AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Enfin une camarade de chambre

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar


Statut : Elève
Messages : 486
Mystérieuses framboise-cerises : 103

Documents
Age (ou l'age d'apparence): 18 ans
Pouvoir(s):
Oh! Un Garou ~
Oh! Un Garou ~


MessageSujet: Enfin une camarade de chambre   Dim 28 Nov - 13:42


Quand je suis arrivée dans cette académie, on avait déposé mes valises devant une porte alignée avec cinq autres. Celle-ci portait le numéro quattre inscris en chiffres romains : IV. Je poussai la porte qui était entrouverte et je rentrai dans cette pièce.

Cette chambre était très lumineuse ce qui faisait penser qu'elle était grande. Mais au contraire elle était petite enfin assez grande pour moi et même pour deux personnes...Il y avait deux lits superposés, une grande armoire. Il y avait une gigantesque fenêtre ce qui laissait passer la lumière d'où cette grande luminosité. Une petite bibliothèque était dans ma chambre autour de laquelle il y avait deux fauteuils. Il y avait aussi deux bureaux sur lesquels étaient posés une lampe et le règlement de cette académie. Mais pourquoi il y aurait deux lits, deux bureaux, deux fauteuils ? Les années passèrent et jamais j'eus une camarade avec qui parler la nuit ou même après les cours de notre journée ; jamais.

Le 28 Novembre, à 17heures et 48minutes.
Le matin de 28/11, j'avais pensé à fermer la porte de ma chambre car dernièrement j'avais oublié de le faire et je m'étais fait voler un paquet de mouchoir (bon c'est rien mais ça aurait pu être quelque chose de plus ..enfin bref). Je partis en cours. Le soir, je retrouvai la porte IV ouverte.

Mais comment est-ce possible ? Je l'ai fermé ce matin.

J’entrai dans ma chambre quand j'aperçus deux valises qui ne m'appartenaient pas. Sur chacune d'elles étaient posées une étiquette portant le nom suivant : Raimei Shimizu. De toute évidence c'était une fille et je ne la connaissait pas donc c'était une nouvelle élève. Mais ce prénom me rappelais quelqu'un mais qui ? (je n'ai jamais eu la mémoire des noms.)

Enfin une camarade de chambre ! J'espère que nous pourrons être amies

Je m'assis sur mon lit tout en pensant à cette fille que l'allait connaître dans peu de temps. 17 heures 48, une silhouette se tenait devant la porte de ma chambre. Ce devait être ma nouvelle camarade de chambre. Je n'arrivais pas à voir son visage car il était dans la pénombre. Mais cette silhouette me rappelait cette fille sur laquelle j'étais tombé auparavant dans la bibliothèque de l'académie...

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Invité

Invité
Invité


MessageSujet: Re: Enfin une camarade de chambre   Dim 28 Nov - 19:26


Après ma rencontre avec cette fille dans la bibliothèque, je suis resté un peu avec elle. Puis elle est partie. -Je dois étudier mes Maths." , qu'elle m'avait dit.
Moi, j'ai lu 123 pages d'un livre pendant une heure ou deux. Il parlait de l'origine des différents clans de Nabari. Puis, jugeant qu'il fallait qu'il me reste un peu de lecture pour ce soir, je décidai de fermer le livre, qui contenait plus de 400 pages. J'arrivais à la hauteur de la bibliothéquaire. J'empreintai le livre, et le rengeai dans mon sac. Je sortis de la bibliohèque. Puis, traversant les couloirs, je m'arrêtai devant la porte de Madame la directrice. Alors, un évènement étrange se produisit.

La porte du bureau s'ouvrit. Doucement, lentement.
La pièce était vide et sombre. Personne. Pas de lumière. Pas de fenêtre. Il y avait simplement un bureau, avec une chaise. Soudain, je sentis que l'on m'attirais dans un piège. Je sortis mon katana.

-Raikô, si tu es là, montre-toi. Arrête de faire le lâche. Arrête de fuir. Arrête de me narguer.

Personne ne se montra. Puis, je crus percevoir des pas derrière moi. Lourds. Pesants. Déterminés. Sans pitié.
J'eû à peine le temps de me retourner que je vis Madame la directrice, qui me regardait d'un air sévère.

-Raimei Shimizu! Comment osez-vous pénetrer dans mon bureau sans mon autorisation??? avait-elle dit, en hurlant.

Je voulu protester.

-Mais... je...Madame... ce n'est pas moi qui...

-Cessez de faire l'innocente!! Allez plutôt découvrir votre nouvelle chambre. Vos bagages y sont déjà montés.

Voyant que je ne bougeais pas, elle recommença à hurler:

-Aller!!!!!! Filez!! Et que je ne vous revoie plus jamais ici.

-Mais, où se trouve ma chambre?

Admettant qu'elle ne me l'ai pas précisé, sa voix s'adoucissa cependant quelque peu:

-C'est la chambre n°4. Vous prenez les escalires de droite, vous montez 2 étages et vous trouverez. Vous m'avez déçue, Shimizu. Je vous ai accueilli ici de bon coeur et vous vous entrez par effraction dans mon bureau!!!

Elle s'était remise à crier. Voyant qu'il serait inutile de résister face à elle, je repris mon sac et m'éloignai. J'empreintai les escaliers.

"Raikô, tu persistes à me narguer. Tu ne m'échappera pas. Cependant, à cause de toi, Madame la directrice s'est fait une belle image de moi!" songeais-je ironiquement.

Je traversai le couloir et j'aperçus une porte ouverte: celle de la chambre n°4.
Je distingua à l'intérieur une silhouette, qui m'était impossible d'identifier, étant dans la pénombre. Cela pouvais être Raikô.
Cependant, je m'avança prudemment à l'intérieur...



Dernière édition par Raimei Shimizu le Lun 27 Déc - 20:35, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

avatar


Statut : Elève
Messages : 486
Mystérieuses framboise-cerises : 103

Documents
Age (ou l'age d'apparence): 18 ans
Pouvoir(s):
Oh! Un Garou ~
Oh! Un Garou ~


MessageSujet: Re: Enfin une camarade de chambre   Dim 12 Déc - 9:29


Cette silhouette s'arrêta sur le seuil de la porte. On aurait dit qu'elle n'osait pas entrer, qu'elle avait peur ou se méfiait de quelque chose ou de quelqu'un. Je me redressai de mon lit pour accueillir cette dénommée "Raimei Shimizu".

Bienvenue Raimei ! Oh mais...mais tu es la fille de la bibliothèque ! Excuse moi je ne t'avais pas reconnue !, dis-je en rigolant.Bon et bien voilà notre chambre. Je suis si heureuse d'avoir enfin une camarade !!

Je lui parlais mais elle ne semblait pas me prêter beaucoup d'attention. Elle était surement encore en train de penser à je ne sais quoi. Puis un peu après avoir parler, je l'aidai à vider sa valise et à ranger ses vêtements. Je pus constater qu'elle n'avais aucune robe, ni aucune jupe. Seulement des jeans. Cela m'étonnais un peu de la part d' une fille mais après tout elle fait comme elle veut.

Euh..tu préfères quel lit ? Celui de bas ou du haut ? Moi franchement ça m'ai égal.Puis je lui tendis son uniforme Tiens c'est l'uniforme de l'académie, tu es obligée de le porter. Moi je ne le trouvais pas à mon goût alors j'en ai fait une jupe mais ça reste un uniforme ! Je lui demandais aussi quel bureau elle préférait.

Elle semblait perturber, et même timide...Pourtant je me souviens de notre première rencontre : dans l'immense bibliothèque de l' académie. Elle était même je dirais, excité de voir une autre élève. Cependant, elle m'avais parlé d'un certain "Raikô". Elle m'avait dis que c'était son frère mais je ne sais pas pourquoi, il me semble qu'elle pense à lui.

C'est peut-être la dernière personne relier avec sa famille. Elle a peut-être perdu ses parents comme moi, il y a seize ans..., pensai-je.

Ensuite, je choisis un livre dans la petite bibliothèque qui se trouvait dans ma chambre et je retournai m'asseoir sur mon lit, celui que j'avais choisit avant l'arriver de Mlle Shimizu.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Invité

Invité
Invité


MessageSujet: Re: Enfin une camarade de chambre   Mar 14 Déc - 19:38


Mitsuki m'avais très bien acceuilli. Mais je dois dire que moi, en revanche, je n'ai pas dû lui faire bonne impression car j'étais préoccupée. Par mon arrivée dans cette académie. J'étais trop tendue. Pourquoi, je ne sais pas. Peut-être parce que c'est trop nouveau pour moi et que je ne vais pas m'abituer.

*Mais que dis-tu, Raimei? Tu vas parfaitement t'adapter.*

Néanmoins, je ne me sentais pas tranquille. Même si cette académie était parfaitement chaleureuse, acceuillante et tout le tralala, je sentis que ce n'était pas ma place. J'appartenais au monde de Nabari et j'avais une mission. Une mission très importante et je devais la finir. Je n'oublierais jamais pourquoi je suis née. On m'a honorée en me faisait don d'une arme et un savoir. Je ne gâcherais pas ma vie à rester ici, enfermée entre 4 murs.

*Tu exagère, là, Raimei! Elle est pourtant bien cette académie, nan?*

-MAIS QUI ES-TU, TOI, POUR ME PARLER SUR CE TON????

Mitsuki sursauta et leva les yeux du livre qu'elle avait pris dans la bibliothèque de la chambre.Elle me dévisagea avec inquiétude.
J'avais hurlé. De toute mes force. Cette voix, je ne sais pas si elle venait de mon esprit ou de Raikô.
Mais pourquoi je pensais toujours à lui? Je suis obédée par lui, voilà la réponse que je connais moi-même.

Je déposai mon sac à dos dans un coin de la chambre.

-Pardon, Mitsuki, mais je suis un peu perturbée en ce moment. Crois bien que j'en suis désolée. Ca ne doit pas être facile d'avoir une camarade de chambre comme moi. Je te pourri la vie, voilà ce que je suis en train de faire.

Puis, je fondis en larme et m'effondra sur mon lit, désespérée et malheureuse.

Revenir en haut Aller en bas

avatar


Statut : Elève
Messages : 486
Mystérieuses framboise-cerises : 103

Documents
Age (ou l'age d'apparence): 18 ans
Pouvoir(s):
Oh! Un Garou ~
Oh! Un Garou ~


MessageSujet: Re: Enfin une camarade de chambre   Dim 9 Jan - 19:15


Je lisais un roman passionnant quand tout à coup, Raimei Shimizu se mit à hurler. J'ai sursauté puis j'ai levé les yeux de mon livre pour la dévisager avec inquiétude. Elle venait de hurler comme si elle se disputait avec quelqu'un. Je vins au près d'elle sur son lit :

Ne dit pas de bêtises Raimei. Certes je te connais depuis seulement quelques jours mais je vois bien qu'il y a quelque chose qui te tracasse. Tu peux m'en parler si tu veux, ça pourrais te soulager ?!

Je la pris entre mes bras pour la consoler et je revins m'asseoir sur mon lit. Elle ne pleurait plus mais elle était toujours aussi pensive.

Mais à quoi pense-t-elle ? J'aimerai tellement le savoir pour pouvoir l'aider...

Puis une question me passa par la tête :

C'est peut-être indiscret comme question mais j'aurais aimer savoir si tes parents sont morts tout comme les miens ? Moi mes parents se servaient de leur pouvoir pour me faire endurer d'horribles souffrances. Ils étaient peut-être des parents "méchants" comme je disais étant petite mais ils me manquent tellement !!

Je retenais mes larmes car je ne voulais pas montrer à Mlle Shimizu à quel point j'étais triste...

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Invité

Invité
Invité


MessageSujet: Re: Enfin une camarade de chambre   Lun 10 Jan - 18:38


J'ai détourné lentement ma tête vers elle, et je l'ai regardé droit dans les yeux. Elle m'a poser la question que je redoutais tant. Une question qui me fisait mal, presque souffrir et presque pleurer...une question qui me pinçait le coeur à chaque fois que je l'entendais.
Alors, je me suis promis une chose........: de ne plus jamais pleuré en entendant cette question.

"-Oui, ils sont morts..."dis-je, en gardant la tête bien droite, tournée vers elle , dans l'espoir qu'elle voit à quel point cette question me troublait.

Oui, j'en avais marre que l'on me la pose. A chaque fois, c'était toujours formulé de la même manière, quels que soient les gens. A chaque fois, j'éprouvais toujours la même chose... de la colère. Oui, de la colère noire. A chaque fois qu'on me pose cette question, j'ai envie de hurler. De crier. Pourquoi dois-je toujours être confrontée à ces mots?
Devrais-je vivre toute ma vie avec ce poids, cette rage? Pourquoi cette question me suit partout? On dirait qu'elle veut m'enfoncer encore plus, comme pour me pousser à devenir folle. C'est à croire que dès que je suis devant quelqu'un, une petite voix lui dit: "Vas-y, pose lui la question, et tu la veras pleurer. A l'extérieur, c'est une samouraï. Dans son coeur, elle hurle."


"Oui, eux, ils ne savent pas ce que c'est. Ils ne savent pas ce que ça fait d' être confronté à des mots que l'on craint. Eux, ils disent ça comme si c'était banal. Eux, ça ne leur fait ni chaud ni froid.Ils ne savent pas ce que c'est, sauf elle. Mitsuki Hôyama. Elle aussi, elle est surement bléssée au plus profond de son coeur, mais prends exemple sur elle. Relève la tête. Resaisis-toi. Tu es une samouraï, Raimei. Et une samouraï ne bat jamais en retraire. Elle ne se laisse pas abattre: elle se bat jusqu'à la mort et n'a peur de rien.

"-Mitsuki. Dès que j'entends cette question, je saigne. Et je pense que toi aussi. Néanmoins, je n'e peux m'empêcher de t'admirer. Toi et ton courage. Je sais que ton coeur pleure quand tu poses cette question. Mais tu trouves l'audace de former ces mots. Tes parents sont morts. Comme tu me l'as dis, tu n'as pas eu une tendre enfance avec eux. Et pourtant, tu les regrette. Moi, vois-tu, j'ai adoré mon frère, étant plus jeune. Je jouais avec lui. Je faisais mes devoirs avec lui. Je rigolais avec lui. Bref, c'était mon idole. Je l'admirais. Il m'enseignais des techniques de combat. Il me formais, à l'aide papa et maman. Et aujourd'hui, je le hais. Je le déteste. Il les a tous tué. Sans exception. Sans pitié.

Mitsuki m'avait écouté attentivement. Elle hocha la tête, tout doucement. Puis, un pâle sourire se dessina sur son visage. Je descendis de mon lit.

-"Bon, je vais déballer mes affaires et les ranger dans cette armoire-là."

Je me suis sentis soulagée. Comme débarrassée d'un énorme poids. Cette Mitsuki Hôyama me paraissais une super confidente. Je suis contente de l'avoir comme amie.

"-Mitsuki? Je suis contente de t'avoir comme amie!"

Revenir en haut Aller en bas

avatar


Statut : Elève
Messages : 486
Mystérieuses framboise-cerises : 103

Documents
Age (ou l'age d'apparence): 18 ans
Pouvoir(s):
Oh! Un Garou ~
Oh! Un Garou ~


MessageSujet: Re: Enfin une camarade de chambre   Jeu 26 Mai - 18:40


Elle aussi avait perdu sa famille. Elle aussi, elle était triste. Elle aussi, elle essayait de rester de marbre lorsqu'on lui pose la question fatale, la question que l'on redoute tout le temps, la question obligatoire. Elle semblait très reposer, relaxer après m'avoir parler, après s'être confier à moi.

Après qu'elle m'ai dit qu'elle était contente de m'avoir comme amie, je lui est répondu :

Je très heureuse moi aussi, et en plus maintenant j'ai une camarade de chambre !, dis-je en souriant et en riant gaiement.

Je repris le livre que j'étais en train de lire avant que Raimei ne pousse un hurlement qui me fit sortir de ma lecture. Le titre s'intitulait : Les Misérables. Par habitude, je tournais le livre pour lire la quatrième de couverture : <<Tant qu'il y aura sur la terre ignorance et misère, des livres de la nature de celui-ci pourront ne pas être inutiles>>, écrivait Victor Hugo dans la préface des Misérables. Dénoncer la misère, tenter de faire changer la société de son époque, tels sont bien les buts qu'il poursuit dans ce roman monumental dont les héros sont tous entrés dans l'imaginaire collectif.
Très influencé par le roman-feuilleton, Victor Hugo ne néglige aucune des ressources qu'offre le romanesque. Jean Valjean, le forçat libéré; Fantine, la malheureuse fille mère; Cosette, l'enfant martyre; Gavroche, le gamin de Paris; ou encore l'impitoyable Javert entraînent ainsi le lecteur dans une intrigue foisonnante qui le mène de Paris à Montreuil-sur-Mer, de l'infâme auberge des Thénardier aux héroïques barricades républicaines du début des années 1830...
(bon tout le monde ou presque connaît l'histoire mais bon !).
Puis je l'ouvris là où je mettais arrêter et continua à lire. Ensuite Raimei se leva pour déballer ses affaires et les ranger dans la grande armoire en bois.

Veux-tu que je t'aides à ranger tes affaires ?


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé

Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Enfin une camarade de chambre   



Revenir en haut Aller en bas
 

Enfin une camarade de chambre

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Académie Klain :: 
Il était une fin
 :: ♦♦ Archives
-
Sauter vers: