AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Ulric Dante (Terminé)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage


Invité

Invité
Invité


MessageSujet: Ulric Dante (Terminé)   Ven 4 Mar - 4:11


DANTE, ULRIC

[img][/img]
DEVIL MAY CRY (ou de l'artiste ou un simple lien vers l'image)DANTE
>> IDENTITE

<< Nom & prénom ::Dante, Ulric;
<< Âge :: 24 ans;
<< Type (Ange, vampire, etc...):: Démon;
<< Secret ::
Spoiler:
 
;
<< Métier (préciser si le personnage travaille dans l'établissement ou à l'extérieur) :: Surveillant.
>> WHAT CAN I DO ?

<< Pouvoir(s)/Arme(s) :: Comme arme. Ulric possède le calibre ayant appartenu à son maitre. (Bien qu’il ne puisse l’utiliser.) Il contrôle la sa chaleur corporelle.;
<< Courte description :: Il à la faculté d’augmenter sa température corporelle au point de rendre sa peau brûlante comme une lame de métal chauffée à blanc. Il devient alors très blême, plus qu’il ne l’est déjà, et ses pupilles se dilatent jusqu’à couvrir entièrement la surface de ses yeux. Ses orbites ne deviennent alors que deux billes sombre et inquiétantes. ;
>> Decription Physique

    << Physiquement, Ulric est quelqu’un d’imposant. De grande taille et large d’épaules, il est loin de passer inaperçu, surtout qu’il est du genre à bousculer les gens sur son chemin. Quand il passe, mieux vaut lui céder le passage... c’est qu’il a gagné en assurance tout au long de son apprentissage aux côtés de son maitre, et sa démarche nonchalante le démontre aussi bien que son regard qui jamais ne s’autorise à s’abaisser. Musclé, son corps d’athlète est le fruit de plusieurs années de Parcours ou alors, c’est tout simplement sa condition de démon qui lui permet de se le procurer aisément.

    Tant qu’au visage de notre démon, il est assez mystérieux. Ses traits son fins, mais durs à la fois, trahissant ses souffrances passés qu’il désire dissimuler. Au fil des années, c’est un masque qu’il s’est confectionné, un masque ferme et rigide qui ne laisse pas souvent paraître les émotions de son possesseur. Même ses yeux, changeant tantôt pour un gris pâle, tantôt pour un bleu pastel, ne laissent ses sentiments se dévoiler trop facilement.

    Ce sont des cheveux blonds très pâles, presque blancs, qui viennent encadrer ce visage. Les mèches du bas frôle la nuque d’Ulric et celle de devant ont la fâcheuse manie de cacher en partie son œil droit. Ce n’est pas pour déplaire au démon qui, par la même occasion, peut ainsi dissimuler la cicatrice qu’il porte sur l’extrémité de son arcade.

    Pour finir en beauté, sur la peau mise à nue de son dos, on peut observer deux grands tatouages tribaux. Deux ailes sombres partant de ses omoplates et finissant sur ses reins. Ce qui est étrange, c’est que jamais une seule aiguille n’a perforée cette peau pâle. Ce dessin indélébiles est apparu de lui-même au cours de son adolescence, signe incontestable qu’Ulric n’était décidemment... pas comme les autres.
>> Decription Psychique

    << Tout premièrement, Ulric n’est pas une personne très sociable. Mais attention, il ne faut pas confondre... il n’est pas quelqu’un qui a du mal à se trouver de la compagnie, il ne veut simplement pas de compagnie. La solitude lui convient, mais elle est surtout engendrée par son passé. Inconsciemment, il cherche à éviter les contacts et les liaisons, quelles soient amicales ou amoureuses. Et pour ça, il sait s’y prendre. Il est amplement capable de prendre une attitude désagréable, d’être arrogant, insolent ou d’ignorer tout simplement un importun. Disons qu’il n’a pas très bon caractère, surtout lorsqu’il se laisse aller. Il n’est pas du genre très amical et, pour ce qui est du sens de l’humour, ne chercher pas, il n’en n’a pas.

    Par contre, ce qu’il ne faut pas oublier, c’est qu’Ulric joue un jeu, en permanence. À l’intérieur, il est brisé, complètement anéantit, et c’est pour palier à cette faiblesse qu’il se fait paraître plus dur qu’il ne l’est. Mais il a un bon fond. Il est juste, honnête, fidèle et à l’écoute... mais ça, il ne le montre pas souvent. Il faut plus le deviner. Car, bien sur, s’il vient en aide à quelqu’un, il se trouvera toujours un argument pour prouver que ce n’était pas de bon cœur mais plutôt pour son propre intérêt. Peut-être y a-t-il là-dessous un peu d’orgueil mal placée, qui sait.

    Les seuls moments où il n’est pas ‘’lui-même’’ sont quand sa nature de démon reprend le dessus. Ils sont souvent occasionnés par une montée d’adrénaline ou, alors, par un débordement d’émotions. Puisqu’Ulric est du genre à ignorer et garder tous ses problèmes au fond de lui, lorsque tout ça explose, ce n’est pas toujours très beau à voir. Il devient alors un vrai sadique, n’agit que pour sa personne et est très facilement irritable. Sans aide, cet état peut durer quelques heures... Par contre, lorsque tout ça se finit, Ulric ne peut s’empêcher de se détester un peu plus. Il culpabilise, se trouve faible de ne pouvoir résister à ses pulsions de démon et il se renferme un peu plus. Comme un cercle vicieux...
>> Histoire

    <<
    Enfance

    Pour chaque personne qui meurt, une doit prendre vie. C’est ce qui se produisit une nuit de 17 septembre, où Ulric put prendre son premier souffle et sa mère, son dernier. La femme avait succombé à l’accouchement, laissant son mari seul avec, sous le bras, leurs 3 enfants. Il faut préciser qu’Ulric, bien avant qu’il naisse, n’avait déjà pas sa place dans le cœur de son père. En effet, il était le produit d’une union non désiré entre sa mère et un autre homme. Autre homme qui était plutôt démon mais ça, personne ne le saura jamais. Enfin, on peut s’en douter, mais l’identité du géniteur ne fut jamais révélée.

    Voilà la première raison qui poussait le ‘’père’’ d’Ulric à le détester. La chose s’envenima d’autant plus lorsque sa femme mourut. C’était sa faute, la faute du nouveau né. Sans lui, personne ne serait jamais mort. Sans le vouloir, à sa première minute sur terre, notre petit démon avait déjà réalisé son premier meurtre.

    Ulric grandit donc dans une famille où on ne l’appréciait pas à sa juste valeur. Mais de toute façon, comment peut-on apprécier un monstre ? Jusqu’à l’âge de 5 ans, ce jeune incompris ne prononça pas un seul mot. On crut d’abord qu’il était muet, mais lorsqu’on l’entendit murmurer le soir dans sa chambre, on sut qu’il était simplement... dérangé. À l’école, il était le souffre-douleur des autres enfants. Ceux qui sont étranges et différents sont mit à l’écart, c’est bien connu. Les autres l’appelaient affectueusement Boule de neige, à cause de ses cheveux. Ce surnom avait le don de l’irriter à un tel point ! Mais jamais il n’osait répliquer. De toute façon, qui le fasse ou pas, il rentrait toujours chez lui avec quelques bleus ou des égratignures sur le visage. Un soir, il était même revenu avec un œil au beurre noir, mais son père l’avais reluqué avec un certain dégout puis était reparti à la cuisine, sans rien dire, sans l’aider. Ce petit batard n’était pas de lui, il avait tué sa femme, et il le lui rappelait chaque jour. Ce batard, ce n’était pas son fils.

    Heureusement pour Ulric, il y avait sa grande sœur, Ariane, qui s’occupait toujours de lui. Elle avait le cœur sur la main. Mais bien qu’elle prenne soin de son frère, elle le craignait toujours un peu. C’était comme ça, le blondinet n’était pas rassurant. Il parlait seul, souriait devant un mur et fixait les gens avec une intensité embarrassante. À l’école, on continuait de le persécuter, jusqu’au jour où les événements prirent une tournure inattendu. C’était à la récréation, dans la cours d’école. Des garçons avaient ramasser, sur le sol, les derniers débrits de glace qui n'avaient pas encore succombés à la chaleur du printemps. Ils les avaient lancé sur Ulric en le bombardant d'insultes, jusqu'à ce qu'un des morceaux aiguisés vienne heurter l'arcade du jeune blond, perçant sa peau et laissant le sang couler sur sa paupière.

    << Alors Boule de neige !? Tu as mal ! Tu vas aller pleurer dans les bras de ta maman !? >>

    Avais-je précisé qu’Ulric détestait qu’on aborde le sujet de sa mère ?

    << Ah non, c’est vrai, j’avais oublié... ta mère est morte ! >>

    Celui qui avait parlé riait, les autres le suivaient dans son élan, cependant un peu moins convaincu. Mais les enfants n’ont pas toujours conscience de leurs paroles. Et à cet instant, Ulric ne fut également pas conscient de ses gestes. Suivant cette pulsion de colère qui traversa son corps, il se jeta sur le garçon, nouant ses mains autour de son cou. Il lui fracassa l’arrière de la tête sur le sol et appuya sur sa gorge de toutes ses forces alors que ses pupilles emplissaient lentement ses iris et que ses paumes devenaient brûlantes. Autour, les autres enfants criaient, paniqués, en appelant de l’aide aux professeurs. Bien rapidement, on sépara les deux jeunes garçons. Ulric regarda sa victime qui suffoquait, la peau du cou brûlée.
    On emmena le jeune démon au bureau du directeur, où il resta assit pendant que ce dernier discutait avec son père. En tendant l’oreille, il sut ce qu’on lui réservait.

    << Écouter monsieur... votre fils à quelques problèmes, et pas seulement avec ses camarades, mais aussi avec ses professeurs. Il ne porte aucune attention en classe, ses notes sont très basses. Et puis ce geste de violence... c’est inacceptable dans notre établissement. Ne pensez-vous pas qu’Ulric devrait être placé dans un endroit adapté à sa condition ? Il a besoin d’aide... >>

    Ce conflit signa l’arrêt de ses études. Son père se refusait à débourser autant d’argent pour le placer dans une école spécialisée. Ulric resta donc à la maison, à s’ennuyer. Il restait seul des journées entières à regarder par la fenêtre...

    Adolescence

    Plus vieux, Ulric eut ce qu’on peut appeler sa ‘’crise d’adolescence’’. Il commença à en vouloir au monde entier. À vrai dire, son père se foutait complètement des conneries qu’il pouvait faire. Et plus il l’ignorait, plus Ulric tentait d’attirer son attention. Il avait de mauvaises fréquentations, buvait beaucoup, et touchait à la drogue de plus en plus souvent. Tout ça inquiétait beaucoup sa sœur, elle qui avait toujours été sa bonne étoile. Chaque fois qu’elle essayait de le résonner, le jeune démon embrassait son front et lui disait << Tu ne peux pas comprendre, mais je vais bien >>. Mais rien n’allait bien. Ariane s’acharna donc sur son cas jusqu’au jour où, finalement, son petit frère décide de lui montrer ce qu’il était. Lui-même ne savait pas trop ce qu’il était en fait, mais il était différent des autres. Il emmena donc sa sœur sur la petite colline près de la maison, pour être seul.

    << Tu vas peut-être... avoir peur. >> Confessa-t-il à mi-voix
    << Je n’ai pas peur de toi Ulric, tu es mon frère. >>

    C’était une semi-vérité. Inspirant profondément, le démon ferma les yeux et laissa une chaleur grisante envahir son corps. À un mètre de distance, Ariane le regardait, curieuse et intriguée. Lorsque ses paupières se levèrent, ses yeux n’étaient plus que deux orbes noirs comme l’encre et sa peau, dont l’éclat semblait s’être lentement affaiblit, fumait légèrement. Sa sœur eut le réflexe de reculer, et Ulric d’avancer en tendant la main.

    << Attends, je- >>
    << N’approche pas ! >> Hurla soudain Ariane

    Le démon sursauta et la tristesse emplit son visage. Il aurait du s’en douter... personne ne comprendrait jamais, pas même la personne qui, jusqu’à maintenant, l’avait le plus soutenu. Il abaissa le bras, et au moment où il allait rebrousser chemin, son chandail prit en feu. Oui... le simple tissu ne résiste pas à une telle chaleur. Sa sœur cria une nouvelle fois en voyant Ulric se débattre pour se défaire des flammes et elle recula encore et encore, jusqu’à ce que ses pieds heurte le vide. Tout se passa trop vite. L’adolescente dégringola de la colline sous les yeux horrifiés de son frère qui tenta tant bien que mal de la rattraper.

    << ARIANE ! >>

    En vainc. Quelques secondes plus tard, sa sœur gisait 10 mètres plus bas, le dos empalé par les pics rocheux qui se trouvaient tout en bas. Il figea, son cœur, son corps, tout cessa de fonctionner l’espace d’un instant. Des passants avaient vu la chute, avait vu Ulric encore tout en haut, avait vu un assassinat. Alors les voix s’élevèrent.

    << Attrapez le meurtrier, attrapez le ! >>

    Le démon était responsable d’une deuxième mort. L’air ambiante semblait vouloir l’étouffer, compresser ses poumons, alourdir ses jambes, fissurer son cœur. Alors Ulric, refusant de laisser toute ses émotions le submerger et ces gens haineux de le capturer, s’enfuit. Il courut longtemps, entre les arbres, trébuchant contre les ronces, s’écorchant sur les branches... jusqu’à ce qu’un poids lourd vienne s’abattre sur l’arrière de son crâne et lui fasse perdre connaissance.

    Pour l’Avenir

    Quand il se réveilla, une arme était pointée vers lui, entre ses deux yeux. Celui qui la tenait était un homme dans la trentaine, assez costaux, qui le regardait... comme un scientifique regarde son cobaye. Par réflexe, Ulric attrapa vivement le calibre, se releva du grabat qui lui servait de lit et pointa le fusil vers l’inconnu. Ce dernier ne sembla fasciné par sa hardiesse.

    << Je vais tirer ! >>

    Ses mains tremblaient sur le manche et sa tête le faisait horriblement souffrir. L’homme ne bougea pas d’un poil, mais un sourire narquois étira ses lèvres. Il chuchota :

    << ... Bouh. >>

    Ulric appuya sur la gâchette sans réfléchir. Rien ne se produisit. L’inconnu éclata d’un rire franc et le démon tira, et retira encore et encore, mais rien ne se produisait. Irrité, il rabaissa l’arme et serra les poings, prêt à se défendre contre ce nouvel ennemi. L’homme se releva doucement, tendant les mains vers l’avant pour lui faire signe de se calmer.

    << Calme-toi le jeune... Redonne-moi mon arme. >>
    << Elle n’est même pas chargée ! Qui êtes-vous ! >>
    << Si, elle l’est... tu ne peux simplement pas l’utiliser. C’est une arme d’Hunter. >>
    << Hunter ... ? >>

    Ce fut sa première rencontre magique, différent, un peu comme lui. L’homme s’appelait Dante et décida de le prendre sous sa tutelle. Étrange me direz-vous, car les Hunters sont censé chasser les créatures magiques. Ulric se le demandait lui-même. Pourquoi lui et pas un autre, pourquoi l’avoir épargné alors qu’il était à sa merci. Et encore plus stupéfiant, pourquoi l’avoir adopté ? Il posa la question, un soir où ils étaient sur la terrasse, la clope en bouche.

    << Dis Dante... pourquoi tu... ne m’as pas tué, moi ? >>

    Le Hunter avait gardé son regard rivé sur le ciel, l’air de réfléchir, perdu dans des souvenirs lointains. Il souffla lentement, laissant un petit nuage de fumée s’échapper d’entre ses lèvres et sourit tristement.

    << J’avais un fils. Il avait environ ton âge quand il mort... >>

    Il se tourna vers Ulric.

    << Tu lui ressemble. >>

    Adulte

    Pendant 6 ans, notre Démon resta aux côtés de son maître, apprenant l’art de son métier. Tant bien est que tuer est un art... Tout comme Dante, il commença à vouer une haine irraisonnée envers les créatures magiques. Même envers lui-même. En effet, il restait un démon et, parfois, il lui arrivait de perdre le contrôle et d’entrer dans des rages meurtrières. Tuer, juste pour tuer. Toute fois, Dante lui apprit à contrôler ses pulsions, tout comme il lui apprit à faire de même pour ses émotions. Ulric se forgea un masque impénétrable, devint dur et froid, ne se laissant jamais atteindre par les paroles ou gestes blessants. La jeune victime qu’il était devint bientôt un prédateur redoutable.

    Ulric ne se rendait pas au QG des Hunters, de toute façon, ça aurait représenté son arrêt de mort. Il attendait toujours Dante à l’enceinte de la forêt. Pourtant, ce jour là, ce ne fut pas son maître qui sortit d’entre les arbres mais plutôt une fillette aux yeux rouges, frêle et à la longue chevelure rousse. Elle sautillait en chantonnant une petite comptine d’été, une sa robe blanche maculée de sang sur les épaules. Elle s’immobilisa soudain et tourna lentement la tête vers lui pour l’observer, le visage indifférent. Un sourire cruel se dessina sur ses lèvres fines et elle repartit en gambadant, laissant s’échapper un rire cristallin. Un démon... Ulric l’avait tout de suite sentit, ça lui avait aussitôt serré les tripes. Et puis soudain, une intuition.

    << Dante... >>

    Il s’enfonça au pas de course dans la forêt, criant le nom de son maître. Il le trouva, livide, couché sur un tas de feuilles mortes, le chandail imbibé de sang. Se laissant tomber à genoux, il n’osa pas le toucher, de peur de briser ce dernier fil qui le retenait à la vie. Sur le visage du Hunter flottait déjà un air de paix...

    << Dante ! Qu-... accroches-toi, je vais chercher de l’aide ! >>

    La main de l’homme se posa sur son poignet pour le retenir, comme une caresse. Il sourit doucement.

    << ... Il y a une Académie, tout près. Vas-y, tu y seras à ta place... donne mon nom, ils me connaissent. Ulric... je suis fier de toi. >>

    Ses yeux restèrent ouverts, mais la vie les avait quittés. Ulric regarda sans vraiment le voir l’homme qui lui avait sauvé la vie... lui n’avait pas sut. Il était mort, encore de sa faute, toujours de sa faute. Une boule de rage éclata dans son estomac, monta dans ses poumons brûlants et de sa gorge sortit un hurlement emplit de douleur. Dans son dos, deux grandes ailes sombres se dessinèrent lentement sur sa peau. Les arabesques du tatouage gagnèrent en terrain sur sa chair, marquant la mémoire de cet évènement.

    Ulric, détruit, voulut rester tout le jour durant auprès de ce qui n’était maintenant plus qu’un cadavre, mais les autres Hunters qui ratissaient la forêt l’en empêchait. Il se releva donc, vidé de toutes émotions. Trois meurtres. Avant de partir, il ramassa le calibre de Dante et l’accrocha à sa ceinture. Même s’il aurait du, il ne voulait pas l’oublié. C’est ainsi qu’il aboutit à l’Académie Klain, le regard perdu et le cœur brisé, mais plus froid que jamais.

    (Félicitation a ceux qui ont fait le sacrifice de perdre 4 heures de leur temps pour lire l’histoire... ¬¬)
>> Qui se cache derrière l'écran ?

<< Comment avez-vous connus le forum ? :: Par Haruki ;
<< Comment le trouvez-vous ? :: Magique ? ;
<< Avez-vous to
tout lu ? ::
Plop [by El'];
<< Votre (vos) surnom(s)/prénom :: Isabeau;
<< Un petit mot pour la fin ? :: ... ¬¬.
© Fiche de Académie Klain.



Dernière édition par Ulric Dante le Sam 5 Mar - 17:13, édité 5 fois
Revenir en haut Aller en bas

avatar


Statut : élève
Messages : 563
Mystérieuses framboise-cerises : 498

Documents
Age (ou l'age d'apparence): 16 ans en apparence, 22 ans, en vrai.
Pouvoir(s):
Oh! Un Inconnu ~
Oh! Un Inconnu ~


MessageSujet: Re: Ulric Dante (Terminé)   Ven 4 Mar - 8:43


Bonjour ~

Et bien, je n'ai pas grand chose à redire à part que je voudrais que tu développe plus ton caractère, s'il te plait. :3

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://my-murderland.skyrock.com/


Invité

Invité
Invité


MessageSujet: Re: Ulric Dante (Terminé)   Ven 4 Mar - 19:50


Bienvenue \o

Revenir en haut Aller en bas


Invité

Invité
Invité


MessageSujet: Re: Ulric Dante (Terminé)   Sam 5 Mar - 3:43


Voilà, j'ai étoffé ma description psychique Elsa. ;')

Revenir en haut Aller en bas

avatar


Statut : élève
Messages : 563
Mystérieuses framboise-cerises : 498

Documents
Age (ou l'age d'apparence): 16 ans en apparence, 22 ans, en vrai.
Pouvoir(s):
Oh! Un Inconnu ~
Oh! Un Inconnu ~


MessageSujet: Re: Ulric Dante (Terminé)   Sam 5 Mar - 9:46


Tank Yu Veri Mutch. <3 { Si si, c'est de l'anglais, juste bien déformé xD //PAN//}
Eh bien, je n'ai pus rien à redire, tu es validé. ~
Bon jeu & RP parmi nous. \o/

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://my-murderland.skyrock.com/

avatar


Statut : Élève
Messages : 110
Mystérieuses framboise-cerises : 270

Documents
Age (ou l'age d'apparence): 17 ans
Pouvoir(s): Transformation en loup-garou
Oh! Un Garou ~
Oh! Un Garou ~


MessageSujet: Re: Ulric Dante (Terminé)   Sam 5 Mar - 16:54


Bienvenu Ulric o/

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé

Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Ulric Dante (Terminé)   



Revenir en haut Aller en bas
 

Ulric Dante (Terminé)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Académie Klain :: 
Le début
 :: 
♦♦ Qui es-tu pour commencer ?
 :: # Présentations :: # Cimetière des fiches abondonnées
-
Sauter vers: