AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Insomnia. [PV Ritsuka Kamatani]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage


Invité

Invité
Invité


MessageSujet: Insomnia. [PV Ritsuka Kamatani]   Jeu 26 Aoû - 2:50




La nuit était tombé sur le pensionnat depuis plusieurs heures, déjà. Suzu, elle, ne dormait pas. Comment pouvait-elle dormir avec des énergumènes comme ceux qui peuplaient cet endroit ?! Elle préférait rester éveillée, quitte à passer une nuit blanche. Elle était arrivée ce matin, mais elle détestait déjà cet internat et tous ceux qui y vivaient. Il y avait du bruit, des gens avec de grandes ailes, des crocs, des oreilles de chat… Bref, il y avait de quoi devenir fou !
Seulement, Suzu, elle, était déjà folle. Depuis sa tendre jeunesse, elle baignait dans la folie. Alors, ça ne changeait pas grand-chose. Elle était seulement nerveuse et stressée, ce qui expliquait qu'elle ne parvienne pas à trouver le sommeil. Pour se rafraîchir les idées, elle quitta son lit et sa chambre qui l'étouffait ; ces quatre murs allaient aspirer toute sa vitalité si elle restait encore entre eux.
Enfilant un gilet beige par-dessus son t-shirt blanc, elle sortit de la pièce et jeta un oeil à droite, puis à gauche. Pas un rat, rien. Tant mieux ! Elle n'avait pas envie de voir qui que ce soit.
Ses pieds nus marchaient sur le parquet, son corps si léger qu'il ne faisait même pas gémir les planches de bois. Elle ne savait pas où aller, mais ses pas la mèneraient forcément quelque part. Elle aurait aimé que ce soit jusque dans la montagne de son oncle. Ces longues étendues neigeuses ou vertes, suivant la saison, l'eau fraîche, les feux de bois et le gibier capturé la veille… Une vie près de la nature, telle qu'elle l'aimait, libre. Alors le changement la bouleversait, et elle avait attrapé le mal de la ville. On se sentait à l'étroit et on perdait toute intimité. Il y avait des gens qui s'infiltraient dans votre esprit – Suzu le sentait parce qu'elle possédait aussi un pouvoir mental.

Sans moi, tu ne l'aurai pas. Tu ne serai rien, susurra aigrement Eve.

Boucle-la. Pas d'humeur à te supporter ce soir, répondit aussi aimablement la partie blanche.

La voir déambuler ainsi dans les couloirs à cette heure-ci, et parler seule, aurait pu surprendre. Mais puisqu'il n'y avait personne, elle ne craignait rien.

Quoi, tu as encore peur de perdre le contrôle ? Railla l'autre.

Un soupir s'échappa des lèvres roses de la demoiselle. Décidément, Eve était des plus désagréables. Si seulement elle avait pu la mettre en sourdine…

Tu sais bien que je ne le ferai pas !

Mais déjà, Suzu n'écoutait plus. Par une fenêtre ouverte, elle aperçut un massif de rosiers d'un bleu saphir qui éclatait à la lueur de la lune. Elle sourit et s'approcha en chantonnant.

Viens, ma douce, naître au creux de mes mains, effleurer tes pétales, je ferai de toi, la plus belle des demoiselles…

S'éveillant à l'incantation, le bourgeon s'épanouit gracieusement en se tendant tout naturellement vers sa maîtresse. Cette dernière prit le soin de la cueillir en tranchant la tige d'un coup sec, laissant la plante agonisante, mais heureuse, mourir entre ses doigts, sans se faner immédiatement.
Bizarrement, lorsqu'elle agissait sur elles, Suzu détectait une sorte de joie chez ses amies les plantes. Sans doute parce que personne ne les comprenait, maintenant, et qu'on ne voyait plus leur beauté.
La sorcière huma le parfum délicat et exquis qui se dégageait des jupons azur de sa compagne. Elle caressa habilement les épines, toute à sa contemplation, avant qu'un bruit ne la fasse réagir.
On venait. Immédiatement, Suzu se blottit à l'ombre et se souleva à l'aide de sa gravité, tentant d'effacer au mieux sa présence. Si c'était un surveillant, elle était fichue, et étant donné le mal que s'était donné son oncle pour la faire admettre dans cette académie, elle n'avait pas le droit de se décevoir en adoptant une attitude rebelle qui, du reste, ne lui était absolument pas naturelle.

Revenir en haut Aller en bas


Invité

Invité
Invité


MessageSujet: Re: Insomnia. [PV Ritsuka Kamatani]   Sam 4 Sep - 22:16


    Ritsuka regardait le plafond blanc, grisé par le noir de la pièce, mais illuminé par la lumière qui venait de la fenêtre, par un espace plutôt grand, les rideaux étants ouverts... Non seulement ses cheveux étaient mouillés par l'eau de la douche qu'il avait pris une demi-heure plus tôt, mais, il n'arrivait pas à trouver le sommeil... C'est vrai qu'il c'est déjà écoulé un bon bout de temps que tout s'est produit, mais, la culpabilité qui l'hantait ne voulait pas disparaitre, comme s'il était prête à lui tenir compagnie jusqu'au bout... Etant pour l'instant seul occupant de sa chambre, sans gêne et sans allumer la lumière, Ritsuka se leva. Il ouvrit plus les rideaux, ainsi que la fenêtre, puis plaça ses bras sur le rebord, puis mit sa tête dessus. Une brise fraîche passa dans ses cheveux, des mèches gênaient son champ de vision, mais il n'y fit pas attention, avec ou sans mèches, il pouvait quand même la pleine lune de la soirée... Le ciel était dégagé, et les mèches étaient la seule chose qui le gachaient, mais n'ayant aucune envie de bouger ne serait-ce que le petit doigt, il ne fit rien, déjà préoccupé par d'autres pensées. N'aurait-il pas pu trouver un mensonge qui la fairait moins souffrir? Comme, si on étés réellement sa famille, elle n'avait pas besoin d'apprendre quoi que ce soit sur le sujet de notre vraie famille...

    Sur ces pensées, Ritsuka eut une fatigue dans les jambes, non pas celle qui vous oblige à vous asseoir, au contraire, celle qui ne demande qu'un peu d'exercices. Alors, sortit en jean et tee-shirt à manches courtes -en réalité Ritsuka s'était changé en habits de rue juste après sa douche-, le jeune homme inexpressif décida d'explorer les couloirs, chose déjà prévue à l'heure de la douche (plutôt tardive) qu'il avait prit, se donnant un peu tout les droits dans l'académie, ayant pour seule pensée "j'ai bien le droit de profiter de mon statut que je n'ai jamais réellement rêvé d'avoir".

    Pendant la charmante visite des couloirs, qu'il connaissait sans doutes déjà par coeur, Ritsuka sentit la présence d'une autre personne plus loin. A la place d'aller voir ailleurs, n'étant jamais un grand aimant des rencontres, il décida d'aller voir ou était cette personne. Sentant la présence plus forte, Ritsuka dit sur un ton totalement inexpressif, loin d'être joyeux...

    - Raté ta cachette, je sais que tu es la... Au passage bonsoir.

    Etant donné que toute l'académie est au courant qu'il est le fils adoptif du directeur, ou encore certains, -surtout ceux qui ont un lien avec les êtres magiques-, sont au courant qu'il est le fils de la ligné des Kamatani...

    - Je ne te fairais aucun mal, tant que tu fais de même, et surtout, je ne te dénoncerais pas au directeur.

    Ritsuka n'appelait jamzis son beau-père "papa" ou "mon père" mais toujours par M. Le directeur, ayant du mal à l'accepter.

    Spoiler:
     

Revenir en haut Aller en bas


Invité

Invité
Invité


MessageSujet: Re: Insomnia. [PV Ritsuka Kamatani]   Mer 22 Sep - 19:24


Blottie dans le noir, Suzu garda ses grands yeux bleus ouverts. La lune brillait avec force, et sa lumière filtrait par la fenêtre, illuminant le plancher et le couloir tout entier, qui prenait des allures d'immense palais d'argent. Dans cette explosion lunaire, la sorcière avait réussi à trouver un recoin sombre dans lequel elle avait pu se dissimuler, avant de s'élever jusqu'au plafond repliée sur elle-même en position foetale. Seules, les pointes de sa chevelure libérée de cette prison que constituait la gravité, venaient chatouiller la surface immaculée. Crispée, elle serra les dents et entrevit une ombre, prise d'une panique qui l'empêchait de se concentrer sur l'autre pour l'analyser.

On l'avait découverte sans grande difficulté, ce qui la fit d'abord enrager. Elle fronça les sourcils et se mordillant la lèvre inférieure, elle comprit que ne pas répondre à cette salutation serait une erreur. Du moins, ce ne serait pas malin, et ça ne l'aiderait pas à se sortir de la situation embarrassante dans laquelle elle s'était fourrée la tête la première. Sa voix, légèrement jazzy, répondit d'un ton réservé qui se voulait plutôt calme :

Bonsoir.

L'"autre", comme elle l'appelait mentalement, reprit, expliquant qu'il ne lui ferait aucun mal, tant qu'elle ne déclencherait pas les hostilités, et qu'il ne la dénoncerait pas au directeur. Cette dernière option intéressait surtout Suzu. Mais quelle preuve avait-elle de la bonne foi de son interlocuteur ? Pesant le pour et le contre, elle réalisa bien vite que dans le pire des cas, si elle fuyait, il pourrait décider de retourner sa veste et aller la dénoncer. Au mieux, ils pourraient (peut-être) trouver un terrain d'entente. De toute façon, elle avait compris qu'il n'y avait pas de risque zéro, et son emprise sur la gravité se défit peu à peu, jusqu'à ce que ses pieds touchent le sol, dans un bruissement ultra-léger. Son vieux jogging qui faisait office de pyjama, et sa tenue globalement dépareillée, ses cheveux légèrement hérissés, dernier héritage de l'exercice de son pouvoir sur son être, auraient pu la faire passer pour quelqu'un d'assez peu soigneux, ou quelqu'un qui n'avait rien à fiche du regard des autres. Un peu des deux.
Même si elle appréciait de flotter dans les airs, elle préférait encore son élément originel, la terre. Plus à son aise maintenant qu'elle avait les deux fers au sol, elle se permit de détailler son interlocuteur.
Son cœur manqua un battement. (ahah tu t'y attendais pas, hein ?! #out#)
Son oncle s'était efforcé de bâtir en elle une culture magique suffisante pour lui éviter d'être trop désarçonnée en arrivant à l'académie. Mais pour une première rencontre, elle ne s'attendait pas à se trouver face à face avec un Kamatani. Sa propre aura magique lui semblait bien fade devant celle du jeune homme, si sûr de lui, détaché du reste. Et ça l'énervait, indéniablement. Par instinct, elle remonta la manche de son gilet sur son épaule. Sans le consentement de sa raison, qui lui aurait sans doute répondu...

C'est ma réplique, ça ! QU'EST-CE QUE T'EN AS À CARRER DE CE QU'IL PENSE, HEIN ?!

Huh...

Suzu se frotta la tempe à l'aide sa paume. Quelle horreur, quand Eve criait... Les saphirs se reposèrent sur le fils du directeur, ni aimables, ni hostiles, simplement indifférents.

Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé

Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Insomnia. [PV Ritsuka Kamatani]   



Revenir en haut Aller en bas
 

Insomnia. [PV Ritsuka Kamatani]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Académie Klain :: 
Il était une fin
 :: ♦♦ Archives
-
Sauter vers: