AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Celsica Low {end}

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage


Invité

Invité
Invité


MessageSujet: Celsica Low {end}   Lun 6 Juin - 17:20


>> LOW Celsica


Prodgybombay ~ Deviantart

>> IDENTITE

<<  Nom & prénom ::LOW Celsica
<< Âge :: 16 ou 17 ans d'apparence, 50 ans en vrai
<< Type :: Ange
<< Secret :: Un tatouage en forme de chaines sur son nombril
<< Métier :: Etudiante
>> WHAT CAN I DO ?

<< Pouvoir(s)/Arme(s) :: Voler - Provoquer des anémies
<< Courte description ::
Comme tout ange, elle peut faire apparaître une paire d'ailes et voler. Mais elle s'en sert peut souvent. A part ça, elle est capable de provoquer des anémies, en touchant une partie du corps d'une personne. Mais à force, elle peut elle-même en souffrir les effets.

>> Decription Physique

    << Celsica a l'apparence d'une adolescente de toute au plus dix huit ans, bien qu'elle soit en vérité âgée d'une cinquantaine d'années. Loin d'être un défaut, cela lui permet de garder la fraicheur de sa jeunesse. Mesurant un mètre soixante quatre, l'ange est d'une taille relativement normal, selon elle en tout cas. Sa silhouette délicate, se compose de deux jambes graciles, souvent cachées sous des collants, les préservant ainsi à la vue du soleil. Son ventre plat est marqué d'un tatouage en forme de chaines se propageant autour de son nombril et qu'elle considère comme humiliant. Il est surmonté d'une jolie poitrine, elle aussi cachée sous un monceau de tissu. Les décolletés la gênent suffisamment pour qu'elle ose en mettre – mais il est sans doute possible de la persuader d'en porter. Ses épaules, aux contours peu marqués, sont suivis de bras délicats terminés par des mains de pianistes, aux ongles colorés d'un vernis nacré. Mais remontons donc un peu, laissons notre regard se glisser sur son cou légèrement étroit où apparaît la courbe d'un menton peu avancé.
    Son visage est celui d'une albinos. La peau pâle, laisse avec facilité le sang circuler sous ses pommettes et dans ses prunelles rosées. Ses lèvres, si blanches à cause de son état d'albinos, son pourtant pleines et se voient couvertes avec récurrence d'un rouge à lèvre pour apparaître moins maladives. De même qu'elle maquille ses cils blancs comme neige d'un mascara noir. Ses sourcils et ses cheveux eux, dont la longueur atteint le bas de sa poitrine, gardent cependant leur blancheur hivernale.

    La délicate albinos se doit de faire attention à sa peau, pour ne pas finir douloureusement léchée par le soleil. Sa peau est alors constamment couverte, qu'importe les températures. A ses jambes, elle a des collants plus ou moins épais, aux couleurs de préférences assez clairs, pour ne pas s'attirer la chaleur de l'astre solaire. Pour la suite, elle n'a pas trop de restriction. Que ça soit robe, jupe ou pantalon, elle s'habille selon ses humeurs, cachant tout de même ses bras sous un châle ou les manches cotonneuses d'un pull. En vérité, seul son visage et le bout de ses doigts restent à découverts, mais portent sur eux, la marque d'un sort protecteur. Elle aurait bien put appliquer ce sort au reste de son corps, mais s'étant habituée depuis à se couvrir entièrement, elle n'en voit pas l'utilité. D'autant plus, que l'angélique pudeur lui font croire que moins l'on n'en voit, mieux l'on se porte.
    >>
>> Decription Psychique

    << Pour oser s'aventurer dans le psychique de Celsica, il faut avant tout en revenir aux bases même de la définition d'ange. Un ange, l'incarnation de la pureté, se doit en général de faire le bien autour de lui, n'est-ce pas ? Avec le temps cependant, on a put élargir le panel de leurs actions, jusqu'à leur laisser le choix du caractère. Ainsi l'on trouve moins de candide, de naïf ou de trop souriant.
    Celsica est née avec la grâce angélique, comme beaucoup de bébés enfaîte. Pourtant en grandissant, elle perdit de cette naïveté que l'on apprête souvent à sa race. Sortant des stéréotypes de l'ange bien heureux, elle se dévoile comme un être froid, une princesse de glace au physique bien approprié. Loin d'être voulu, elle agit ainsi par pure méfiance. Se fondant sous sa calotte glacière, elle se préserve de son plus grand défaut : le pardon. Car il en est ainsi. Celsica pardonne tout ce qu'on peut lui faire. Que ça soit des douleurs physiques ou morales, elle finit toujours pas ployer sous la croyance incertaine que les gens méritent une seconde chance - même plus. Ayant à de nombreuses reprises souffert de ceci, elle préfère s'abstenir de nouer des liens plus que la bienséance le demande.

    Celsica n'en est pas un monstre pour autant, ni même une Hermite. Ceux qui désirons vraiment la connaître et voir par de là ses lèvres closes sous la prudence, pourrons facilement trouver leur chemin. Ange avant tout, elle est de plus assez fidèle en l'amitié qu'on lui témoigne, autant qu'elle ferme les yeux sur les bassesses que ceux à qui elle tient lui font.
    Cet être est donc trouble et fragile. Le mélange attendrissant de celle qui lutte contre son propre naturel et qui, tremblante, rend au final les armes, se laissant aller - peut-être, à ce qu'elle se refuse en apparence.
    >>
>> Histoire

    << Sa naissance l'ancra tout de suite sur terre, dans un petit village de la campagne anglaise, un pluvieux jour de mai. A peine eut-elle ouvert de grands yeux rosés sur le monde, qu'on la catalogua d'albinos, ces êtres fuis de la mélanine et aussi fragiles que les vampires face à un simple rayon de soleil. Son père et sa mère, des gens assez aisés pour garder l'enfant malade sous leur toit, ne firent cependant pas de grands efforts pour la protéger du soleil, la croyance populaire voulant que la résistance naisse dans la douleur. Ce défaut de peau, la résigna à rester terrer dans sa chambre, son regard ne percevant qu'avec grande peine, les couleurs chatoyantes d'une matinée. Cela n'avait rien de gênant au début. Enfant, une maison recèle assez de mystère pour la retenir de vouloir explorer l'inconnu. Mais se lassant du parquet ciré, des meubles en bois dont les veines ressortaient avec docilités, Celsica chercha à en voir plus, à ce que ses prunelles capte autre chose qu'une lune et son rideau d'étoiles. L'âge de la raison – ou sept ans, poussa son esprit à se rebeller contre les barreaux de sa maladie. Et en même temps qu'elle prenait conscience de la fragilité de son être, apparurent dans son dos, comme une alternative au soleil, une paire d'aile aussi blanche que le reste de son corps. Des plumes à la douceur d'oisillon chatouillaient ses omoplates avec ravissement. Celsica ignorait encore ce que pouvait bien signifier ces ailes apparaissant et disparaissant avec caprices dans son dos, mais elle les aimait déjà. Elle les avait rapidement assimilé à une partie de son corps, le suivit de sa colonne vertébrale, la démonstration d'un élan de pureté chez elle.
    Son état précédemment morne à cause de l'obscurité dans laquelle elle évoluait, devint alors joviale. Cela intrigua ses parents, qui cherchèrent à comprendre d'où venait un tel changement de comportement chez leur fille. Cette dernière ne saisissant pas la gravité de ce qu'elle était, leur parla de ses ailes dans son dos, de leur blancheur et de la sérénité qu'elles lui apportaient. Ange ! Résonna aussitôt dans la bouche de ses parents. Et alors ? Ange... C'était un mot qui passait si bien dans ses oreilles. Il avait la douceur d'une couverture de soie. Alors pourquoi son père la regardait avec révulsion ? Elle n'apprit que bien des années plus tard que sa condition était celle d'un être magique, et qu'ils étaient des parias dans cette société d'humain. Dans l'intervalle, elle en voulut à ses parents de lui avoir interdit de parler à quiconque de ses ailes, d'avoir enfermé dans un carcan tabou tout ce qui se rapportait aux anges. A cette époque, Celsica était encore bien naïve. Et il fallut la mort de ses géniteurs, pour comprendre que ceux-ci l'aimaient trop pour la voir jeter hors de la société.

    Âgée de seize ans, l'ange toute jeune encore, connue la mort pour la première fois. Ses deux parents périrent dans l'incendie tragique d'un magasin aux charpentes de bois. Les cantiques traversant ses lèvres tremblantes, rejoignirent ses parents à présent au ciel, tandis qu'elle, cette enfant de la terre, était envoyée chez sa grand-mère, qui devenait sa responsable légale au vue de la société. La femme, plus dure que ses parents envers son état d'albinos, resta intransigeante. Il ne manqua qu'à ça, le fait qu'un jour elle apprenne que sa petit-fille avait les angéliques stigmates marqués de part et d'autre de sa colonne vertébrale. Et, déjà qu'elle n'était pas appréciait de sa grand-mère, elle en devint pour le coup, complétement rejetée, perdant ainsi le dernier soutient familiale qu'on aurait put lui offrir après la mort de ses parents. Mais même dans l'injustice que représentait ce comportement, elle ne sut lui en vouloir, croyant et voulant croire surtout, que tout était du au chagrin que lui causait la perte de sa fille et de son gendre.
    Celsica trouva cependant un ami, un confident en la personne du jardinier de sa grand-mère. Il n'était pas très vieux et venait tondre la pelouse en début de soirée, là où la température lui semblait idéal, histoire de se faire un peu d'argent de poche. Elle ne sut comment, mais il l'aperçut au travers de la fenêtre où elle le regardait travailler. Une douce amitié, des liens de confidents les unirent. Ils frôlèrent même l'idylle. Mais tout fut gâcher. Celsica semblait connaître la mauvaise augure, car il se révéla que ce garçon était lui aussi un être surnaturel voulant abuser de son angélique personne. Enfermés dans une pièce tout deux, en pleine soirée, elle apprit de sa bouche qu'elle était une proie facile. Un phare au milieu de l'ombre, à cause de son faible physique d'albinos et son idiotie toute ange. Le garçon dont elle n'était plus sûr de rien, voulut l'emmener avec lui, prétextant qu'il avait besoin d'un être pur pour mener un marché tout étrange, pour ne pas dire simplement qu'elle serait un objet de foire dans les salons privés. Celsica l'aimait, elle croyait en son repentir. Elle le suivit alors, ne résistant que très peu, lorsqu'il se montra moins doux qu'auparavant.

    Devenue oiseau d'une cage doré, Celsica connue donc l'enfermement. Et elle attendait, encore et encore, patiemment qu'il se repente. La patience est qualité d'ange, autant qu'elle est un défaut. L'albinos gardait son regard rosé ancré dans une chimère qu'elle savait inassouvi à jamais. Et prise dans le cercle vicieux de son attente, elle n'eut que ses yeux pour pleurer, lorsqu'elle fut marquée. Car oui, tel le bétail, vint un jour, où le garçon marqua son ventre d'un tatouage sombre, noir même, en forme des chaines, tournant autour de son nombril. Cela n'était qu'un tatouage, indélébile certes, mais qu'un tatouage. Aucune raison de s'inquiéter pour quelque chose qui n'était pas d'état magique. Mais la chose était symbolique, humiliante. Elle se sentait salie dans son être. Et ses larmes, prêtresse du désespoir qui l'achevait peu à peu, ne firent que précédés une promesse qu'elle se fit : ne plus jamais... ô grand dieu jamais, faire confiance à quelqu'un et tomber dans ses filets. Quitte à en devenir asocial, l'ange voulait ne plus avoir à subir la douleur d'une telle trahison.
    Et subissant, pardonnant pour toujours cet être dont aujourd'hui le nom est caché dans un coin de sa mémoire, Celsica continua à se renfermer sur elle-même, laissant son regard d'albinos se ternirent sous les menaces.

    Puis un jour, Dieu sembla enfin lui accorder la chance. Tout s'enchaina avec une vitesse affolante devant ses yeux, mais elle vit distinctement la porte de sa cage s'ouvrir, lui laissant là, un échappatoire inespéré. Ne perdant pas de temps, elle se précipita hors de cet endroit, une ombre lui susurrant de prendre le chemin de l'académie de Klain. En ayant vaguement entendu parlé durant son enfermement et ne sachant pas où aller, l'ange obéit à ce murmure. Et dans une pâle nuit, elle arriva aux portes de cet endroit, le souffle court et les prunelles reprenant goût à l'espoir.
    « Laissez-moi entrez... » furent les premiers mots qu'elle prononça, avant de s'engouffrer dans un nouvel ère de son existence.
    >>
>> Qui se cache derrière l'écran ?

<< Comment avez-vous connus le forum ? :: Par ODG
<< Comment le trouvez-vous ? ::  Beau !!
<< Avez-vous tout lu ? :: Good
<< Votre surnom :: Mello
<< Un petit mot pour la fin ? :: Bouh \ o / .
© Fiche de Académie Klain.

Revenir en haut Aller en bas


Invité

Invité
Invité


MessageSujet: Re: Celsica Low {end}   Mar 7 Juin - 21:47


Han, c'est cool \ o / Marchi !

Revenir en haut Aller en bas

avatar


Statut : élève
Messages : 563
Mystérieuses framboise-cerises : 498

Documents
Age (ou l'age d'apparence): 16 ans en apparence, 22 ans, en vrai.
Pouvoir(s):
Oh! Un Inconnu ~
Oh! Un Inconnu ~


MessageSujet: Re: Celsica Low {end}   Mar 7 Juin - 22:55


Bon, je l'ai dit sous le compte fondateur, mais je l'ai effacé, alors je préfère le re-dire:
Bienvenue parmi nous, & Good Evening.
Je ne pense pas que j'ai quelque chose à redire sur ta fiche, donc tu es validée. Bon RP& Jeu parmi nous, petit poussin bleu. O/


- - - - - - -


https://www.youtube.com/watch?v=beiPP_MGz6I
Merci Akira.:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://my-murderland.skyrock.com/


Contenu sponsorisé

Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Celsica Low {end}   



Revenir en haut Aller en bas
 

Celsica Low {end}

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Académie Klain :: 
Le début
 :: 
♦♦ Qui es-tu pour commencer ?
 :: # Présentations :: # Cimetière des fiches abondonnées
-
Sauter vers: