AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 L'utopie est toujours une affaire d'aube, de lève-tôt ou de rêveurs éveillés. {Pv: Ulric Dante.}

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar


Statut : Elève.
Messages : 114
Mystérieuses framboise-cerises : 177

Documents
Age (ou l'age d'apparence): 16/18ans~
Pouvoir(s): Peut prendre le contrôle des gens qu'elle a mordu.
Oh! Un démon~
Oh! Un démon~


MessageSujet: L'utopie est toujours une affaire d'aube, de lève-tôt ou de rêveurs éveillés. {Pv: Ulric Dante.}   Dim 18 Sep - 16:28




* the sleep of the devil
« Ce genre de comportement n'est pas toléré au sein de...»

... Blabla, Kahera avait décrocher dès la première phrase prononcer. On avait signaler qu'une étudiante avait terroriser un bibliothécaire, ainsi qu'une multitude d'élèves logeant dans le périmètre de sa chambre, soit une bonne dizaine de filles. En plus de cela, l'étudiante en question avait détruit les sanitaires filles. Les victimes de l'étudiante n'avaient que pour seul description le mort «cornes». Effectivement, lors de leur agression, la personne en question n'avait même pas chercher cacher son identité. En même temps, quand on connait Kahera, on sait tout de suite que faire dans la dentelle, c'est pas vraiment son truc hein. On ajoute, par la suite, que la jeune fille cornue avait des yeux verts malsains. Certains on même dit que ce regard «restera graver dans leur mémoire pour le restant de leurs jours». Tout ce qu'on pouvait dire, c'est que chacune des dépositions que le conseiller principal d'éducation étant entrain d'énuméré ne faisait que grandir l'égo déjà bien trop sur-dimensionné de la démone, elle restait assise là, fixant avec un sourire discret le sol. Kahera ne savait pas pourquoi, mais quelque chose la retient de sauter sur le bureau et d'arracher la tête de cet adulte qui se croit supérieur. Elle était d'une part, fière d'elle et d'autre part, complètement perdu. Effectivement, et malencontreusement, notre cannibale se rappela qu'elle s'était faite une promesse. L'une des plus dur qu'il soit pour elle.

Être plus gentille. C'était la première chose qu'elle s'était dit en entrain dans ce pensionnat. Être moins agressive, moins sadique. Mais c'était vraiment trop difficile de retenir l'excès de cruauté que Kahera avait pour habitude de laisser exploser. De plus, Kahera avait toujours une bonne raison pour fracasser le crâne de quelqu'un par terre. En premier lieux, le fait que le bibliothécaire lui soit rentré dedans avec son chariot était à elle seule une raison pour détruire la bibliothèque entièrement. Sans oublier l'autre gamine qui avait essayer, avec diplomatie, de lui faire comprend que les démones dans son genre était pitoyable et qui, par la suite, à enlacer Kahera. La faiblesse de Kahera pour les contacts physiques amicaux étant ainsi dévoilé, elle n'a plus voulu sortir de sa chambre pendant un petit moment. Ainsi s'en suivit une collection de nuits blanches à détruire tout les meubles de sa chambre. Dans un vacarme pas possible, bien sûr, d'où le fait que les autres étudiantes se sentaient un peu terrorisé. En effet, lors qu'on venait lui en faire la remarque, Kahera ne faisait que grogner et menacer. Elle n'avait pas quitter sa chambre depuis cet «affront» amical. Ce n'était pas de sa faute si elle avait repousser avec ardeur toutes formes possibles d'amour, d'amitié. Kahera n'avait pas confiance en autrui, c'était un fait certain. Lorsque que sa chambre n'eu que pour seul meuble une porte, la démone avait enfin quitté son repère. La raison? Elle avait faim. Étant ainsi tirailler par la faim et le sommeil, elle s'était rabattu sur un satané vampire. La cannibale avait encore le goût infecte de ses sangsues dans la bouche. Le seul problème c'est qu'elle s'était retrouver avec un vampire plus malin qu'elle, -et c'est vraiment facile de dire ça-, et ce dernier a voulu jouer au chat et à la souris avec elle. Les portes des sanitaires ne sont que des dommages collatéraux. Cependant, la fatigue lui avait fait faire des choses qu'elle n'aurait jamais penser. Son égo en avait même pâlit, mais le sang qu'elle avait fait jaillir lui avait redonner des couleurs.

« ... que vous soyez une démone, je le comprend parfaitement, mais je vous prie d'arrêter de terroriser les gens. Nous allons, pour cette fois, passer l'éponge. Cependant, nous allons vous mettre en consigne. En espérant une évolution de votre comportement vis-à-vis des...»

Kahera hocha la tête en retenant un rire. Au fond d'elle-même, le mot «consigne» ne voulait rien dire. Est-ce un jeu? Ou une sorte de sevrage pour l'empêcher de faire des bêtises? Lorsqu'elle trainer dans les couloirs, Kahera avait entendu que les consignes, surnommé, heure de colles, servaient à rien, à part glander. Que cette mince punition ne servait pas à grand chose. Certes, ça emmerder la plus part des élèves, mais à quoi bon? De toute façon, Kahera ne risquait rien, c'était elle la chef. Enfin, c'est son point de vue. Elle se jura silencieusement de détruire l'abruti qui à inventer ça. C'est de nouveau son point de vue, totalement idiot, mais étant une démone ignorante du monde des mortels, elle ne savait pas. Ou elle avait oublier. Elle avait une sorte de mémoire sélective et, presque, auto-destructrice. Ces troubles avaient même la mauvaise manie de détraquer son cerveau et d'en provoquer des hallucinations. Enfin, depuis son arrivé, elle n'avait pas encore souffert ses abus psychologiques, c'est une chance.

Kahera n'avait cependant pas prévue de se retrouver seule, dans une pièce semblable à une salle de classe. Quand le CPE lui lâcha la grappe pour retourner à ses vices, Kahera avait vite-fait de chercher une place. La démone s'était alors complètement avachi sur la chaise, ayant même poser ses pieds sur la table. De son point de vue, la «consigne» n'était pas si cauchemardesque que l'avait entendu. Même que ce n'était pas si dramatique de venir si tôt un samedi matin. Elle songe même à rattraper sa nuit maintenant, tout de suite. Effectivement, le soleil était entrain de pointer son nez. Elle pensait pouvoir retrouver le rythme de sommeil qu'elle avait l'habitude d'avoir. Kahera était le genre de bestiole nocturne, qui préfère agir dans l'ombre si vous voyez ce que je veux dire. Satisfaite de son idée, Kahera retira ses jambes de la table. Avec un air perplexe, elle fixa cette dernière. Il semblait y avoir des gravures sur la table, avec une certaine lenteur, Kahera déchiffra l'inscription. C'était un prénom, cela voulait dire que cette table lui appartenait? Kahera souriait, maintenant, cette table était à elle, c'était sa place, dans le fond, non loin d'un radiateur qui dégager une chaleur... faible. On ne pouvait rivaliser avec les flammes douces et flamboyantes de l'enfer, sa véritable maison. Même si le chauffage était à son maximum, c'était trop peu pour Kahera. Tant pis, cela n'était pas grave, elle n'allait pas mourir de froid non plus. Elle était, comment dire, insensible au changement de température, après avoir passer un moment accroché à un mur comme une tête d'ours empaillé, elle avait pris la mauvaise habitude de ne pas faire une différence entre le chaud et le froid. Enfin, il était trop tard pour réfléchir, Kahera s'étira sans bruit en agitant ses ailes. Contrairement à ses cornes, elles étaient totalement discrètes, quasi inexistante mais, toute fois, elle appartenait à Kahera et n'appréciait pas particulièrement qu'on les touches. Ou qu'on la touche tout simplement. Suite à cela, elle croisa les bras sur sa nouvelle propriété et y posa sa tête en fermant les yeux. Alors que les lits confortables des dortoirs n'avaient su offrir les quelques heures de sommeil, une simple table et une chaise avait suffit. Se pouvait-il que le fait de dormir le jour et vivre la nuit influençait son rythme de rêves si, toute fois, elle en avait? A peine avait-elle fermer les yeux qu'on venait déjà la réveiller pour... l'emmerder?
© CodageByPoppy



Dernière édition par Kahera Korosu le Mer 14 Mar - 20:47, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://gakuenbakemono.lebonforum.com/


Invité

Invité
Invité


MessageSujet: Re: L'utopie est toujours une affaire d'aube, de lève-tôt ou de rêveurs éveillés. {Pv: Ulric Dante.}   Mar 6 Déc - 22:18


7 :15. Pour une fois une fois que notre démon s’était résolu à faire la grasse matinée. Non, 7 :15. Debout, habillé, coiffé (ou pas), prêt pour faire la partie la plus plaisante de son travail. Surveiller la retenue. La direction trouvait ça certainement très amusant de la placer aussi tôt le matin. Il ne faut pas juste faire souffrir les élèves voyons ! Comme le yéti du corridor, Dante trainait de la patte vers le local de détention. Il était presqu’aussi chaleureux que le ventre d’un container, mais de toute façon, le blond n’était pas en état de chialer sur la déco. Juste de grogner. Et c’est en grognant qu’il pénétra la classe. Il n’était habituellement pas de mauvais poil le matin, mais lorsque ça lui prenait, il pouvait mettre la faute sur le dos de son hunter. C’est de lui que venait cette mauvaise habitude.

Il prit un petit moment à trouver l’élève qui s’était niché près du calorifère. Un oiseau choisit bien son nid. Mais ne ce n’était pas n’importe quel élève. Sûrement la pire, à sa connaissance. Quand même ironique, non ? La peste qui cherchait à lui tenir tête l’autre jour venait de réussir, involontairement, à l’extraire de son doux sommeil. Œil pour œil, dent pour dent, Dante ne comptais pas jouer les bisounours. Il referma la porte derrière lui – la claqua plutôt-, pour bien réveiller la dormeuse et se dirigea d’un pas non-chaland vers elle.

- Bon matin. Tu as encore fais des siennes ?

Tient, il était presque de bonne humeur de l’avoir dérangé dans sa sieste. Il se tira une chaise et s’assit en face de son bureau, ne prenant pas garde à l’air menaçant de la petite diablesse. Car avoir des cornes sur la tête, qu’on soit un démon ou pas, ça nous donne tout de même une certaine… prestance. Mais Dante en était un aussi, alors bon, il n’allait en faire un plat. D’ailleurs, Kahera ne représentait pour lui qu’une gamine. Il s’accouda sur le pupitre et lui sourit ironiquement. Pour avoir déjà fait sa connaissance, il la savait irritable. Peut-être juste à lui, mais irritable tout de même. S’il avait un don pour la mettre en rogne, il en était fier, c’était très divertissant.

- Alors, c’est quoi ta connerie ? J’espère que ça en valait la peine au moins, je me suis pas levé aussi tôt pour un coup d’amateur.

Genre, feu de poubelle ? S’il y avait au moins un mort, ça commençait à être une bonne raison pour l’extirper de son sommeil. Sans quoi, il préférait compter ses moutons. Mais vous ne pensez tout de même pas qu'il était venu ici les mains vides ! En tant que surveillant qui se respecte, il avait tous les outils de torture à sa disposition. Par exemple, copie 4 couleurs. Ça, vraiment, c'était chiant. Pour en avoir déjà fait une de 500 fois, Ulric connaissait la douleur des ampoules sur les doigts. Très sincèrement, il aurait préféré la règle. D’ailleurs cette règle, ou était-elle !? Et la ceinture de cuir ? Sérieusement, les écoles de nos jours, quel manque d’autorité. Pas étonnant que les élèves se transformaient en de petits monstres (bon d’accord, certains l’étaient déjà). Tenir tête à un enseignant, être arrogant. Tss. S’il avait été Prof, le blond leur aurait déjà encastré la tête dans le gyproc. Bref, Ulric se sentait d’humeur à être chiant, et il adorait.

Revenir en haut Aller en bas

avatar


Statut : Elève.
Messages : 114
Mystérieuses framboise-cerises : 177

Documents
Age (ou l'age d'apparence): 16/18ans~
Pouvoir(s): Peut prendre le contrôle des gens qu'elle a mordu.
Oh! Un démon~
Oh! Un démon~


MessageSujet: Re: L'utopie est toujours une affaire d'aube, de lève-tôt ou de rêveurs éveillés. {Pv: Ulric Dante.}   Sam 10 Déc - 22:48




* i'm ordering
Ce qui l'avait réveiller, c'était une porte claquer et une voix masculine. Kahera n'avait même pas sursauter. Certes, ça l'avait sorti de sa torpeur, mais ce ne l'avais cependant pas fait mouvoir. La cannibale savait que la personne était un démon. Et cette odeur lui était d'ailleurs familière; fumeur et démon. Elle ne l'avait sentit qu'une fois, mais c'était déjà bien assez suffisant. C'était ce gars décoloré qu'elle avait croisé sur le toit, avec une vampirette. Cet amas d'odeur aurait presque coûtait une migraine à notre démone. Kahera agita discrètement une aile; il s'était approché d'elle. Malgré qu'il se soit assis en face d'elle, la démone n'avais pas sourciller. Allait-elle lui répondre? Qu'allait-elle lui répondre surtout? Elle s'en foutait. A cette heure si matinal en se début de journée, il s'était levé rien que pour elle. Un coup d'amateur? Et l'accumulation de centaines d'infractions scolaires, c'était un coup d'amateur? Kahera était partagé: soit elle lui répondait gentiment qu'il pouvait aller se faire foutre, soit elle lui sortirait le plus beau de coup de novice rien que pour l'emmerder. Elle savait d'avance qu'il n'allait pas tricoter des écharpes avec elle.

Kahera grogna avant de lancer un regard fatigué vers le surveillant. Son flair ne l'avait pas trahit. Dès lors, l'envie de cracher au visage de ce démon lui prenait la bouche, mais elle résista. Alors, elle émit le plus disgracieux des bâillements qu'une fille pouvait faire et s'étira même. Lorsqu'elle se décrocha la mâchoire, les crocs, qui étaient toute la fierté de la démone, avaient fait leur apparition. Indirectement, Kahera lui avait fait comprendre qu'elle n'allait rien foutre et que s'il voulait faire qu'elle que chose d'elle, il allait devoir ramper jusqu'à ses pieds. Kahera remit alors ses pieds sur la table, se balançant vers l'arrière de sa chaise. La démone fronça un sourcil en lançant avec un petit rictus fatigué.

« Si on t'le demande, t'répondras que t'sais pas.»

N'importe qu'elle personne qu'il soit, adulte ou non, Kahera serait toujours entrain de tutoyer et d'être familier, bien trop familière. Il y avait cette impression extérieur que les deux démons se connaissaient, alors que la vérité était tout autre. Sur le coup, Kahera prit connaissance que ça allait rapidement dégénérer. Rapidement, avant même que le démon lui en face la remarque, Kahera retira les pieds du pupitre et se leva en agitant l'une de ses ailes en arborant un croc.

« Et dire que je ne suis là que pour avoir «dégrader du matériel scolaire», ushishi~»

Kahera pencha alors doucement la tête sur le côté en regardant le démon en souriant à pleins crocs. Elle se voyait déjà planter ses crocs dans le cou du démon, même sans savoir pourquoi. Du regard, elle cherchait un moyen de l'emmerder. Kahera étant venue en touriste, c'est à dire, sans aucunes affaires d'école, ce qui est normal quand on connait Kahera. Qu'à cela ne tienne, Kahera attrapa la table rapidement et la jeta droit devant. Ce qu'elle sous-entendait par la dégradation du matériel scolaire, c'était la destruction total de sa chambre et d'une partie des sanitaires filles. S'en suit aussi les autres plaintes, les autres dommages collatéraux, quoi. Elle lança alors son regard vert malsain vers le démon et ajouta, en souriant.

« Un problème, Monsieur le Surveillant?»
© CodageByPoppy

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://gakuenbakemono.lebonforum.com/


Contenu sponsorisé

Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: L'utopie est toujours une affaire d'aube, de lève-tôt ou de rêveurs éveillés. {Pv: Ulric Dante.}   



Revenir en haut Aller en bas
 

L'utopie est toujours une affaire d'aube, de lève-tôt ou de rêveurs éveillés. {Pv: Ulric Dante.}

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Académie Klain :: 
Il était une fin
 :: ♦♦ Archives :: # Archives des RPs
-
Sauter vers: