AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Une petite baignade ? [PV Lorelia Campello]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage


Invité

Invité
Invité


MessageSujet: Une petite baignade ? [PV Lorelia Campello]   Sam 10 Sep - 16:15


~ Une petite baignade pour son propre bien~

Les grandes chaleurs étaient quasiment terminées. Et au grand bonheur d’Ethan, la météo avait finalement annoncé qu’il ne ferait plus aussi chaud qu’avant. Le soleil surplombait toujours dans les airs, mais un vent doux et frais permettait de bien se sentir et de respirer l’air dans ses narines sans avoir l’impression que même le vent était chaud. En plus d’avoir une belle journée, il fallait également que ça soit la fin de semaine! Enfin! Tout le monde avait eu le droit finalement à un repos bien mérité après la tonne de devoirs et de remises de travaux depuis quelques semaines. Ethan lui, en avait particulièrement profité pour terminé ses devoirs avant et par la suite, il avait eu la brillante idée d’aller s’entrainé un peu.

Son corps avait eu un grand besoin de dépenser quelques centaines de calories, en particulier ses muscles de bras qui semblaient beaucoup plus, disons, mous qu’avant. Il fallait avouer qu’il pouvait être un brin narcissique sur sa performance et son « look ». À la suite de s’être fait bien suer et bien travailler, il lui restait beaucoup de temps, à vrai dire, un après midi complet. Ethan s’avoua qu’il n’avait pas particulièrement envie de retourner à l’académie dans sa chambre lire des romans banals et se promener de nouveau dans les couloirs. Alors dans un éclair de génie il eut la brillante idée d’aller se promener en ville! Ça serait la première fois et il pourrait enfin visiter les choses autours!

Le sac à dos posé sur son dos, la chemise entre ouverte et ses pieds dans ses converses, il était prêt à partir à l’aventure. Il avait dans son sac tout ce qui pouvait lui être utile ; lunette de soleil, crème solaire, argent de poche, etc. Il était prêt à partir à l’aventure –enfin, même si c’était juste une petite visite -. Le jeune humain se glissa parmi la foule de gens et traversa certaines rues marchandes. Le quartier semblait très animé, il n’avait jamais vu ça ! Il y croisa à sa surprise certains de ses camarades et s’arrêta à maintes reprises pour leur adresser la parole. La journée allait pour son mieux et Ethan ne pouvait pas s’empêcher de sourire!

Pas plus de quelques heures plus tard il tomba sur un grand bâtiment. Pour être plus précis, il crut pouvoir lire « piscine ». Des piscines ? Il semblait en avoir deux à l’extérieur très animés et une à l’intérieur, enfin, au moins. Il réfléchit pendant un instant avant de finalement hausser les épaules et de pousser la grande porte principale. Il n’avait pas vraiment de temps à perdre de toutes les façons, et un rafraîchissement allait sûrement lui faire du bien. À son grand étonnement, il n’y trouva pratiquement personne! Tout le monde s’était rué dehors à la place de l’intérieur. Trois grandes piscines surplombaient tout le bâtiment et Ethan décida d’aller s’isoler dans un endroit où il n’y aurait que 3-4 personnes.

Il déposa son sac dans les vestiaire sans se changer, ne voyant la nécessiter puisqu’il n’avait pas amener son maillot évidemment. Dès qu’il rentra dans l’immense piscine, l’odeur de chlore se glissa dans ses narines et il alla s’installer sur le bord, le bas de ses pantalons roulés, et trempa ses pieds. L’eau était tiède et douce ce qui fit un soulagement pour Ethan. Dommage qu’il n’avait pas amener son maillot, il se saura volontairement baigner…

Revenir en haut Aller en bas


Invité

Invité
Invité


MessageSujet: Re: Une petite baignade ? [PV Lorelia Campello]   Dim 11 Sep - 10:55


Couchée dans son petit lit, Lorelia s'entraînait à faire apparaître toutes sortes de choses intangibles au plafond, sans vraiment réfléchir précisément aux formes et aux couleurs. Elle « dessinait » tout ce qu'il lui passait par la tête. A côté d'elle, sa sœur dormait profondément, paisible. La fillette l'observa un petit moment, admirant son visage serein et calme. Elle délaissa quelques instants ses illusions et pénétra doucement dans l'esprit de Camélia pour ne pas la réveiller. Elle pouvait y voir le rêve que sa jumelle faisait et elle sourit en voyant toutes ces images enfantines et légèrement trop niaises à son goût. Pas vraiment son genre, en somme. Elle se retira du rêve de sa sœur en douceur. Depuis quelques temps, lorsque l'atmosphère et l'ambiance de l'endroit lui permettaient, elle était capable de faire preuve d'une grande délicatesse pour entrer dans l'esprit des gens afin de découvrir leurs pensées. Malheureusement, ses migraines fréquentes qui l'assaillaient lorsqu'il y avait beaucoup de monde la déconcentraient souvent et il lui arrivait d'y aller un peu trop brusquement. Pas qu'elle s'en souciait réellement à vrai dire, lorsque c'était des gens qu'elle ne connaissait pas mais ... Elle ne ferait jamais de mal à sa jumelle, cela allait de soi.

Sans la réveiller, elle se glissa hors de son petit lit et rejoignit son père dans la cuisine. Les aiguilles de l'horloge montraient 11:30. Sa mère était donc déjà partie travailler. Elle salua son père d'un petit hochement de tête et fouilla dans le placard, à la recherche de quelque chose à manger. Contrairement à ce que les gens ordinaires pouvaient penser, ce n'était pas parce qu'elle était répertoriée comme démone qu'elle ne mangeait ni ne buvait rien. Il fallait bien qu'elle vive ! Elle pénétra discrètement dans l'esprit de son père mais ce dernier ne faisait que penser à elle et à ce qu'il allait faire cet après-midi. Inutile, donc.

Un bol de céréales plongées dans du lait plus tard, elle alla réveiller sa sœur qui dormait encore à poings fermés. Celle-ci bougonna un peu mais finit par se lever.


    « Tu fais quoi cet après-midi ? », lui demanda Lorelia.
    « J'ai pas envie de sortir, désolée. »
    « D'accord ... », concéda la fillette, légèrement déçue.


Elle regarda par la fenêtre. Le temps était toujours aussi ensoleillé, mais l'on pouvait voir une légère brise qui faisait bouger les feuilles des arbres. Elle soupira. Elle ne savait même pas ce qu'elle pouvait faire. Elle retourna voir son père :


    « Papa, on s'entraîne cet après-midi ! », exigea-t-elle.
    « Pas aujourd'hui, ma puce. J'ai beaucoup de choses à faire. », objecta-t-il en souriant.


Lorelia pesta et décida que si personne ne l'accompagnait, elle irait seule. Où ? Elle ne savait pas encore mais elle trouverait bien en se baladant en ville. Et puis ... On était samedi. Les magasins étaient ouverts et même si elle n'était pas très branchée shopping, c'était toujours mieux que rien ou que de faire ses devoirs. Elle attrapa son sac à dos et fourra dedans toutes sortes de choses qui pouvaient lui être utile : Argent, lunettes de soleil, Doliprane en cas de maux de tête, maillot de bain, serviette ... Peut-être pourrait-elle passer par la piscine, même en ne sachant pas nager. Après tout, il y avait bien quelques maîtres nageurs là-bas qui pourraient lui apprendre !


    « Je sors ! », cria-t-elle en passant la porte. « Je reviens ... En fin d'après-midi sûrement. »


D'un pas rapide, elle se dirigea vers la ville. Elle croisa beaucoup de personnes et leurs pensées pénétraient dans son esprit sans qu'elle y aille elle-même de son plein gré. Elle essaya de créer une barrière mentale comme lui avait appris son père mais il n'était pas simple de se concentrer avec toutes ses pensées qui la perturbaient. Elle aurait dû le faire avant de partir, mais il était maintenant trop tard. La brise fraîche lui ébouriffa légèrement les cheveux et passa sur ses jambes découvertes. Avant de partir, elle s'était vêtue d'un petit short en jean et d'un débardeur blanc aux motifs colorés.

Elle arriva rapidement à la piscine et décida d'essayer. Certes, il aurait mieux fallu qu'elle y aille avec son père, mais maintenant qu'elle était là ... Elle poussa la porte, paya son entrée et alla directement se changer dans les vestiaires. Il n'y avait personne. Elle était très pudique et préférait de toute façon être seule. Elle attrapa sa serviette rouge, rangea son sac dans un casier prévu à cet effet et se dirigea vers les piscines. Avec ce beau temps, la plupart des baigneurs étaient dehors ce qui arrangeaient bien les choses de la fillette, qui avait déjà assez de mal à différencier les pensées des autres des siennes. Un des bassins intérieurs n'était occupé que par trois ou quatre nageurs et elle décida de s'y rendre. Le tourbillon d'idées dans sa tête était déjà plus supportable. Elle laissa sa serviette sur le bord et s'approcha de l'eau. Elle n'avait pas peur. Elle n'avait jamais peur. Elle longea le rebord, ses pieds frôlant l'eau. Alors qu'elle avait plutôt l'intention de gagner les marches pour descendre progressivement, elle glissa et déséquilibrée, elle ne put que tomber dans le bassin.

Elle poussa un cri dépourvu de toute fierté, mais la surprise était trop forte. Et puis elle se sentit couler. Elle ne savait pas nager. Elle battit des pieds, des mains, en vain. L'eau pénétra dans sa gorge alors qu'elle criait, qu'elle essayait de respirer. Elle voulut tousser mais ne put que s'étouffer d'avantage. Les autres nageurs étaient trop peu nombreux et ne faisaient pas vraiment attention à elle. Elle allait mourir. Noyée. Une triste fin. Elle n'avait même pas pu dire au revoir à sa famille.

Puis ce fut le noir.

L'inconscience.

Les ténèbres.

La fin ?


Revenir en haut Aller en bas


Invité

Invité
Invité


MessageSujet: Re: Une petite baignade ? [PV Lorelia Campello]   Lun 12 Sep - 23:53


~ S.O.S ~

Même si on se trouvait à l’intérieur, on se rendait compte rapidement qu’il faisait plus chaud qu’à l’extérieur. La chaleur produite par les machines autour d’Ethan le rendait complètement fou! Il avait l’impression de se retrouver de nouveau en été, dans sa chambre du pensionnat entrain de suer comme un malade. Mais pour combler son besoin de fraicheur, ses pieds trempés dans l’eau tiède le réconfortaient un peu plus. Les gens autour de lui semblaient bien s’amuser même si la piscine était extrêmement silencieuse, à tel point qu’on serait cru dans un enterrement. Mais il fallait quand même dire que ce silence n’était pas désagréable!

À peine deux ou trois minutes où il était arrivé, quelqu’un d’autre pénétra dans la grande piscine intérieure. C’était une jeune fille aux cheveux blancs poudrés et aux beaux yeux bleu océan, exactement comme lui. Cela l’épata pendant une bonne minute avant de se mettre à sourire à lui-même. Alors il n’était pas le seul albinos au monde à ce qu’il voyait… La jeune blanche se promenait au bord de la piscine, se dirigeant vers les escaliers, son maillot de bain resplendissant de toutes les couleurs. À sa grande surprise, elle sembla perdre l’équilibre et d’un coup, en lançant un cri aigu, elle tomba dans le grand bassin d’eau. Pendant quelques secondes, Ethan se mit à sourire, amusé de la façon dont la petite s’était prise pour sauter dans la piscine. Cependant, lorsqu’elle se mit à drôlement gesticuler et à tenter en va et en vient à prendre une bouffer d’air, il comprit que quelque chose clochait. Il fallut qu’il la voie couler rapidement au fond pour comprendre!

Elle ne savait pas nager!

Ethan commença à paniquer et regarda autour de lui. Personne ne semblait prêter attention à ce qu’il venait juste de se passer et par ailleurs, il venait juste de remarquer qu’il n’y avait pas de sauveteur! Sans se soucier de ce que pouvait penser les autres, il retira rapidement sa chemise avant de sauter dans l’eau. Ethan nagea jusqu’au fond de la piscine et fronça très durement ses yeux afin d’essuyer de voir où se trouvait le corps de la jeune fillette. La pression monta rapidement dans ses oreilles et il sentit ses lentilles de contact rapidement se glisser hors de sa pupille. Le jeune humain parvint à attraper la gamine avant de rapidement se hisser à l’extérieur de l’eau. Dès que sa tête atteignit de l’air, il en prit une très bonne respiration. Il éleva le poids de l’enfant jusqu’au bord de la piscine avant de la déposer sur le dos et de, à son tour, sortir, ses vêtements extrêmement mouillé. Il la regarda avant de rapidement claquer des doigts pour la réveiller. À maintes reprises il lui lança des « eh » et des « oh » puis, il soupira de soulagement lorsqu’il la vit tousser plusieurs fois. Elle était vivante, c’était un vrai soulagement! Il lui sourit, la regardant de haut, ses cheveux dégoulinant de tout part.

- Est-ce que ça va ?

Il espérait qu’elle allait bien et qu’elle ne serait pas trop choquée par cette histoire.

Revenir en haut Aller en bas


Invité

Invité
Invité


MessageSujet: Re: Une petite baignade ? [PV Lorelia Campello]   Jeu 15 Sep - 18:55



Elle nageait. Elle nageait dans l'inconscience, dans l'obscurité de son cerveau. Dans une partie qu'elle n'avait jamais exploré, à la frontière de la mort. Tout était noir autour d'elle et elle flottait plus qu'elle nageait, à vrai dire. C'était étrange comme sensation. Elle avait l'impression de se voir de l'extérieur, de voir son corps plongé dans cette épaisseur ténébreuse. Ses yeux fermés et son visage qui semblait si serein face à cette issue définitive inéluctable, inexorable. Elle aurait presque pu deviner un léger sourire, comme si elle était soulagée d'en arriver là. Mais au fond, elle ne voulait pas partir. Elle avait encore tellement de choses à faire sur Terre, tellement de choses à dire ! Elle était bien trop jeune, bien trop innocente. Mais la Mort, avec un grand M, se fichait bien de l'âge ses victimes. Elle était toujours là, prête à faucher la moindre personne qui ferait le mauvais pas, la petite faute. Celle qui laisserait un grain de sel perturber l'engrenage de sa vie. Elle rôdait près de tout le monde, invisible, intouchable. Inodore. Mais elle passait toujours à l'action quand il le fallait et la plupart du temps, sans possibilité d'en ré-échapper. Et Lorelia avait beaucoup de doutes sur ses chances de sortir de cette piscine vivante.

Alors que la fillette se sentait désespérément près de sa fin, dans son inconscience, elle se sentit remonter. Comme une renaissance, un espoir. Inattendu. Son cœur tressauta quelques secondes et ses poumons voulurent se débarrasser de toute l'eau dont ils étaient remplis. Émergeant doucement à la surface de son esprit, elle toussa, cracha et faillit vomir un contenu entier de bassin. Un méchant goût de chlore dans la bouche, elle ouvrit grand les yeux et se rassit brusquement, fixant celui qui l'avait sauvée de cette noyade. Elle l'avait déjà aperçu en arrivant mais elle n'avait pas vraiment fait attention à lui et à ses pensées, notant simplement qu'il avait les mêmes couleurs de cheveux et d'yeux qu'elle. Enfin ... La baignade forcée qu'il avait dû prendre lui avait manifestement fait perdre ses faux yeux, puisqu'il la regardait de deux iris rouges. Un albinos ... Intéressant.

Malgré son épuisement, elle s'inséra dans ses pensées mais n'y vit aucun mépris ni aucune condescendance. Elle fronça les sourcils en apprenant qu'il était humain mais ne rajouta rien. Elle détestait les humains - à part sa mère -. Ils étaient beaucoup trop faibles, trop fragiles. La moindre bourrasque de vent les cassait en mille morceaux, la moindre chute les brisait mortellement. C'était d'un pathétique à en faire vomir. Il y avait également dans son pauvre cerveau un immense soulagement de la voir respirer et il sourit. Elle ne lui était pas reconnaissante de l'avoir sauvée. Elle ne connaissait limite même pas ce mot. Elle ne comprenait d'ailleurs même pas pourquoi il était allée la chercher dans l'eau, alors qu'il ne la connaissait même pas. A sa place, sûrement qu'elle aurait laissé l'autre se noyer sans vraiment y penser, en le regardant avec impassibilité. Elle n'aimait pas spécialement voir les autres souffrir, mais elle ne faisait rien pour abréger leur douleur. Elle soupira.


    - Est-ce que ça va ?


Elle le regarda comme s'il était complètement stupide. Ce qui était peut-être le cas, d'ailleurs. C'était un humain après tout, et ces derniers avaient la manie de poser des questions idiotes. Elle venait d'être sauvée in extremis de la noyade, elle dégoulinait d'eau et elle était crevée, mais il lui demandait quand même si ça allait. Elle se leva doucement. En tant que démone, elle avait une assez bonne capacité de régénération et elle allait sans doute retrouver rapidement son énergie. Elle alla chercher sa serviette et s'enroula dedans. Cette dernier était aussi colorée que le reste mais elle aimait bien. Malgré son air froid et sombre, elle n'était pas gothique non plus ! Ses cheveux dégoulinaient de partout, plaqués sur son visage. Elle ne devait pas être bien belle mais à quoi bon y réfléchir ? Elle n'était qu'à la piscine après tout, pas en soirée hyper branchée. Elle répondit au jeune homme d'une voix tranchante et glaciale, qui contrastait avec son apparence de fillette.

    « J'ai failli me noyer. »


C'était une réponse courte mais claire et nette. Elle n'avait de toute façon rien d'autre à ajouter. Que pouvait-elle dire de plus ? Son père l'aurait sûrement grondée et sa mère aurait voulu qu'elle fasse preuve de plus de gentillesse, mais elle ne voyait pas pourquoi elle devrait des sourires aimables aux gens qu'elle ne connaissait de toute façon pas. En pensant à Giovanni, elle ajouta de mauvaise foi :

    « Merci. »


Elle n'avait pas envie de s'éterniser là-dessus et elle ne semblait pas vraiment perturbée par son accident. Comme si rien ne s'était passé. Son visage restait impassible et elle, fidèle à son caractère. Elle fixa le jeune homme et demanda :

    « Ton nom ? »


Revenir en haut Aller en bas


Invité

Invité
Invité


MessageSujet: Re: Une petite baignade ? [PV Lorelia Campello]   Ven 30 Sep - 1:30


~Une vraie gamine ~
Ethan avait sauté dans l’eau à une vitesse phénoménale, laissant son corps se glisser dans la grande marée d’eau, sans se soucier de ce qu’il pouvait lui arriver. Le jeune humain avait suivit des cours de sauvetage auparavant et il fallait dire qu’il ne s’était jamais sentit aussi nerveux de toute sa vie, jamais autant! Qu’allait-il arriver s’il ne parvenait pas à sauver cette jeune enfant ? Qu’arriverait-il si il se retrouvait incapable de la remonter à la surface de l’eau et que lui-même ne puisse prendre une bouffer d’air d’ici tôt ? Battant ses mains dans la pression aquatique, il parvint rapidement à trouver une forme floue qui commençait tranquillement à s’effondrer au fond de la piscine.

L’albinos se hissa hors de l’eau, tenant entre ses mains la petite enfant, et prit une des plus grandes respirations au monde. Les gens autour de lui avaient prêté quelques secondes d’attention, mais s’étaient tous remis à nager tranquillement dans la piscine. Quand on il y pensait, les humains ne s’entraidait pratiquement jamais, c’était sûrement un des défauts les plus fréquents dans le monde. À son soulagement, la jeune fille aux cheveux blancs, exactement comme lui, s’était mise à tousser et à finalement respirer normalement. Gentiment, Ethan lui demanda si elle allait bien et qu’elle n’avait pas mal quelque part. Il s’écrasa par terre avant de passer une main dans ses cheveux, épuiser des minutes qui venait de se passer.

- J’ai failli me noyer.

La réponse avait si froide qu’Ethan crut pratiquement avoir des frissons tout au long de son corps. Il haussa un de ses sourcils avant de la regarder un peu bêtement. Il venait de lui sauver la vie, il savait parfaitement qu’elle avait failli y passer. Il n’était pas con non plus! Était-ce nécessaire qu’elle aille besoin de le lui dire ? L’humain soupira un peu avant de sourire à la jeune fille, sans avoir l’air trop offusqué. De toutes les façons, il ne pouvait rien y faire au monde que était naturellement un tempérant un peu bête.

- Merci.

Aussitôt qu’elle eut dit ce simple mot de amabilité, Ethan lui sourit de toutes dents, un peu moins fâché de sa phrase de tantôt. Bah! Il fallait quand même dire qu’il y avait toujours quelque chose de bon dans chaque personne quoi! De ses yeux rouges, il la fixait poliment avant qu’elle ne lui demande son nom. Ethan avait la nette impression que tout ce qu’elle disait était à contre cœur. Comme si dans le fond, elle aurait préféré que quelqu’un d’autre vienne à son secours.

- Je m’appelle Ethan, Ethan Yoku! Et toi, comment tu t’appelles ?

Maintenant qu’il y pensait, il n’avait pas prit le temps de retrouver ses lentilles! Il se rendait compte qu’il ne voyait qu’à un ou deux mètres de distances, tout le reste était flou. Et merde! C’était sûr que c’était fichu dans le fond, il ne les retrouverait probablement jamais. Le jeune homme fronça très durement les sourcils avant de se relever et de tendre sa main en direction de la fillette.

- Il y a un bar de crème glacée dans le coin, ça te dirait d’aller en manger une ?

[Excuse-moi pour l'attente et la réponse un peu médiocre ._. ]

Revenir en haut Aller en bas


Invité

Invité
Invité


MessageSujet: Re: Une petite baignade ? [PV Lorelia Campello]   Sam 1 Oct - 12:17


Lorelia n'aurait peut-être pas dit que c'était fun d'être à la frontière de la mort, parce qu'elle aurait alors menti. Mais, en y repensant bien, il fallait avouer que c'était assez ... Intéressant, comme expérience. Très enrichissant, quoi. Ce n'était pas tous les jours qu'elle manquait de mourir ! Et contrairement à ses pensées, la demoiselle n'était pas masochiste le moins du monde. Juste que son intelligence légèrement perverse aimait voir les points positifs de chaque chose. Même si les gens avaient tendances à considérer la situation comme désespérée et forcément négative, la fillette savait y trouver un ou si la chance lui souriait, plusieurs bon côtés. Breff. Tout ça pour dire que si quelqu'un avait eu conscience de ses pensées, il l'aurait pris pour une folle dérangée, future psychopathe/sociopathe/et tous les trucs qui finissent par -pathe. Sauf que dans l'histoire, c'était elle qui lisait dans les pensées et non les autres. Et ça, c'était cool. - Sauf évidemment quand elle se trouvait dans un endroit rempli de monde qui pensait à plein de choses futiles et stupides mais là n'était pas la question. -

Breff. A défaut d'être en présence d'une foule idiote et trop bruyante, elle se retrouvait avec un humain. Albinos, en plus. Mais qui avait l'air aussi bête que le reste des humains puisque ses questions ne brillaient pas par leur intelligence. Non mais vous vous rendez compte ? Il lui demandait si ça allait ...! Bon, évidemment, en tant que démone, elle récupérait plutôt vite. Et dire que quand elle était petite, elle croyait qu'il y avait des limites à la bêtise. Heureusement pour elle, il y avait bien longtemps que cette pensée était sortie de son esprit et qu'elle avait découvert la vérité sur les hommes. Lorelia lui répondit donc aussi froidement que possible - et encore, elle n'était pas à son maximum - en lui précisant qu'elle avait failli se noyer. Ce qui sous-entendait par la même occasion qu'une personne normale n'allait pas forcément bien après avoir échappé à la mort. - Certes, elle n'était pas tout à fait normale mais elle ne comptait pas lui dire pour l'instant. -

Et puis, parce qu'elle ne l'avait pas encore fait et qu'elle avait bien envie de découvrir de nouvelles choses, elle se concentra sur l'esprit de l'humain et y pénétra aisément. C'était pathétique ... Les humains ne savaient même pas dresser des barrières mentales pour se protéger, libérant toutes leurs idées et leurs envies aux télépathes. Elle, d'un côté, ça l'arrangeait assez puisque ça lui permettait de savoir tout ce qu'elle voulait mais ... Quand c'était pour avoir des migraines atroces, elle préférait encore rester chez elle.

Ethan, puisque c'était son nom même s'il ne lui avait pas encore dit, lui sourit comme on sourit à une enfant. D'une manière très condescendante donc, que Lorelia n'apprécia pas du tout. Mais alors ... Vraiment pas du tout. Parce que même si elle ressemblait étrangement à une gamine de 8 ans - voire moins - alors qu'elle en avait douze, ce n'était pas une raison pour la considérer comme un enfant ! Elle était bien plus mature que certains adultes. Ce n'était tout de même pas sa faute si la croissance de son corps avait dû mal à suivre celle de son esprit - fallait aller dire ça à sa nature de demie-démone hein ! -

Breff. Toujours connectée aux pensées et aux réactions de l'humain - d'ailleurs, le fait qu'il ait frissonné quand elle lui avait parlé très froidement l'avait presque fait sourire -, elle le remercia, de mauvaise foi. Le jeune homme dut la croire car il lui sourit de toutes ses dents ce qui éclairait ses yeux rouges. C'était déconcertant. Lorelia n'avait jamais vu d'albinos avant celui-ci et elle en profitait pour l'observer en détail tout en restant discrète. Elle lui demanda également son nom même si elle le connaissait déjà. Après tout, c'était ce qu'il fallait faire pour engager une conversation avec un humain, non ? Dire qu'elle était obligée de s'abaisser à parler avec un vulgaire humain ... Pathétique.


    - Je m’appelle Ethan, Ethan Yoku ! Et toi, comment tu t’appelles ?
    « Lorelia Campello. »


Elle ne rajouta pas de « Enchantée » ou « Ravie de faire ta connaissance. ». C'aurait été mentir. Et Lorelia était d'une franchise et d'une honnêteté parfaite. Elle ne mentait jamais. - Ou presque. - En captant les pensées du jeune homme, elle devait admettre qu'il ne pensait pas à tort. Oui, elle disait tout ça à contre coeur parce qu'elle n'en avait strictement rien à fiche de lui. Et oui, elle aurait préféré que ce soit un démon ou une autre chose qu'un humain qui vienne la sortir de cette prison aqueuse. Mais puisque de toute façon elle ne pouvait rien y changer, elle s'abstint de commenter. Elle nota également qu'il était particulièrement myope puisqu'il n'y voyait même pas à deux mètres devant lui ! Il fronça alors les sourcils, comme si ç'allait l'aider à y voir quelque chose et il lui tendit la main. Main que la fillette ignora totalement.

    - Il y a un bar de crème glacée dans le coin, ça te dirait d’aller en manger une ?


Elle haussa les épaules. Puisqu'elle était là de toute façon, elle n'avait rien à perdre. Et son père ne comprendrait pas pourquoi elle rentrait si tôt après lui avoir dit qu'elle revenait dans l'après-midi. Et puis, avec un peu de chance, elle allait pouvoir convaincre ledit Ethan de lui apprendre à nager. Même si c'était encore plus humiliant pour elle qui détestait les humains. Misère ... Dans quoi s'était-elle encore fourrée ?

    « Hum. Pourquoi pas. »


Enroulée dans sa serviette bien qu'elle soit déjà assez sèche, elle alla récupérer son petit porte monnaie. Pour une fois, elle pouvait faire preuve d'un peu de gentillesse. En outre, elle n'était pas certaine, mais elle croyait avoir perçu l'image de son père dans les pensées du jeune homme. Et si Giovanni appréciait Ethan, alors elle se devait de faire pareil. Ou du moins, semblant. Elle retourna vers lui et lui adressa un coup d'oeil interrogateur. Puisqu'il lui proposait, autant qu'il l'y emmène, non ?

Revenir en haut Aller en bas


Invité

Invité
Invité


MessageSujet: Re: Une petite baignade ? [PV Lorelia Campello]   Ven 14 Oct - 0:42


~ Ses longs cheveux ~

Lorelia Campello, elle s’appelait donc Lorelia. C’était plutôt un très joli prénom et Ethan venait de l’entendre pour la toute première fois. Campello lui rappelait vaguement quelqu’un, mais il n’y prêta pas plus attention qu’il nécessitait. Il fallait le dire que le sien était représentatif de toute banale personne qui puisse exister dans le monde. Pas le moindre individu qualifierait Ethan comme un nom joviale, enjouée ou rayonnant, ce qui ne reflétait pas du tout sa personnalité. Il était plutôt quelqu’un de très optimiste et il adorait rendre service aux gens autour de lui. La preuve en était qu’il venait juste de sauver cette fillette de la noyade. Il ne se ventait pas, oh ça non! Mais il avait quand même une bonne estime de soi sur ce côté. Penchant physique, c’était toute une autre chose. Maintenant qu’il y réfléchissait, il n’avait pas tant prêté attention à la chevelure argentée et aux yeux bleu ciel de Lorelia. Elle était exactement comme lui, pratiquement sa copie conforme, enfin, lorsqu’il avait encore ses lentilles de contact. Était-elle comme lui? Avait-elle elle aussi un complexe de son physique…? À en juger par les premiers regards, il ne pouvait que dire non. Mais dans le fond, ce n’était qu’une hypothèse.

Il lui proposa d’aller manger une glace près de la piscine et elle ne refusa pas. Il croyait qu’après cette… péripétie si l’on pouvait dire, elle aurait un petit creux. Enfin, pour lui c’était le cas! Son ventre n’avait cessé de réclamer de la nourriture depuis au moins une bonne demi-heure, avant même qu’il n’arrive à la piscine. Lorelia avait récupéré son porte-monnaie, mais Ethan lui proposa aimablement de le laisser de côté et de payer sa glace. Le jeune humain lui demanda de l’attendre à l’extérieur de la piscine, car il n’avait pas tout à fait la possibilité de se glisser dans les vestiaires des filles - Il n’était pas pervers quand même! – et puis de toutes les façons, il avait besoin de quelque peu se changer. L’adolescent se glissa dans les vestiaires des hommes et se dépêcha rapidement de se changer, espérant ne pas trop faire attendre Lorelia. Cela devait faire au moins une bonne dizaine années qu’il n’avait pas fréquenté quelqu’un de plus jeune que lui. À l’habitude des enfants, ils se moquaient de lui ou prenaient peur en croiser son regard vermeil. Ethan haussa ses épaules en enfilant ses lunettes et une chemise, l’entrouvrit un peu, et sourit à lui-même. Il n’avait plus besoin de se préoccuper des ce genre de choses pour le moment.

Lorsqu’il traversa le cadre de porte, il ne fut point surpris de voir la jeune fille déjà prête. Probablement qu’il l’avait fait attendre, mais disons qu’il avait été occupé à tordre son linge plus qu’autres choses. Il s’excusa brièvement à Lorelia avant de lui sourire et de se diriger vers le fond du couloir. Le bar à crème glacé se trouvait à l’extérieur où le soleil surplombait toute la surface de l’immense bâtiment consacré à la piscine. Peu de monde s’y trouvait et ils n’avaient donc pas beaucoup d’attente dans la file. Ethan se massa le front à plusieurs reprises sentant que son mal de tête était loin de partir. Au fond de lui, il était un peu fâché d’avoir perdu ses lentilles de contact, il allait devoir endurer ses lunettes et ses yeux rouges sang pendant un long moment… Ils arrivèrent devant le caissier qui sembla un peu déstabiliser par le regard de l’albinos. Parfois, il avait vraiment envie de pouvoir pénétrer dans la tête des gens pour savoir ce qu’ils pouvaient bien penser, savoir ce qu’ils aimaient, ce qu’ils ressentaient… Il se mit alors à bêtement rire de lui-même.

Les pouvoirs magiques ça ne pouvait pas exister.

- Prend ce que tu veux, je paye n’importe quoi!

Il lui sourit avant de la laisser commander au jeune homme en face de lui et d’à son tour prendre une glace. Il avait opté pour la simplicité et avait choisi une glace à la vanille. Lorsqu’ils reçurent leur commande, Ethan proposa à Lorelia de venir s’asseoir sur un banc qui ne se trouvait pas trop loin. La température était clémente et douce alors pourquoi pas ne pas en profiter? Lui, il s’installa confortablement avant de mordre directement dans sa glace et de sourire à Lorelia.

- Je suis vraiment épaté de voir qu’une autre personne dans cette ville à des cheveux comme les miens…

Il avait presque qu’envie de les caresser, mais ça n’aurait été qu’impoli et très étrange de sa part. À la base, ce n’était que des cheveux. Mais pour lui, il avait l’impression que c’était le pire des malheurs au monde. Il soupira un peu pour lui-même avant de secouer un peu sa tête et de passer une main dans ses cheveux. Il était décidément pas capable de penser à autres choses que ça…

- Si ce n’est pas trop indiscret, mais t’es parents ont aussi les mêmes… cheveux que toi?

Ça l’intéressait grandement de savoir d’où provenaient ses cheveux blancs.

Revenir en haut Aller en bas


Invité

Invité
Invité


MessageSujet: Re: Une petite baignade ? [PV Lorelia Campello]   Sam 15 Oct - 12:08


Lorelia savait tout. Elle entendait tout, comprenait tout. Elle connaissait les moindres pensées de gens, leur souhaits, leurs idées. Leurs désirs secrets, leurs fantasmes. Leur hypocrisie, leurs mensonges. Parfois, ça faisait trop. Tellement trop qu'elle en avait mal à la tête, à vouloir en crever pour que tout s'arrête. Alors elle était obligée de s'isoler dans sa chambre pour ne plus en sortir avant que la migraine ne cesse enfin. Et cela pouvait mettre cinq minutes comme deux heures. Et là, son pouvoir se fichait bien de savoir qu'elle venait d'échapper à la mort et continuait à fonctionner alors qu'elle aurait aimé que tout s'arrête, juste une minute. Histoire que ce bruit de fond incessant s'éteigne pour de bon. Mais c'était trop demandé, évidemment.

En parlant à Ethan, elle nota donc qu'il n'avait jamais entendu son prénom mais que son nom de famille lui disait vaguement quelque chose. S'il avait approfondi ne serait-ce qu'un peu son impression, il aurait sans doute pu comprendre qu'il avait en face de lui la fille d'une de ses connaissances. Qui était, qui plus est, un démon. C'était toujours bon à savoir. Mais monsieur ne semblait pas vraiment s'attarder sur les détails et ce n'était pas Lorelia qui allait lui faire remarquer. Tout en essayant de démêler ses propres idées de celles de son interlocuteur, elle capta une de ces remarques. Complexe physique ? Non, vraiment pas. Elle adorait ses cheveux blancs et ses yeux bleus, caractères parfaitement héréditaires qu'elle avait récupéré de son père. Elle en était même très fière. Elle adorait Giovanni.

Breff. Il lui proposa alors d'aller manger une glace, croyant à tort qu'elle avait faim. Lorelia n'avait presque jamais faim et cela ne lui manquait pas. Elle mangeait quand elle en avait envie - surtout aux horaires humains pour ne pas trop déboussoler sa mère - et cela lui convenait parfaitement. Mais il fallait avouer qu'elle ne se refusait jamais une petite gâterie de temps en temps, histoire de se faire plaisir. Cependant, même si elle ne sentait pas vraiment le besoin de manger, elle pouvait parfaitement ressentir l'envie pressante qu'avait Ethan. Il allait mourir affamé s'il ne mangeait pas dans l'heure. Pas que ce soit une terrible perte, cela dit.

La jeune fille récupéra son argent mais le jeune homme lui proposa de payer. Elle aurait bien refusé mais elle vit que cela ne servirait à rien. Elle soupira. Les humains étaient bien étranges, à toujours vouloir payer pour les autres. Un jour, elle savait parfaitement qu'ils le regretteraient. Mais il serait beaucoup trop tard pour s'arrêter. Elle attrapa également sa serviette et ils se dirigèrent vers les vestiaires. Elle se glissa dans ceux des filles et se changea rapidement. Elle était assez soulagée qu'il n'y ait personne, d'ailleurs. De toute façon, elle n'était pas restée bien longtemps ...

Elle sortit et s'adossant contre une barrière, elle attendit que l'humain la rejoigne. Il arriva assez rapidement et fut assez satisfaite. Il ne l'avait pas fait attendre trop longtemps. Il s'excusa rapidement et elle hocha la tête, impassible. Elle s'en fichait un peu, à vrai dire. Elle le suivit silencieusement, toujours connectée sur ses pensées. Elle remarqua qu'il avait mal à la tête, même si elle ne savait pas vraiment pourquoi. Alors qu'ils arrivaient devant le marchand, elle fronça les sourcils. Heureusement qu'il n'y avait pas beaucoup de monde. Elle nota cependant que le vendeur fantasmait depuis tout à l'heure sur les jambes de la mère de famille qui se jouait doucement avec sa fillette, que le vieux assis sur le banc avait envie de rentrer chez lui mais qu'il avait légèrement la flemme, qu'une gamine courant de partout avait envie d'aller se baigner tout de suite mais que sa mère n'était pas d'accord, qu'un garçonnet était jaloux de son petit frère qui venait de lui piquer sa place dans les bras de sa mère ... Que des pensées futiles et stupides, en somme.

Elle entendit également, dans un coin de son esprit, que le vendeur était assez perturbé par le regard rouge de l'humain, que l'on pouvait voir malgré ses lunettes de soleil qui ne le cachaient presque pas. Il ne fit cependant aucun commentaire mais elle put percevoir toutes les remarques acides et la curiosité malsaine qu'il retenaient. Une bande d'hypocrites, vraiment. Elle faillit rire lorsque Ethan pensa que les pouvoirs magiques n'existaient pas mais elle se retint. S'il savait à quel point il se fourvoyait ! Malheureusement, il avait l'air de prendre ça pour une bénédiction. Et même si parfois, Lorelia était d'accord avec ça, elle avait plus l'impression de souffrir à longueur de journée que de s'amuser à fouiller dans la tête des passants. Même si à force d'entraînement, cela venait petit à petit.

    - Prends ce que tu veux, je paye n’importe quoi !
    « Merci. », dit elle en le regardant. Elle ajouta, à l'adresse du vendeur : « Une boule caramel, s'il vous plait. »

Ethan commanda ensuite une glace à la vanille et il paya avant de lui proposer de s'installer sur un banc. La fillette haussa les épaules et le suivit docilement, branchée sur les fréquences des esprits autour d'elle. Des humains. Encore des humains. Toujours des humains. Faibles créatures. Elle préféra s'assoir en tailleur sur le banc, tournée vers son interlocuteur, les genoux au dessus du vide. Elle lécha doucement sa glace et fixa son attention sur l'albinos.
    - Je suis vraiment épaté de voir qu’une autre personne dans cette ville à des cheveux comme les miens…
    « Ce n'est pas si rare, si tu regardes bien ... »

Elle perçut parfaitement l'envie qu'il avait de lui caresser les cheveux mais ne dit rien, sachant parfaitement qu'il se retiendrait. Et puis, elle n'allait de toute façon pas le laisser faire.
    - Si ce n’est pas trop indiscret, mais t’es parents ont aussi les mêmes… cheveux que toi?

Elle esquissa un léger sourire, le premier de la journée. Et ce petit rictus éclaira son visage comme si c'était la plus belle chose au monde. C'était tellement rare de la voir sourire face aux inconnus. Elle ne le faisait qu'avec sa famille et ses très proches amis. Encore qu'elle n'en avait pas tant que ça, de toute façon ...
    « Oui. Mon père. » Après un petit silence, elle ajouta : « La vie d'un albinos est moins dure que tu ne le crois. Arrête de t'apitoyer sur ton sort. »

Au moins c'était franc. Et clair. Et blessant. Mais ça, elle s'en fichait royalement.



Dernière édition par Lorelia Campello le Lun 24 Oct - 10:13, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas


Invité

Invité
Invité


MessageSujet: Re: Une petite baignade ? [PV Lorelia Campello]   Sam 22 Oct - 0:37


~ Raisonnement ~

La crème glacée s’était mise à fondre à cause de la dense chaleur. Le cornet était tiède et rapidement, le goût de manger une bonne glace se dédaignait dans la bouche d’Ethan. Mais il préféra plutôt l’engloutir que de jeter de l’argent à la poubelle. Lorelia avait décidé de prendre une glace au caramel et s’était assise en tailleur sur le banc près du petit stand. Aussitôt qu’ils avaient posé leurs fesses sur le banc, il lui avait expliqué son épatement à propos de sa chevelure argentée. Une chevelure qu’il distinguait comme rare, très rare. La petite fillette pensait plutôt le contraire et affirmait que, s’il observait bien le monde autour de lui, ce n’était pas une couleur exceptionnelle. Ethan ne put s’empêcher de lui sourire un peu, l’air de la trouver nettement moins gamine que ce qu’elle paraissait. Le jeune humain passa une main dans ses cheveux avant de soupirer un peu et de lui demander d’où, duquel de ses parents, provenait cette couleur. La jeune fille avait dessiné un sourire sur son visage pour la toute première fois de la journée

- Oui. Mon père. La vie d'un albinos est moins dure que tu ne le crois. Arrête de t'apitoyer sur ton sort.

La réponse avait été glaciale, ce qui surpris un peu l’humain. S’apitoyer sur son sort, c’était vrai, il en faisait souvent beaucoup trop, il devait se l’avouer. Mais ça faisait parti de ses défauts, et ça, ça ne pouvait pas changer du jour au lendemain. Le Yoku vivait dans un monde de préjugés et d’opinions. Peu importe ce qu’on faisait, de quoi on avait l’air, ce qu’on portait, ce qu’on faisait à nos cheveux, tout était jugé, absolument tout! Le monde d’aujourd’hui avait la simple habitude de critiquer les gens avant même de les connaître. C’était une fatalité, ‘fallait tout clairement l’admettre! Alors pas étonnant qu’au départ, c’était un homme qu’on jugeait. À forcer de se faire traiter de tous les noms dans son dos, on s’habituait à être le seul cas triste et isolé de tous. Alors on pouvait dire que dès le début, il avait l’habitude de se plaindre sur sa vie. Il avait tellement été intimidé à son école que s’en était devenue une simple et mauvaise coutume.

Il riait franchement de sa situation en ce moment! Il était rare qu’il réfléchisse sur sa situation, à vrai dire, il détestait le faire. Mais en ouvrant un peu les yeux, on pouvait dire qu’il était quand même un garçon chanceux, chanceux d’avoir hérité de quelque chose de différent des autres. La seule chose, c’est qu’il n’arrivait pas à l’aimer, c’est tout. Et puis, de toutes les façons, comment cette Lorelia avait-elle fait pour deviner aussi facilement qu’il se plaignait sur la nature de ses cheveux? Pas l’ombre d’une fois il avait fait mention de malheur ou de quoique ce soit. Quelque chose tramait avec cette fille… quelque chose d’oculte il avait l’impression. Ethan haussa ses épaules avant de passer une main sur son front et d’ôter ses lunettes de soleil, voyant que la lumière s’était adoucie.

- Qui t’as dit que je m’apitoyais sur mon sort ?

Il s’était mis à sourire malicieusement, se demandant franchement ce qu’elle pouvait répondre. Maintenant qu’il y pensait, plus il la regardait, plus il croyait voir quelqu’un d’autre en particulier, mais il ne parvenait pas du tout à se souvenir de qui. C’était comme s’il avait perdu une partie de ses souvenirs, ou quelque chose dans le genre. Si Lorelia disait avoir un père aux cheveux blancs, Ethan devait sûrement l’avoir croisé dans la ville une fois, juste au moins une fois! Puis, dans un bond, il se rappela soudainement où il avait vu cette chevelure! Le professeur à l’académie, mais bien sûr! Le malaise monta en lui et il crut que la situation se retournait de bord. Super! Il était donc entrain de bavarder avec sa fille…

- Lorelia? Est-ce que ton père est professeur par hasard à l’académie?

Sans le vouloir, il venait tout juste de signer son arrêt de mort en lui parlant. Ses relations ces temps-ci n’allaient pas super bien fallait-il s’avouer…

Revenir en haut Aller en bas


Invité

Invité
Invité


MessageSujet: Re: Une petite baignade ? [PV Lorelia Campello]   Jeu 27 Oct - 20:02


Concentrée sur sa glace et sur les pensées d'Ethan (elle ne voulait pas en rater une ou deux qui auraient pu lui rapporter quelques renseignements précieux), Lorelia faillit riposter à l'une des réflexions qu'il se faisait. Elle se retint de justesse en fronçant légèrement les sourcils, petit signe de contrariété qui aurait aisément pu être fait à cause de la trop grande froideur de la glace. (Ce qui, il fallait l'avouer, était le principe même de l'existence d'une glace, mais passons.) Comment ça, il la trouvait nettement moins gamine qu'elle ne le semblait ? Elle avait douze ans, elle n'était pas si petite que ça ! Certes, sa croissance n'était pas dans la norme humaine, ce qui la faisait paraître comme une enfant de six voire huit ans à peine. Mais on pouvait normalement facilement voir qu'elle avait l'air bien plus mature et intelligente que ce que sa taille pouvait faire croire. Ethan était bien stupide de juger sur son apparence et cela montrait bien, en soi, qu'il n'était qu'un pauvre humain dépourvu de capacité d'observation. Triste sort que de devoir terminer sa vie dans la peau d'un être fragile : Lorelia ne leur enviait rien du tout.

La conversation dévia alors sur la couleur de cheveux des deux « albinos », si on omettait le fait que la fillette n'en était pas réellement une puisqu'elle avait les yeux bleus et que sa couleur de cheveux n'était peut-être pas réellement due à une dépigmentation mais juste à un trait caractéristique de sa race et de l’héritage de son père. Ce dont elle se était particulièrement fière d'ailleurs, puisqu'elle avait enfin esquissé un sourire. Ce qui était un exploit pour elle, si l'on considérait la façon qu'elle avait d'agir avec les inconnus. Toujours branchée en direct sur l'esprit d'Ethan (qui ne lui apportait pas des merveilles et qui confirmait l'impression qu'elle avait sur l'intelligence limitée des humains), elle nota qu'il était en réalité quelqu'un d'assez complexé qui n'acceptait pas vraiment sa différence. A moins qu'il ne supportât pas plutôt l'objet de cette différence, et non celle-ci en elle-même. Ce qui, au final, revenait de toute façon au même.

Lâchant un peu la connexion qui la reliait à Ethan (elle commençait un peu à fatiguer à force d'être en constante surveillance), Lorelia apprécia le goût de sa glace sur sa langue et la fraîcheur qu'elle apportait. C'était assez rare qu'elle mange des glaces mais quand on lui en proposait une, elle ne refusait pas. Le plus souvent, d'ailleurs, elle essayait d'en mettre une dans les mains de Camelia mais les résultats n'étaient pas souvent probants ... Elle soupira imperceptiblement. Elle adorait sa soeur, mais elle la trouvait vraiment trop sage. Trop calme aussi. Et surtout, trop gentille. Il allait falloir qu'elle y remédie rapidement.

Elle termina assez rapidement son cornet et elle se reconnecta sur Ethan, juste au moment où il pensait qu'elle avait quelque chose d'occulte. Elle faillit éclater de rire en entendant cette réflexion parfaitement ridicule. Grotesque même. Occulte ?! C'était un terme qui se rapportait plutôt à la magie noire. Or Lorelia ne pratiquait pas la magie. Enfin, elle considérait plutôt qu'elle était dotée de dons (créer des illusions et lire les pensées, entre autres.)

    - Qui t’as dit que je m’apitoyais sur mon sort ?
    « Toi. », répliqua-t-elle le plus sérieusement du monde.

Ce qui n'était pas totalement faux, d'ailleurs. Il ne lui avait pas dit directement, mais ses pensées, elles, avaient été parfaitement claires. Elle observa son sourire malicieux puis l'expression surprise qui recouvrit son visage lorsqu'il se rappela enfin qu'il avait déjà vu son père. Pas trop tôt. Cet humain avait décidément une mémoire de poisson rouge. Elle nota également son malaise, mais n'ayant accès à aucune de ses pensées, elle avait du mal à se l'expliquer.
    - Lorelia? Est-ce que ton père est professeur par hasard à l’académie?
    « Oui. Professeur d'italien, pourquoi ? Tu le connais ? »

Parce que bon ... L'arrêt de mort, c'était pas un peu exagéré quand même ? Fallait pas abuser non plus. Avec un petit sourire innocent, elle ajouta, comme si elle se repaissait de son trouble.
    « Tu as l'air mal à l'aise ... »


Revenir en haut Aller en bas


Invité

Invité
Invité


MessageSujet: Re: Une petite baignade ? [PV Lorelia Campello]   Dim 13 Nov - 19:14


~ Secret ~
Le jeune humain s’attendait à avoir une réponse bafouée, peu clair et peu recherchée lorsqu’il lui avait posé sa fameuse question, assuré que la fillette devant ses yeux allait être déboussolé par sa question. Mais à sa grande surprise, elle ne répondit qu’un seul mot, un petit mot. Toi… Il avait haussé ses sourcils dans les airs, sentant que l’hypothèse qu’il avait auparavant formulée dans sa tête semblait être de plus en plus exacte. Quelque chose clochait avec cette Lorelia et il n’aimait pas ça. Et puis, l’albinos avait l’impression de sauter par-dessus plusieurs choses et il lui manquait des informations importantes. Puis, par la suite, il s’était souvenu de l’autre albinos, l’adulte qui travaillait à Klain. Ethan avait eu l’impression qu’une onde d'ignominie avait traversée son corps en moins de quelques secondes. Il avait l’habitude d’oublier certaines choses, certes, il devait se l’avouer, mais rarement les trucs très importants – comme son ancienne rencontre avec le professeur de l’académie. Juste à y penser, il avait des frissons qui lui parcouraient le dos et qui faisait hérisser les poils dans son cou. Disons qu’il n’avait pas eu une bonne rencontre avec l’enseignant auparavant…

Lorelia affirma qu’il était professeur d’italien et lui demanda s’il le connaissait. Ethan ne laissa rien paraître pour ce qui était de sa nervosité dans son visage. Toutefois, il sentait qu’une de ses mains étaient plus moites qu’avant. Il ne lui répondit pas aussitôt, sentant qu’il ratait encore un ou deux choses. Qu’est-ce qu’il oubliait encore? Il s’était lui-même promis de ne pas négliger se genre de trucs! Alors pourquoi il avait l’impression de manquer de quoi? Ethan était perdu dans ses pensées et il n’arrêta pas de tourner autour du pot.

- Tu as l’air mal à l’aise…

La jeune fille avait retroussé ses lèvres et le regardait dans ses yeux rouge sang. Ethan fronça de nouveau les sourcils avant de soudainement se rappeler ce qu’il ne devait pas oublier! L’humain se releva, avant d’émettre un petit rictus digne de celui d’un homme ayant murit. Il se plaça devant la petite diablesse avant de lui sourire malicieusement. Il n’était peut-être pas la personne la plus rapide au monde, mais il fallait quand même dire qu’il était plutôt intelligent.

- Est-ce que j’ai vraiment besoin de te répondre ou tu peux continuer à lire dans mes pensées?

Et ce fût à son tour de se mettre à sourire en regardant Lorelia de haut. Il avait oublier ce qu’il avait lu dans se fameux livre à la bibliothèque sur l’historique des environs et de l’académie Klain. On y avait dit que certaines choses occultes se passaient et qu’une ou deux personnes auraient été retrouvés mortes dans d’étranges circonstances. Alors, il ne savait pas pourquoi, mais l’idée de Lorelia soit capable de lire dans ses pensées avait sauté dans son visage comme un coup de fouet. Et bah, de toutes les façons, même si ce n’était pas vrai, ce n’était pas tant grave que ça. Il aurait sûrement l’air d’un fou et puis, ça ne changerait pas la façon dont les gens le perçoivent. Mais il en était sûr et certain que cette fille n’était pas normale, ça, c’était assuré. L’albinos posa de nouveau ses lunettes de soleil sur son visage avant de se gratter la tête, l’air innocent. Il réfléchit pendant quelques secondes avant soupirer un peu. Il avait l’impression de perde la pédale ces temps-ci. Ce qu’il racontait était complètement erroné.

- Eh bien… on dirait que le soleil me tape trop sur les nerfs, oublie ce que j’ai dis, ce n’est pas important.

Le doute persistait dans sa tête, mais il avait trop peur et il était trop lâche pour affirmer ce qu’il disait. Et puis il ne pensait même pas qu’une fillette comme Lorelia approuverait ce qu’il dirait. Ethan était un sale dément en ce moment, il devait se ressaisir. Il passa une main sur son front, sentant la chaleur le gagner.

- Ça te dirait d’aller tremper tes pieds dans l’eau?

Revenir en haut Aller en bas


Invité

Invité
Invité


MessageSujet: Re: Une petite baignade ? [PV Lorelia Campello]   Sam 19 Nov - 18:35


Lorelia poussa un soupir mental résigné. Elle savait bien que son apparence n'aidait pas les gens à avoir une opinion d'elle un peu plus avancée que « C'est une gamine donc elle est idiote et inculte ». Mais contrairement à ce que pouvait penser Ethan, elle n'était pas le genre de personne à répondre par des bégaiements ou des phrases hésitantes et incompréhensibles. Elle avait donc quand même un peu de répondant, histoire de faire ravaler leurs sarcasmes condescendants aux rares personnes qui osaient lui adresser la parole. (A part sa famille, personne ne la connaissait réellement, en fin de compte.)

Elle faillit sourire en entendant Ethan, persuadé que son hypothèse se confirmait. En même temps, il n'avait pas tort. Elle savait lire dans les pensées et il fallait avouer qu'elle se délectait un peu en sentant son malaise. Elle trouvait à peu près normal qu'il soit gêné en sa présence mais elle ne comprenait pas réellement sa terreur quand il se rappela qu'il avait déjà rencontré Giovanni. Comme si celui-ci lui avait fait les pires malheurs du monde et que sa fille s'apprêtait à faire de même. Cela dit, Lorelia n'aimait pas beaucoup les humains alors ... Si jamais son père avait traumatisé Ethan, elle ne se gênerait sans doute pas pour le faire également. (Elle connaissait d'ailleurs plein de moyens pour torturer les pauvres humains si fragiles.)

Quand il lui eut demandé, elle confirma que son père était bien professeur à l'académie même, lui demandant par la même occasion s'il le connaissait. Question stupide mais qui pouvait peut-être essayer de maintenir les apparences, malgré les soupçons qu'avaient Ethan. Après tout, elle n'était pas vraiment du genre à clamer tout haut qu'elle savait lire dans les pensées des gens. C'était souvent assez compliqué de se faire des amis, d'ailleurs, puisqu'elle percevait tout ce qu'ils pensaient et ce que ce n'était pas souvent très joyeux.

Ethan essaya tant bien que mal de cacher sa nervosité mais même si son visage restait à peu près neutre (à peu près seulement ; vu la capacité des humains à cacher leurs émotions, ce n'était pas étonnant) mais ses pensées parlaient de façon très explicite. Elle le fixa, comme pour essayer de réellement pénétrer son âme pour y voir la raison de son trouble. Malheureusement, son pouvoir n'était pas très étendu et elle ne pouvait percevoir que ce à quoi les gens pensaient. Elle aurait adoré pouvoir connaître toute leur vie juste en les touchant ou quelque chose du genre mais elle n'était pas encore à ce stade de son apprentissage.

Le jeune homme se leva, assez satisfait de lui. Il lui adressa même un petit sourire joueur où se mêlait un soupçon de jubilation. Comme s'il venait de faire la plus grande découverte de sa vie. (Ce qui était peut-être le cas d'ailleurs.) C'était bien dans ces moments là que Lorelia détestait encore plus les humains et leur intelligence marchant au ralenti. Des êtres méprisables et faibles, voilà ce qu'ils étaient. Et la fillette se rabaissait à rester avec l'un d'eux. Sauf qu'elle avait besoin d'apprendre à nager. Et c'était le seul susceptible de l'aider. Alors quitte à devoir le tuer ensuite (pourquoi pas, hein ?)

- Est-ce que j’ai vraiment besoin de te répondre ou tu peux continuer à lire dans mes pensées?

Et cette façon qu'il avait de la regarder d'un air condescendant faillit l'énerver. Faillit seulement ... Elle savait contrôler ses émotions, contrairement à certains. Son visage n'avait pas changé. Elle nota que l'albinos avait l'habitude de le prendre pour un fou. Heureusement pour lui, il était tombé sur la bonne personne puisqu'elle venait elle-même d'un monde qui n'aurait pas dû exister. C'était contre nature, les démons, les vampires, les lycans et toutes les bizarreries présentes à l'Académie. Elle suivit distraitement le cheminement de ses pensées sans un mot, légèrement amusée. Dire qu'il était en vérité le centre même de sa paranoïa.

- Eh bien… on dirait que le soleil me tape trop sur les nerfs, oublie ce que j’ai dis, ce n’est pas important.
« Pas de soucis. »

Elle lui sourit presque gentiment, ce qui était un exploit. Ethan était décidément bourré de contradictions. Une seconde et il était sûr qu'elle savait lire dans ses pensées. Une autre et il affirmait le contraire. Il fallait vraiment qu'il se décide, même si ce n'était sûrement pas Lorelia qui allait l'y aider. Il était bien assez grand pour choisir tout seul. Et s'il décidait qu'elle n'avait finalement rien d'étrange, elle n'allait pas non plus le contredire. Autant qu'il se fasse son avis seul. Enfin ... Vu la peur qui lui rongeait le cerveau, il n'était pas prêt de reparler de ça. Quelle lâcheté. Méprisable.

- Ça te dirait d’aller tremper tes pieds dans l’eau?
« Huum ... Ok. »

Elle se leva et termina sa glace rapidement. Sans un regard pour Ethan, elle retourna vers les bassins et passa par les vestiaires dans lesquels elle se changea de nouveau et se remit en maillot de bain. Elle retrouva le jeune homme près de la piscine dans laquelle elle était tombée peu auparavant et s'assit au bord de l'eau, faisant attention de ne pas glisser de nouveau. Ethan la rejoignit rapidement et elle se tourna vers lui.

« J'aimerai ... »

Elle laissa passa un petit moment, comme si elle cherchait ses mots. Ce qui était assez déroutant de la part de la fillette qui avait depuis le début fait preuve d'une franchise à toute épreuve. Cela dit, elle s'apprêtait à demander quelque chose qui la rabaisserait encore plus et elle avait beaucoup de mal à ravaler sa fierté. Elle n'était normalement pas le genre à demander des services aux autres. D'ailleurs, ne dit-on pas que l'on n'est jamais mieux servi que par soi-même ? Sauf que là, elle se voyait très mal se débrouiller toute seule. Pour une fois ... Elle prit une grande respiration et déclara d'un coup :

« J'aimerai que tu m'apprennes à nager. » Le silence se fit, presque pesant. « S'il te plait », ajouta-t-elle alors. Et on aurait dit que les mots lui avaient arraché la gorge.

Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé

Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Une petite baignade ? [PV Lorelia Campello]   



Revenir en haut Aller en bas
 

Une petite baignade ? [PV Lorelia Campello]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Académie Klain :: 
Il était une fin
 :: ♦♦ Archives :: # Archives des RPs
-
Sauter vers: