c'est une jeune femme très discrète, oui. Elle n'aime pas être le centre de l'attention car elle se sait maladroite : elle est souvent victime de dame Confusion. Si on ne la voit pas, ça l'arrange. Cette attitude réservée et timide passe pour du snobisme, mais ce n'en est pas. Suzu pense, au contraire, que chaque être mérite qu'on s'intéresse à lui et qu'on le découvre. Elle n'a pas appris à faire un pas vers l'autre, tout simplement. Cette démarche l'effraie.
Ce comportement la fait passer à côté de beaucoup de choses et elle le sait, mais n'a pas envie de changer car cela lui convient très bien ainsi.
Notre sorcière ne rejette personne. Elle sait combien ça peut être douloureux et elle s'abstient de se montrer désagréable ou méchante lorsque ce n'est pas nécessaire, sans pour autant faire preuve d'affabilité et de sympathie. Elle est plutôt neutre avec ceux qu'elle ne connaît pas, en fait. Tant qu'elle sera pas certaine de ne pas souffrir, tout ira bien. Mais dès l'instant où elle se sent trahie, elle se renferme sur sa coquille et se carapate. Elle a tendance à d'abord fuir les problèmes, puis à les régler ensuite.
Lâche ? Oui, un peu, je vous l'accorde. Mais lorsqu'elle doit régler ses comptes, elle ne passe pas par quatre chemins. Sa franchise peut d'ailleurs surprendre : ce petit être fragile semble incapable de vous jeter vos quatre vérités au visage. Et pourtant. Lorsqu'elle n'aime pas quelque chose, elle le fait comprendre. Mais lorsqu'on empiète sur ses plates-bandes ou qu'on la rabaisse, Suzu se montre impitoyable et sans cœur. Elle applique très rigoureusement la loi du talion : œil pour œil et dent pour dent. Ses vengeances sont terribles dans la mesure où elles sont dix, vingt fois pires que l'offense commise. Son sens de la justice est très personnel.
Ce trait de caractère est hérité d'Eve. La seconde personnalité de Suzu. Elle lui est littéralement opposée. Explosive serait le bon mot.
Eve se fiche bien de ce que pensent les gens. Elle est enfermée dans ce corps et fait parfaitement comprendre à son autre « moi » que ce fait ne lui plaît pas. Les seuls moyens qu'elle a de prendre le contrôle, est d'attendre une quelconque perte de conscience ou une immense colère. Dès l'instant où cela se produit, une petite faille s'ouvre et c'est par celle-ci qu'Eve se faufile avant d'étouffer l'autre, l'oie blanche. Ce changement est non seulement mental, mais aussi physique. Le pouvoir magique de ce corps est grand, et la personnalité sombre le sait. Elle l'utilise à pleine puissance, là où Suzu n'en aurait utilisé qu'un tiers.
Eve déteste ce corps d'emprunt. Elle déteste tout autant son propriétaire. Et c'est réciproque. Elle se comporte de la façon la plus mauvaise et perverse qu'il soit. Elle détruit ce que l'autre aime, par pur plaisir, ruine chaque effort qu'elle aura effectué, anéantit les moindres relations qui auraient pu se tisser.
Ceci n'est qu'un bref aperçu de la seconde personnalité de Suzu. Il serait trop long de tout lister ; on oublierait encore des choses. Il faut simplement savoir qu'Eve, lorsqu'elle est de sortie, veut voir le sang et les larmes couler.


# Description Physique :
Suzu est plutôt grande, pour son âge. Un beau mètre soixante-quinze qui rend jaloux les garçons qu'elle dépasse. Elle est aussi relativement mince. Bien sûr, elle a peut-être de jolies poignées d'amour, mais pas grand-chose. Amatrice de sport depuis plusieurs années, elle s'efforce de rester en forme et d'éliminer chaque parcelle de graisse. Elle apprécie notamment le saut en hauteur et l'endurance : lorsqu'il s'agit de repousser ses limites physiques, elle ne tarit pas d'efforts. Elle a conservé une jolie peau de pêche depuis son enfance, d'une couleur sable. Elle ne bronze pas, mais ne blanchit pas davantage. Son grain de peau est aussi très affiné.
Ses cheveux, eux, sont blonds platine. Quelques mèches, plus dorées, sont parsemées çà et là. Relativement fins, soyeux, lisses et brillants, ils sont mi-longs, coupés en un joli dégradé dont les pointes viennent chatouiller le creux de son dos. Une jolie frange très légère retombe sur son front, tandis que deux mèches encadrent son visage.
Ce visage, ah ! Assez anguleux, il faut l'avouer. Mais les contours restent doux. Un front un peu large, deux jolis sourcils régulièrement épilés pour conserver leur forme originelle, puis enfin, des yeux bleus. Bien sûr, c'est très cliché, une blonde aux yeux bleus. Mais c'est toujours très joli à voir. Chaque iris est un puits sans fond dans lequel s'agiterait sereinement l'océan azur. Comme ils captent très bien la lumière, ils peuvent devenir très clairs, mais aussi très sombre. Tout dépend du climat. Les cils bruns de la blondinette mettent en valeur les saphirs qui vous observent avec droiture. Elle a les yeux revolvers, j'ai envie de dire.
Ses joues fraîches, légèrement galbées, forment de belles courbe bien fournies. Suzu possède également des lèvres plutôt pulpeuses – à son grand malheur. Elles sont de pêche, en ont la texture et la couleur.
Enfin, pour clore ce portrait, un menton nullement effacé, lui, mais assez prononcé. On dit que c'est le signe d'un grande volonté et détermination.
Son style vestimentaire ? Il est plutôt sobre. Suzu aime les choses unies et près du corps, qui lui octroient une grande liberté de mouvement. Sa garde-robe est pleine de jeans, pour la plupart noirs ou blancs, de débardeurs ou de tuniques, toujours dans des tons neutres. Elle a plusieurs tenues de sport, selon les saisons.
Elle n'est pas très coquette, c'est vrai. Elle ne se maquille pas beaucoup, tout juste du khôl aux yeux, ce qui durcit considérablement son regard. Mais elle aime bien les bijoux. Les colliers au ras du cou, notamment : elle porte souvent son préféré : en soie couleur taupe, il y est tissé une rose en argent. Elle aime beaucoup ce métal précieux, et ses petites boucles d'oreilles sont des perles d'argent. Elle aime la joaillerie fine et discrète.
On peut terminer en décrivant sa musculature. Suzu n'a pas d'horrible muscles saillants, ils sont presque imperceptibles lorsqu'elle ne fournit pas d'effort particulier : on devine tous juste le contour d'un biceps. Mais lorsqu'elle s'en sert, elle déploie une force étonnante pour uen jeune fille de cet âge et de ce gabarit.


# Histoire :
« Tu es notre fierté. »
Septembre. Monsieur et madame Eiri sont à l'hôpital, dans la province de Satsuma, île de Kyushu. Madame est japonaise, elle est allongée dans le lit, se contractant et hurlant de douleur. Monsieur, lui, est américain : il tient la main de son épouse dans la sienne. De longues minutes de douleur s'écoulèrent, mais le fruit de leur amour naquit enfin. Une petite fille vint au monde, blonde comme son père, dont elle tire d'ailleurs son physique d'occidentale. Satomi, la mère, la borde doucement tandis que le père s'assoit près de sa femme, contemplant sa beauté maternelle, ces traits rendus exquis par la fatigue.
Ceci n'est que la genèse de l'histoire de Suzu.

« Le bonheur, ça vient, un jour, et ça te prend sans que tu ne t'en rendes compte. »
Suzu grandit d'abord au Japon : elle y passe ses six premières années. Elle est enjouée, douce, et vit comme un enfant de cet âge devrait le faire. Elle ne sait pas pourquoi, mais son papa ne joue pas beaucoup avec elle. Il préfère rester avec sa maman. Chaque fois qu'elle lui demande de venir l'aider à gonfler sa bouée, ou de monter un château de sable avec elle, il lui dit d'aller jouer ailleurs, qu'il est occupé. Pourtant, il embrasse toujours maman ; il n'a jamais envie de s'arrêter ? Malgré tout, elle est heureuse, Suzu : sa maman lui porte beaucoup d'attention, ça compense un peu ce que papa ne lui donne pas. Mais ce n'est pas grave. Un jour, papa sera moins occupé, et ils pourront construire assez de châteaux pour couvrir toute la plage !

« Mais ensuite, lorsque ça repart, ça te détruit comme rien d'autre ne peut le faire. »
C'est l'heure des vacances ! Ils partent, tous les trois, en Amérique. Il fait beau, il fait chaud, c'est parfait ! Suzu a maintenant sept ans. Son papa est toujours collé à sa maman, et la nuit, il s'en va avec elle pour revenir le matin, complètement fatigués. La pauvre petite ne sait pas pourquoi, mais comme sa maman l'aime, elle fait semblant de ne rien voir. Un soir, elle s'approche de son papa alors qu'il défait le corset de sa maman. Cette dernière est fatiguée, ça se voit, alors Suzu a un réflexe humain, elle se lève et pousse son papa ! Il est méchant, il ne veut jamais jouer avec elle et en plus, il fait du mal à maman !
Des ronces jaillissent du parquet et entourent les frêles bras de Suzu pour lui offrir plus de puissance. Elle les maîtrise visiblement, tandis qu'elle continue de bousculer son père. Il avait toujours été passionné par Satomi, et il la désirait toujours autant, mais depuis qu'ils avaient eu cette enfant, ce n'était plus pareil. La mère était moins encline aux plaisirs charnels. Tout ça, c'était à cause de cette foutue gamine. S'il avait pu la faire disparaître, il l'aurait certainement tranchée en petits morceaux. Mais maintenant, elle semble bizarre, cette gosse. Elle a l'air de contrôler les trucs qu'elle a fait sortir du sol.

« MONSTRE ! »
Une main épaisse et large s'abattit sur la petite tête de Suzu et l'envoya valser au travers de la pièce. Les ronces disparurent tandis que dans l'ombre de l'esprit de la fillette, naissait Eve. Cette dernière prit immédiatement possession de ce corps qu'elle découvrait, et fixant son père, elle se releva, saignant de sa petite tempe dévoilée. Fronçant les sourcils, elle fit quelque chose qui lui était dicté par son instinct, mais qu'elle n'avait jamais fait auparavant : elle prit le contrôle du corps de son géniteur.
Ce pouvoir n'était pas encore bien développé, à l'époque. Alors l'homme put hurler, tandis que sa fille le faisait avancer jusqu'au balcon. Le pire était sans doute qu'il voyait, comprenait, sentait ce qui se passait et allait se passer. Et il hurlait toujours. Il suppliait sa progéniture, mais cette dernière restait insensible. Du fond de la pièce, elle le voyait toujours, mais elle n'était plus la même et le père ne reconnut pas sa propre chair dans cette fillette brune aux yeux luisants, couleur de sang. Elle eut un sourire qui dévoila ses belles canines, avant qu'elle ne le fasse monter sur le balcon.
Elle donna l'impulsion nécessaire, et il sauta. Aussi rapidement qu'elle l'avait possédé, elle retira sa conscience et tendit l'oreille pour percevoir le bruit de ses os qui craquaient en s'écrasant, faisant jaillir le sang.

« À ton tour. »
Eve se retourna vers sa mère, pétrifiée de terreur. Elle tenta bien de fuir vers la porte mais ne fut pas assez rapide et elle se prit les pieds dans le corset qui était tombé à ses pieds, dévoilant sa poitrine nue et plate. Aussi calmement qu'elle l'avait fait pour le mâle, la fillette conduisit la femelle au balcon, la forçant à regarder les débris de son époux, sept étages plus bas. Elle ne la fit pas immédiatement sauter, non, ce n'aurait pas été suffisant pour cette mère indigne qui finissait par abandonner sa fille comme l'avait fait son mari. D'abord, elle la força à s'ouvrir l'estomac, projetant quelques gouttelettes de sang sur Eve. Et cette dernière la fit enfin sauter.

« Tu n'es pas seule. »
La scène n'avait duré que deux minutes en tout. La police arriva rapidement sur les lieux, alertée par les cris, et lorsqu'ils trouvèrent la blondinette complètement inconsciente, ils penchèrent pour un suicide. Le cas du couple fut ainsi classé.
Suzu ne comprenait pas ce qui s'était passé. Elle avait tout vu. C'était elle qui avait tué ses parents. Ses propres parents.
Elle tomba en profonde dépression, et fut envoyée à un parent, un oncle maternel, qui vivait seul dans les montagnes du Japon. Lui aussi, était un sorcier. Il lui apprit à contrôler ses pouvoirs, apprit tout ce qu'elle sait à la jeune fille. Il continua même de lui donner des cours à domicile, préférant garder sa nièce à ses côtés. Plusieurs années se passèrent ainsi, et ils apprirent à connaître Eve, tout en la reléguant au plus profond de Suzu.

« Il est temps que tu prennes ton envol. »
Lui avait dit son oncle en lui tendant une lettre que Suzu ouvrit. Elle stipulait qu'elle était acceptée dans un étrange pensionnat, où Suzu pourrait certainement se sentir mieux. Parce qu'elle serait avec d'autres, comme elle. Il était temps qu'elle apprenne à battre de ses propres ailes.



|-¤- Le joueur derrière son écran -¤-|

:: Ou avez vous trouvé le forum ? :: Bouche-à-oreille
:: Quelle note lui donnez vous ? :: 17/20
:: Quel âge avez vous ? :: 17 ans
:: Prénom/ Pseudo :: Sayori
:: Avez vous tout lus ? :: Yup' ~ [By Elsa]
:: Autres :: Je suiis désolée s'il y a des incohérences ><'

Revenir en haut Aller en bas


Invité

Invité
Invité


MessageSujet: Re: Suzu Eiri   Lun 23 Aoû - 22:00


Désolée du double-post, mais j'ai fini ma fiche ^^

Revenir en haut Aller en bas

avatar


Statut : élève
Messages : 563
Mystérieuses framboise-cerises : 498

Documents
Age (ou l'age d'apparence): 16 ans en apparence, 22 ans, en vrai.
Pouvoir(s):
Oh! Un Inconnu ~
Oh! Un Inconnu ~


MessageSujet: Re: Suzu Eiri   Lun 23 Aoû - 22:47


Tout est compréhensible, c'est parfait!
Tu es validée ~ Bon RP ~~

J'adore ton histoire u_u !


- - - - - - -


https://www.youtube.com/watch?v=beiPP_MGz6I
Merci Akira.:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://my-murderland.skyrock.com/


Contenu sponsorisé

Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Suzu Eiri   



Revenir en haut Aller en bas
 

Suzu Eiri

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Académie Klain :: 
Il était une fin
 :: ♦♦ Archives
-
Sauter vers: