AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Un petit rendez-vous surprise ? [Suite et PV : Jin]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar


Statut : Élève
Messages : 110
Mystérieuses framboise-cerises : 270

Documents
Age (ou l'age d'apparence): 17 ans
Pouvoir(s): Transformation en loup-garou
Oh! Un Garou ~
Oh! Un Garou ~


MessageSujet: Un petit rendez-vous surprise ? [Suite et PV : Jin]   Lun 7 Nov - 1:22


Les abdos du loup lui faisaient atrocement mal à force d’avoir trop rit. Lui qui faisait beaucoup de musculation, il n’avait jamais ressentit une pareille douleur – peut-être s‘était-elle empirée à cause du chocolat chaud qui commençait à coller sur le ventre du Motto. Mais en réalité, il était content d’avoir une pareille douleur, ça le soulageait pour tout dire. L’ignominie qui avait tendance à le submerger était enfin partie, il était maintenant cent pour cent lui-même. Pas qu’il ne l’était pas avant! Oh ça non! Juste qu’en ce moment, Haruki était beaucoup naturel. Pour l’instant, il avait eu ses leçons à toujours vouloir paraître parfait et charmant et il n’était pas prêt de recommencer à l’être. Il était bien comme il était, naturel et maladroit. Et il savait au fond de lui qu’il était fier de ses progrès en ce moment.

Ensemble, ils avaient regardé les étoiles et Haruki sentait son regard s’illuminer de stupéfaction en les présentant à Jin. Elle ne déblatérait pas comme les autres filles ou garçons normales qui l’auraient fait, mais se contentait plutôt de l’écouter sérieusement et de retrousser ses lèvres. Son sourire lui suffisait amplement et il n’avait pas besoin d’avoir une personne à ses côtés qui dialoguait jour et nuit. Elle était bien comme elle l’était. La froideur de la nuit commençait à se faire sentir, mais Haruki ne s’en soucia guère, ce n’était pas la chose principale qui le préoccupait. Puis, après avoir dit quelques mots, il avait chuchoté à l’oreille de Jin un compliment simple. Il crut la voir rougir pendant quelques secondes et se mit à émettre un petit rictus de soulagement.

- Tu sais ce que tu as dit sur la lune tout à l’heure. Qu’elle te réconfortait. Bah… je suis entièrement d’accord. Elle me fascine. Quand je la regarde, je ressens une forte protection.

La jeune humaine à ses côtés s’était finalement mise à parler. Le jeune loupiot lui prêta aussitôt attention avant de suivre ce qu’elle disait. Cette dernière lui décrivait ce qu’elle ressentait avec la pleine lune et tout au long de son discours il sentit ses sourcils froncés un peu. Il fallait dire que c’était plutôt mélodramatique ce qu’elle disait, mais il croyait avoir déjà entendu ce genre de propos auparavant. Toutefois, lorsqu’elle eut fini, il se contenta de retrousser ses lèvres. Il avait beau être lui-même, il avait aucune idée dire quoi après quelque chose d’aussi… émouvant? Haruki sembla croire que Jin avait perdu un peu son magnifique sourire et celle-ci s’était relevée pour aller prendre le manteau que le jeune homme lui avait prêté. À son tour, il s’était relevé sur ses deux jambes avant d’épousseter son pantalon et son chandail tâché. Et alors, à sa grande surprise, Jin se retourna et lui murmura quelques mots.

- Toi aussi, t’es cool !

Et voilà! C’était aussi à son tour de se mettre à rougir un peu. Jin était une femme très belle, extrêmement belle. Il se trouvait choyé d’être à ses côtés ce soir là. Un sourire magique se retrouva subitement sur le visage d’Haruki, un rare sourire qu’il avait affiché qu’une seule fois au cours de sa vie. Jin avait reprit marche et le Motto la suivait à l’arrière, réfléchissant deux ou trois fois à l’homélie que son invitée venait de lui faire. « C’est un peu comme si… j’aimerais tellement voler jusqu’à elle. » Ses mots résonnaient dans sa tête et il ne pouvait s’empêcher d’y penser. Et en un moment, il eut l’idée du siècle!

Il s’avança – ou plutôt accourut en direction de Jin avant d’ôter son chandail et de le lancer à Jin dans ses mains. Le froid caressa aussitôt son torse nu tandis qu’il ôtait tranquillement ses chaussures et ses bas, tout en les lançant gentiment à Jin. Puis, il passa une main dans ses cheveux avant de poser ses poings sur ses hanches.

- Je vais t’amener dans un endroit secret! Sauf que c’est un peu trop loin pour qu’on y aille à pieds. Dès que je me serais transformé, attrape mon pantalon au passage et mes… sous-vêtements – Il avait toussoté bruyamment - aussi, s’il te plait. Arroche toi bien!

Puis, en un instant, il se transforma en loup-garou. Il sentit les poils s’hérisser sur son dos et la fourrure gagner son torse et ses jambes. Dans un grand mouvement, il passa sous les jambes de Jin avant de la poser sur son dos muscler. Il aboya quelques secondes avant de partir de la cours – en espérant que son amie avait prit au passage ses vêtements, et se mit à courir jusqu’au barreau de la cours verte et sauta par-dessus. Haletant comme jamais, il courut des mètres et des mètres avant de finalement traverser les bois de la forêt de l’académie. Il connaissait le chemin par cœur et transformé en loup, c’était beaucoup plus vite. Il s’enfonça au fond complètement avant de se diriger vers le haut de la colline. Puis, lorsqu’il y fut, dans sa place secrète, il s’arrêta et se pencha par terre pour déposer Jin. Devant eux se trouvait la pleine lune qui rayonnait comme jamais. Elle brillait de toute beauté. Ils étaient situés au haut complètement d’une minuscule montagne qui leur offrait la vue de l’académie et de ses alentours.

Haruki aboya vers le haut avant de tendre la patte vers l’avant pour montrer la magnifique lune. Il l’avait amené dans le coin pour lui faire plaisir, pour qu’elle profite du bel emplacement. Il se cacha derrière un arbre avant de se retransformer en humain et s’exclama très fortement en direction de Jin – malgré qu’il grelotait comme jamais puisqu’il était nu.

- Y’a pas de plus belle place au monde qu’ici!

Il souriait dans son coin avant de tranquillement demandé à Jin ses vêtements.

Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


Statut : Elève
Messages : 356
Mystérieuses framboise-cerises : 169

Documents
Age (ou l'age d'apparence): 18 ans
Pouvoir(s):
Oh! Un humain ~
Oh! Un humain ~


MessageSujet: Re: Un petit rendez-vous surprise ? [Suite et PV : Jin]   Sam 3 Mar - 2:06


Spoiler:
 

Soudainement, le regard d’Haruki s’illumina, comme si quelque chose venait de lui traverser l’esprit. Curieuse, Jin sourit quand il s’approcha d’elle, parce qu’elle pensait qu’il allait lui avouer de quoi il s’agissait. Mais quand le jeune loup se dévêtit de son haut, surtout par un froid pareil, elle resta dubitative : elle ne comprenait pas. Elle réceptionna le vêtement dans ses mains avant de hausser un sourcil. Plutôt surprise, la jeune femme n’osait pas vraiment regarder le jeune loup. Cependant, elle pouvait imaginer qu’il luttait contre le froid, et cette idée lui provoqua un frisson dans le dos. Le voir à moitié nu, dehors, ne lui tenait pas chaud. Et quand il retira ses chaussures et ses autres vêtements, ce fut le comble. Mais qu’est-ce qu’il était en train de faire ? Un peu gênée, Jin se demandait pourquoi il se déshabillait devant elle sans s’expliquer. Ce qui la troublait davantage, c’était qu’il le faisait avec un calme qui prouvait qu’il n’était aucunement embarrassé, lui. Finalement, un sourire amusé se dessina sur ses lèvres congelées, elle trouvait cela tellement grotesque qu’elle aurait pu en rire.

- Cette situation est complètement ridicule !


Oups. Ce qu’elle venait de dire lui avait échappé. C’était le comble, elle qui était trop muette, qui ne disait jamais assez de choses… elle venait de perdre une grande occasion de se taire. Elle précipita sa main sur sa bouche. Sa phrase était un peu déplacée. Par chance, le loup semblait ne pas avoir entendu, ou n’avoir pas fait attention. Ou il avait tout simplement compris qu’il n’y avait rien de méchant. Elle soupira, un peu soulagée.

Apparemment fier de lui, Haruki ouvrit la bouche :

- Je vais t’amener dans un endroit secret!


… « endroit secret ». Ces mots avaient aiguisé la curiosité de l’humaine. Un endroit secret, c’était toujours intéressant, même intrigant. Plein de questions sans réponses fusèrent dans sa tête. Elle ne pouvait s’empêcher de sourire au loup, à présent. Il était vraiment mystérieux. Et elle avait hâte de connaître cet endroit secret. Sauf que…

- Sauf que c’est un peu trop loin pour qu’on y aille à pied. Dès que je me serais transformé, attrape mon pantalon au passage et mes… sous-vêtements aussi, s’il te plait. Arroche toi bien!


Jin avait-elle bien entendu ? Dès qu’il se serait transformé ? En loup, il voulait dire ? Elle se rappelait encore de l’incident dans la salle de musique. Elle l’avait déjà vu sous cette forme et ce n’était pas son meilleur souvenir, bien qu’elle fut fascinée. Peut-être parce qu’elle s’était mise à pleurer juste après ou qu’elle avait légèrement dévoilé son passé. Cette fois il l’invitait sur son dos. Elle était plutôt sceptique. Et… attends ! Qu’elle attrape ses sous-vêtements ? Jin écarquilla les yeux un moment, mais finit par s’exécuter. Elle rassembla toutes les affaires du loup.

Haruki commençait à se métamorphoser, ça ne dura pas très longtemps. Jin était autant fascinée qu’au dernier soir. Ses yeux brillaient au regard de la magie. Magie… elle ne connaissait pas la réalité de ce mot avant son arrivée à l’Académie, et maintenant qu’elle avait vu, ça lui plaisait. Il s’avança rapidement vers elle qui eut un mouvement de recul. Non pas qu’elle avait peur, ce réflexe était plutôt dû à sa naturelle réserve. Monter sur le dos de Haruki lui semblait un peu exagéré. De toute façon, elle n’eut pas le temps de réagir avant que celui-ci entreprenne de passer sous ses jambes afin de la porter. Tout ça se passa très vite. Il poussa quelques aboiements puis se mit à courir. Un peu trop vite ; Jin vacillait. En voyant la haie au bord de la cour verte, elle convenu très vite qu’elle devait trouver un moyen de s’accrocher au loup-garou tout en gardant les vêtements avec elle. Au moment où il allait sauter, Jin entoura le loup de ses bras pour être stabilisée et ferma les yeux. Elle les rouvrit quelques fois pendant le trajet mais essayait de les garder fermés à cause de la vitesse et l’air qui les faisaient pleurer.

Lorsqu’Haruki s’arrêta, Jin descendit, elle eut un peu le tournis. Elle respira un grand coup pour se remettre de cette courte balade. Finalement, elle avait assez apprécié. Elle aimait l’adrénaline, la vitesse. Le loup sembla lui montrer quelque chose de la patte, très content de lui, mais elle avait encore l’impression de tournoyer. Il alla se cacher derrière un arbre pour se changer en Homme. Il lui cria quelque chose, avec une très belle intonation. Mais Jin ne l’écoutait pas… Elle était préoccupée. En effet, elle était dans une mauvaise posture : dans ses mains, elle tenait les sous-vêtements d’Haruki, le pantalon aussi, et puis les chaussures. Mais il lui manquait le chandail. Alors quand il lui demanda ses habits, Jin se sentit mal à l’aise. Il devait déjà tellement grelotter. N’osant pas vraiment aller vers Haruki, elle réfléchit un instant et… le manteau ! Il se contentera du manteau.

Jin fit quelques pas en direction de l’arbre puis se rendit compte que si elle tenait ses vêtements, le jeune homme était forcément nu. Ne voulant embarrasser personne, elle mit une main devant ses yeux et avança doucement en direction de l’arbre, faisant attention à ne pas tomber. Quelques fois, elle écarta quelque peu ses doigts pour voir où elle allait. Ayant manqué de trébucher quelques fois, elle était à présent proche de lui, toujours les yeux cachés, et lui tendait ses affaires. Quand il eut débarrassé ses mains, elle retira le manteau de ses épaules et s’excusa, un peu gênée, d’avoir perdu son t-shirt. Ensuite elle se retourna et marcha un peu, en observant les alentours.

Et là, elle la vit. La chose pour laquelle Haruki l’avait emmené. La lune d’argent. Malgré l’absence du chaud manteau, elle ressentit une chaleur au fond de son cœur. Elle se sentait bien, comme elle ne s’était pas senti depuis si longtemps. Jin sentit une larme couler sur sa joue glacée, et elle s’en voulu la seconde qui suivit. Celle qui veillait sur elle était là en face d’elle, et elle ne l’avait jamais regardé d’aussi près. Elle était tellement émue, à la fois heureuse, et triste. S’échappa de ses lèvres un soupir. Et Haruki l’avait sûrement entendu : en ce soupir, Jin disait :

- Merci.

C’était le plus beau cadeau qu’on ne lui avait jamais fait.

Tout à coup, dans un élan, elle se précipita vers lui et le fixa dans les yeux. Elle essaya de taire ces frissons qui la parcouraient depuis qu’elle avait les épaules nues. Elle lui offrit un sourire, un peu déçue que ce ne soit pas à la hauteur de la vue que son ami lui avait permis d’avoir. Ami… elle supposait que maintenant, il en était un. Elle aurait tellement voulu que non. Elle se rappela alors la promesse qu’elle s’était faite en arrivant à l’Académie Klain. Aucun lien. Avec Personne. C’était la seule façon de ne pas faire souffrir, de ne pas souffrir elle-même. Et même, de ne mettre personne en danger. Et pourtant, elle était là. Elle se demandait encore pourquoi elle avait accepté ce rendez-vous avec Haruki Motto.

A ce moment précis, Jin était terrifiée. Cette jeune humaine n’avait peur de rien. Rien du tout. Excepté ça. La souffrance. Et partout où elle avait été, à chaque fois qu’elle avait créé un lien avec quelqu’un, c’était arrivé. Cette souffrance. Le problème, c’est qu’elle était à présent touchée par Haruki. Il lui avait pratiquement offert la lune et il semblait la comprendre.

C’était étrange, bête : elle le connaissait à peine.

En un mouvement, l’humaine se glissa dans les bras du loup. Comme si elle ne pourrait plus jamais le faire.



Spoiler:
 



Dernière édition par Jin Kô le Lun 30 Avr - 17:48, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


Statut : Élève
Messages : 110
Mystérieuses framboise-cerises : 270

Documents
Age (ou l'age d'apparence): 17 ans
Pouvoir(s): Transformation en loup-garou
Oh! Un Garou ~
Oh! Un Garou ~


MessageSujet: Re: Un petit rendez-vous surprise ? [Suite et PV : Jin]   Jeu 8 Mar - 17:03


Ses poils hérissés sur son dos, sa fourrure brunâtre héritée de son père qui caressait sa peau froide, sa transformation n’avait pas duré longtemps, mais à cause du froid, elle avait été plus lente qu’à l’habitude. En temps normal, lorsqu’il était question de vivre ou de mourir, Haruki aurait été en mesure de le faire à la vitesse de l’éclair. Mais il fallait dire que depuis qu’il vivait ici, à Klain, il n’avait pas besoin eu besoin de s’entraîner comme il avait eu la manie de le faire. Il n’était plus question de vivre en tant que loup… il devait plutôt devenir un humain. Ce terme ne lui collait pas bien, car peu importe le nombre de fois qu’il tentait de s’intégrer dans la masse d’humanoïdes, il était incapable d’en devenir un. Là-haut, dans ses fameuses montagnes surpeuplées de clans, la vision du monde était différente. Le mode de vie, la façon d’agir, la philosophie, tout était étranger. Certains enseignements, comme la sagesse, la gestion des clans et la répartition des tâches y étaient appris, ce qui pour un humain normal s’avérait tout à fait inutile. Et quand on était destiné à devenir le futur successeur d’une très grande tribu, il fallait dire c’était mille fois pire. Le Motto était donc destiné à rester un étranger parmi ce monde urbain au bas des montagnes

Ses pensées énergumènes qui ne cessaient jamais de réapparaître de temps en temps lors de sa course, le loupiot, portant sur ses épaules la jeune fille, avait traversé la sombre forêt de l’académie. Cette dernière s’était d’ailleurs accrochée tout au long à sa fourrure afin d’éviter de tomber sur le sol – même si dans les pires des cas il se serait sûrement arrêté pour lui venir en aide. Le vent glacial claquant sur son visage, ses pattes fracassant violemment le sol humide et glacé de la futaie, il avait quelque peu de la misère à conserver sa cadence tout au long du chemin, mais au final, l’important était qu’ils y étaient parvenus, là, à cette clairière où se trouvait son petit jardin secret. Le sommet d’une petit montagne, à peine haute de huit mètres du sol, laissant la lune éclairer son sol rugueux, c’était vraiment la meilleure place au monde pour relaxer. Depuis combien de temps avait-il trouvé ce magnifique endroit? Peut-être bien deux semaines? Un mois même? Il ne s’en souvenait plus, mais ce qui était certain, c’était qu’il n’avait jamais regretter d’avoir trouver un tel recto. Ici, il pouvait être en paix. Il pouvait librement penser à sa famille, à sa vie « d’humain » et à toutes les bonnes choses qui lui arrivaient. Ouais! Cette minuscule bute était sa propre Élysée.

Nu derrière un arbre, essayant de son mieux de retenir les spasmes naturels de son corps qui luttaient contre le froid, Haruki attendait paisiblement – bon plutôt impatiemment dans ce cas, ses vêtements qu’il espérait toujours en les mains de sa tendre amie, Jin. Le son du claquement de ses dents commençait à se faire de plus en plus fort, tout comme les pas de l’humaine qui s’approchait, semblerait-il, lentement vers lui. Ce court instant de silence, qui lui parut comme une éternité, se coupa finalement lorsqu’il vit l’ombre de la jeune fille se dessiner sur le sol grâce à la lumière de la grosse étoile accrochée dans le ciel. Il pencha sa tête, en tentant bien sûr de cacher tout son corps déshabillé, vers elle et fut soulagé de voir que la plupart de son linge se trouvait dans ses mains. Enlevant morceaux par morceaux la tonne d’habits de ses paumes, graduellement, il finit par se retrouver de nouveau vêtu – ce qui rendait la situation beaucoup moins gênante qu’elle l’était. Quand il remarqua que son T-shirt avait perdu l’âme il ne savait pas trop où dans les bois, un léger soupir inaudible s’était faufilé hors de ses lèvres froides, qui, cependant, n’avait pas contenu une once de colère ou de haine. Il avait été pressé, c’était donc de sa faute s’il avait disparu. Présentant des excuses à voix basse, Jin ôta son manteau qu’il lui avait auparavant donné et le lui tendit, ses yeux rivés loin de lui, en guise de pardon. Sentant qu’il était plus important de se réchauffer lui-même que son amie, le loup posa ce dernier sur ses épaules et le boutonna afin d’éviter que son torse ne subisse encore les désagréments de la température. Ironiquement, au final, il avait fini par être celui qui avait besoin de cette cape.

Lorsque toute cette histoire d’habillage fut terminée, Haruki sortit de sa cachette en prenant soin de ne pas coincer son pied entre deux roches. Car ici ‘fallait toujours éviter ce genre de petit détail qui pouvait être vraiment nuisible. Le brunâtre n’avait pas vraiment envie de se retrouver avec une entorse profonde tout ça parce qu’il avait négligé un tas de caillou. Il alla donc rejoindre Jin qui ne se trouvait pas trop loin de lui, ses mirettes d’ailleurs visiblement portées en direction de la lune qui luisait sans jamais s’arrêter. Après l’avoir longuement contemplé et scruté de A à Z sa silhouette, il détourna à son tour son regard vers le ciel remplit d’étoiles, son âme quelque peu nostalgique. Dans ce genre de circonstance, les douloureux souvenirs revenaient, le narguaient et lui disaient qu’il était qu’un bon à rien. Même s’il tentait de voir le bon côté de choses, il n’était jamais capable de cesser de mettre le blâme de toutes les bêtises qui lui arrivaient sur ses épaules. Il pouvait rien n’y faire après tout… il n’était qu’un abruti. « C’est pas vrai Haruki… » Pensa t-il alors qu’il se grattait nerveusement la nuque « Arrête de te plaindre et profite du moment merde! ». C’est vrai quoi! Ce n’était pas le moment d’être abattu par le passé. Ce qui se passait autour de lui, tout se déroulait maintenant, dans le présent.

- Merci.

Un seul mot soufflé par la voix de Jin avait suffit pour officiellement le ramener sur terre. « Hn? Merci hein? Bah oua-… Attend une minute?! Elle a vraiment dit merci?! ». Déclic total dans la tête d’Haruki, tout se mélangeait maintenant. Quelqu’un venait de le remercier. Elle, Jin, elle, la seule et unique fille avec qui il était ami venait de lui dire merci? Il s’y refusait à réellement y croire. Ses gestes maladroits, ses phrases étranges, rien n’était supposé être en sa faveur. Mais il fallait bien croire que par-dessus tout ça il y avait quelque chose qui faisait de lui une bonne personne. Marchant d’une manière précipitée, Jin avait accourue vers lui, ses yeux fixant les siens, un sourire niché sur ses fines lèvres roses. Et à ce moment-là, pour la toute première fois, il se sentit déstabilisé devant elle. Elle l’intimidait avec cette allure solide et ce sourire qui était fantasmagorique. Elle était tellement humaine qu’Haruki se sentait plus qu’inférieur. La regarder lui donnait de drôles de frissons et il sentait ses joues devenir un peu plus chaudes que tantôt. Et puis, sans même le voir venir, elle colla subitement son corps contre celui du jeune loupiot. Son souffle, son parfum, tout était devenu soudainement si près du Motto. Ses pommettes rougirent violemment en un claquement de doigt et son cœur commença étrangement à émettre de multiples staccatos, comme ceux d’une sonate de Mozart. Pendant un long moment, il regarda son cuir chevelu, ses bras dans les airs, signe qu’il ne savait pas du tout quoi faire. Puis, lorsqu’il vit qu’elle ne bougerait pas, il glissa ses mains dans son dos et la serra dans ses bras. La sentir si près de lui, pouvoir toucher son corps froid, ça lui faisait tout drôle. Tout drôle dans un bon sens, car il se sentait bien. Haruki cloua doucement ses paupières, profitant ainsi du moment, ce moment qu’il conserverait à jamais dans ses précieux souvenirs.

- Hé Jin… T’es froide tu sais? Idiote… t’aurais dû garder mon manteau…

Un petit rire s’en suivit, ressemblant étrangement celui d’un jeune enfant. Sa voix n’avait pas été brusque, mais plutôt douce, une voix qui ne lui ressemblait pas à vrai dire. Il ne voulait pas l’insulter, ça non! Jamais, au grand, jamais. Mais il n’avait pas pu s’empêcher pour une fois de dire des mots qui avaient été naturellement sortis de sa bouche. Ce besoin d’être soi-même ce faisait de plus en plus intensément dans le cœur du jeune garçon et il ne savait pas pourquoi, mais à chaque jour ou il faisait ce qu’il voulait vraiment faire, il se sentait plus libre, extrêmement libre. Encore emprisonnée entre ses bras, Haruki refusait de laisser partir son amie loin de lui. Juste un peu… juste encore peu…

- J’t’aime Jin.

Merdeee.
Qu’est-ce qu’il venait juste de dire?! Ça ne se pouvait pas quand même! Il avait encore laissé ses plus profondes pensées sortir de sa bouche. Il eut aussitôt le réflexe de la pousser loin de ses bras, son visage rouge comme une tomate et son cœur pratiquement en train d’exploser. « Merde, mais merde! T’es qu’un abruti Haruki!» Chicana t-il à sa propre conscience. Il secoua ses mains plusieurs fois de droite à gauche, tentant de faire un rire normal – ce qui c’était plutôt résulté à du n’importe quoi, passa nerveusement sa main dans ses cheveux et finit par pointer la lune en sautillant vers le bout de la bute.

- OOOOH! Que voilà là! La lune! Tient, ça faisait longtemps que je t’avais pas vue!

Il n’avait pas eu le courage de dissiper ce malentendu. Oui il l’aimait, mais comme amie et la honte l’empêchait de lui dire la vérité. Avec un peu de chance, Jin n’aurait entendu qu’à moitié ce qu’il venait de dire. Enfin il l’espérait fortement.


Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


Statut : Elève
Messages : 356
Mystérieuses framboise-cerises : 169

Documents
Age (ou l'age d'apparence): 18 ans
Pouvoir(s):
Oh! Un humain ~
Oh! Un humain ~


MessageSujet: Re: Un petit rendez-vous surprise ? [Suite et PV : Jin]   Lun 30 Avr - 17:42


Spoiler:
 

Jin était complètement ailleurs. Elle n’avait parcouru qu’un mètre et pourtant elle avait l’impression d’être sur une planète qu’elle ne connaissait pas. La dernière fois qu’elle avait était aussi proche physiquement de quelqu’un c’était… elle ne s’en souvenait même plus. Elle avait oublié cette sensation, qui pendant quelques secondes, lui donnait l’impression qu’elle n’était plus toute seule. Une fois encore, elle pouvait remercier Haruki. Elle ressentait sa chaleur, sentait son parfum, et se demandait si lui aussi, il pouvait percevoir son odeur. Collée à lui, elle pouvait entendre le cœur du loup battre d’une façon assez étrange. On aurait dit une petite musique. Cependant, elle ne savait pas ce que cela signifiait. Quand cela arrive à Jin, c’est à la suite d’une course, ou lorsqu’elle est stressée. Est-ce qu’elle l’ennuyait ? Peut-être devait-elle s’écarter. Mais à un moment il la serra dans ses bras, alors son inquiétude se calma. Il lui avoua qu’elle était froide, c’est vrai elle était gelée. Mais ainsi, Haruki la réchauffait et les frissons de Jin s’évanouirent peu à peu. C’était vraiment agréable, mais assez inhabituelle de faire un câlin à quelqu’un. Si Jin n’avait pas été aussi fière, elle se serait avouer qu’elle appréciait ça et qu’elle en ferait plus souvent, si elle avait des amis.

Un peu à contre cœur, la jeune femme allait se libérer de l’étreinte quand il prononça les mots qui lui faisaient peur. Depuis qu’elle était seule, sans famille, Jin avait tant redouté cela. Si quelqu’un osait un jour lui dire ces trois petits mots, elle avait juré qu’elle se serait enfuit. D’abord, si elle les entendait, cela traduisait un lien nouveau et elle ne pouvait pas l’accepter. Puis, alors qu’il était facile pour un être de dire « Je t’aime », pour Jin, ce n’était même pas envisageable. Cette phrase la fit sursauter. Elle avait envie de le repousser en s’écriant :

« Pourquoi tu dis ça ? T’es pas censé me dire que tu m’aimes, t'es même pas censé être mon ami, t’es censé ne rien être du tout pour moi ! Je n’aurais jamais du te parler, et tu n’aurais jamais du être mon ami. »


Mais elle ne fit rien. Elle était paralysée par la peur. Jin ne voulait pas d’amis, ni rien d’autre. Elle souhaitait n’avoir personne dans sa vie, pas même une petite amitié insignifiante, elle voulait rester seule. L’humaine était en colère. Mais elle ne savait pas contre qui. Elle ignorait si elle était en colère contre Haruki d’être devenu son ami, ou contre elle-même, de s’être laisser approcher par lui, ou simplement d’être comme elle est. Elle ne savait plus comment réagir, tout d’un coup oppressée par ce malaise.

Là, Haruki la poussa un peu violemment. Elle aurait pu trouver que c’était plutôt méchant, mais il l’avait libéré d’un poids. Une fois loin de lui, il eut à nouveau froid et ne savait, comme d’habitude, pas quoi dire. Mais là, elle fut troublée, la situation la dépassant totalement, elle ne comprenait plus rien. Le jeune loup rougissait anormalement, faisaient des gestes brusques et riait vraiment bizarrement. La scène qu’elle voyait en face d’elle était assez cocasse. Jin ne comprenait pas le sens d’une telle… chose. Soudain, elle crut qu’il se mit à délirer en montrant la lune du bout du doigt.

- OOOOH! Que voilà là! La lune! Tiens, ça faisait longtemps que je t’avais pas vue!

C’était si idiot qu’elle commençait à comprendre ce qu’il se passait. Haruki voulait détourner l’attention parce qu’il était gêné de ce qu’il lui avait dit. Le problème, c’est qu’il s’y prenait comme un pied et Jin devait lutter pour ne pas éclater de rire. La scène était vraiment hilarante. Elle se calma en quelques secondes en mettant les mains sur son visage. Mais lorsque qu’elle déposa les yeux sur son ami, un rire tonitruant sorti de ses lèvres sans qu’elle puisse le contrôler.

Après quelques minutes, elle voulut rassurer Haruki. Le pauvre, elle se moquait de lui, en quelque sorte. Il était déjà extrêmement embarrassé, elle se sentait coupable d’avoir peut-être remuer le couteau dans la plaie. Elle s’interrogea sur la nature de sa confusion. Lorsqu’on aime quelqu’un et qu’on lui déclare, est-ce si embêtant que ça ? Peut-être s’était-il alors trompé ou l’avait-il dit d’une façon qui pouvait entraîner un malentendu. Ce devait être ça. Pourquoi lui aurait-il dit qu’il l’aimait ? Ca n’avait vraiment aucun sens ! Et puis tant mieux. Mais il lui avait dit. Alors Jin pensa qu’il devait ressentir quelque chose pour elle, mais pas autant que ce qu’on aurait pu croire à cause des mots qu’il avait utilisé. Elle espérait le calmer avec une petite phrase :

- Moi aussi je te considère comme un ami.

Elle s’apprêtait à lui sourire, mais son regard s’assombrit. Un ami. C’était bien trop dangereux. Elle voyait déjà Haruki souffrir, pour une raison qui lui était encore inconnue. Mais elle savait que ce serait de sa faute. Puis elle imagina bien pire. Si elle se rapprochait trop de lui, il pourrait bien finir comme… Elle cessa tout de suite de penser de telles choses. Elle se rendit compte qu’elle fronçait les sourcils, le regard perdu et tenta de se ressaisir, en vain.

Que faire maintenant ? Fuir ? Rester ? Fuir… ce mot sonnait tellement faux. Jin n’avait pas l’habitude se défiler. Mais cette fois il ne s’agissait pas seulement d’elle. Et lui, il voulait quoi ? Qu’elle reste, qu’elle parte ? Il était possible que cela lui importât peu. Elle se sentait complètement déroutée. Pour cacher sa faiblesse, elle se retourna et se laissa tomber sur les genoux pour réfléchir un moment. Les même questions fusaient dans sa tête, sans réponses. Elle savait une chose : elle ne voulait pas partir. Oui, elle était terrifiée. Mais pour une fois, elle avait quelqu’un qui l’appréciait et qu’elle appréciait sûrement autant. Elle se mit à repenser à la musique qu’il avait jouée lors de leur toute première rencontre, au papier complètement laid qu’il lui avait écrit pour la revoir, et à l’accolade qui venait d’avoir eu lieu.

Elle se leva, s’approcha du loup en essuyant une larme, et lui fit un petit sourire. Si l’amitié, c’était plein de petites choses agréables comme ça, peut-être que ça valait la peine d’essayer. Jin n’en pouvait plus de la solitude. Haruki l’avait changé alors ça serait de sa faute. S’il lui arrive malheur, c’est lui qui l’aura cherché.

Sans comprendre pourquoi, Jin se sentit sur ses gardes. Elle ne connaissait pas du tout les relations humaines… encore moins les relations entre humains et êtres magiques. Elle craignait d’être un peu trop naïve, alors juste au cas où, elle tenta une question qu’elle n’aurait jamais cru poser un jour.

- Tu veux… Tu es mon… est-ce que je suis ton amie ? T’as l’air d’avoir un peu d’affection pour moi, mais j’y connais rien, je peux me tromper. Mais pour une fois, j’accepte quelqu’un et… alors si je me trompe, dis moi, et si je me trompe pas, bah, tant mieux mais ça se peut que tu m’aimes pas, et que tu me détestes pas, enfin si que tu me détestes, mais enfin j’aimerais bien que non quand même.


La petite humaine n’en revenait pas, elle avait déblatéré comme ça. Elle n’avait pas su comment lui demander d’être son ami et avait dit tellement de mots à la fois, elle, qui ne parlait la plupart du temps qu’en monosyllabe. Elle attendait une réponse, en espérant qu’il ait remarqué l’effort qu’elle s’était donné pour… dire des phrases.. et pria pour qu’il ne se moque pas d’elle.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


Statut : Élève
Messages : 110
Mystérieuses framboise-cerises : 270

Documents
Age (ou l'age d'apparence): 17 ans
Pouvoir(s): Transformation en loup-garou
Oh! Un Garou ~
Oh! Un Garou ~


MessageSujet: Re: Un petit rendez-vous surprise ? [Suite et PV : Jin]   Jeu 3 Mai - 0:15


Mordillant durement ses lèvres en accrochant solidement ses yeux en direction de la grosse étoile scintillante dans le ciel de la nuit qui paraissait bien étoilée, Haruki sentait en lui cette étrange boule de stress et de flétrissure grimper dans tout son œsophage, puis se tenir sur le bout de sa langue, comme prête à sortir de sa bouche en forme de mots ou de dialectes que très peu clair afin de remédier à cette situation, avouons-le nous, plutôt cocasse. Mais grâce à toute sa volonté – qui cette fois-ci était efficace -, il parvint à la faire taire et à la ravaler afin qu’elle se glisse jusqu’au fond de sa gorge froide. Se permettre encore de dire des conneries? À ce stade-ci c’était tout à fait inacceptable. Bien qu’il avait l’envie de sincèrement rire, de faire oublier cet étrange aveu qui avait traversé les barrières raisonnables de son esprit, rien au monde ne pouvait le pousser dans le dos à le faire. Parce qu’effectivement il était tellement sous le choc de sa propre imbécilité que la raison le poussait à croire qu’il n’était qu’un abruti fini, sans l’ombre d’un avenir devant soi et sans ami.

Et ce silence embêtant qui planait entre l’humaine et lui le tuait. Assassinait son âme à coup de milliers de couteau. Un couteau qu’il avait l’impression d’être si aiguisé qu’un jour ou l’autre son soi intérieur allait finir par se décrocher, tomber dans un néant infini et allait réussir à le ramener, lui, l’arrogant lui qui détestait le monde qu’il l’entourait sauf ses parents, sa si douce et gentille mère ainsi que son père. Tout ça parce qu’il venait de faire une confession idiote. À y penser ça lui paraissait stupide, extrêmement stupide. À croire que c’était maintenant ses pensées qui étaient devenues béotiennes et complètement idiotes. Mais qu’est-ce qu’il pouvait réellement y faire en même temps? Haruki était comme ça. Il se blâmait sans cesse sur ses actions, ses paroles et ses gestes maladroits et brusques, toujours, sans jamais s’arrêter, jusqu’à finir par se pardonner durant une période de colère et d’exaspération. Sauf que maintenant, heureusement, rien ne lui permettait de péter un câble devant son amie. Parce qu’à la place de la haine envers tout ce qui bougeait c’était le remord qui le narguait d’une manière malsaine. Et puis la lune qui éclairait le ciel noir le rendait plus calme, pensif et quelque peu philosophique, peut-être même trop en y pensant bien.

Tout à coup, alors qu’il s’apprêtait à lancer un soupir ou remuer un peu son corps qui s’engourdissait à la longue par ce froid de canard, un rictus éclata tout près de son oreille. Un rire doux, qui, à contrecœur, parvint à refroidir le visage d’Haruki. Pas parce que la situation était loin d’être drôle, non, au contraire, elle l’était, mais il avait eu l’impression que ce rire était de trop. Bien qu’en même temps ce son si humain caressait agréablement ses oreilles et lui pinçait le cœur avec un sentiment, lui semblait-il, un peu plus positif que négatif. Cependant, il n’aimait pas l’entendre rire en ce moment. La raison de cette curieuse attitude fouetta son visage d’un coup sec et il se sentit raidir malgré qu’il n’avait pas bougé d’un poil. Jaloux, il était jaloux. Jaloux de cette fille qui, naturellement, était humaine, quelqu’un, une personne dans l’existence de ce monde. Parce qu’elle semblait si bien s’adaptée à l’Univers où elle était née, où elle avait vécu et où elle savait qu’elle allait finir par mourir un jour au l’autre. Jin était une âme de ce monde, pas lui. Son rire l’avait atteint comme une flèche transperçant d’un coup sec une pomme solidement accrochée aux racines d’un arbre. Et ce rire avait réussi à le faire comprendre que, bien qu’il essaierait, rien ne pouvait faire de lui un humain. Il resterait un loup-garou jusqu’à la fin de ses jours.

- Moi aussi je te considère comme un ami.

Pour finalement écarquiller ses yeux gros comme ceux d’un poisson. Droit dans le mille, Jin avait visé juste. Toute cette inquiétude, ces réflexions qui étaient passées comme une train défilant à la vitesse de la lumière, son sentiment de jalousie envers son petit rire avaient maintenant cessé d’exister parce qu’elle venait de dire les mots qu’il lui fallait pour stopper ce cercle vicieux empli de mauvaises pensées. « Ami… C’est bon ça Haruki! Ami... » Répéta t-il intérieurement plusieurs fois comme s’il avait peur d’oublier sa petite phrase. Et ces mots qui paraissaient sûrement banals pour Jin éclata au creux de l’estomac du brunâtre ce que l’on appelait les petits paillions. L’amitié, soudainement, il ne voyait plus ce terme de la même façon. Pour lui c’était nouveau, unique et d’une rareté qu’il avait toujours cru, ce depuis qu’il était tout jeune, qui n’était pas permise aux gens de son genre. Quoiqu’en arrivant à Klain, tout avait changé. Des gens sympathiques, humoristiques, aux allures de poupées ou de gothiques, tant de diversité cohabitait dans la petite école qu’il avait réussi à trouver des compagnons, des connaissances autour de lui prêts à l’intégrer dans leur groupe à eux. Mais ami, il ne savait pas trop. En réalité il savait exactement à quoi sa ressemblait, comment les gens devaient interagir entre eux, mais il avait toujours mal utilisé le mot. Et pour une fois quelqu’un avait confirmé ce qu’il pensait être vrai.

Se dirigeant à ses flancs, Jin parvint à le ramener pieds sur terre, ses yeux vitreux et un retroussement de lèvres accroché à son visage. Ils étaient restés dans un tel silence que ses miroirs fixant les siens le dérangeait un peu. Comment devait-elle se sentir dans cette atmosphère glauque? Haruki ne connaissait pas les manières, les bons mots issus de ceux d’un vrai adolescent pour tenter de repêcher l’ambiance de quelques minutes plus tôt qu’il avait brisé comme une brindille sur la terre froide. À coup sûr ils étaient tous les deux dans leurs mondes, coincés comme des rats dans un piège. Bien qu’effet ils étaient libres de faire un quelconque pas. Mais c’est Jin qui réussit à ouvrir sa bouche pour s’apprêter à parler, ce qui rendit pendant l’ombre d’un instant le Motto légèrement honteux de ne pas avoir commencer une conversation après tout ce silence.

- Tu veux… Tu es mon… est-ce que je suis ton amie ? T’as l’air d’avoir un peu d’affection pour moi, mais j’y connais rien, je peux me tromper. Mais pour une fois, j’accepte quelqu’un et… alors si je me trompe, dis moi, et si je me trompe bas, bah, tant mieux mais ça se peut que tu m’aimes pas, et que tu me détestes pas, enfin si que tu me détestes, mais enfin j’aimerais bien que non quand même.

Un discours long, rempli de mots répétés et d’hésitation, voilà ce qu’elle lui avait dit. Mais ça avait réussi à valoir un méchant sourire plaqué en plein visage d’Haruki, suivit par la suite d’un petit froncement de ses sourcils. Il était bête, certes, mais il avait compris une chose. Elle n’était pas le genre de fille qu’il s’imaginait dans sa tête. Elle aussi avait de la misère à se faire des amis et c’était la première fois qu’il s’en rendait compte. Son préjugé sur les humains l’avait poussé à croire que tout était blanc, mais il fallait dire qu’il devait y avoir un sacré paquet d’exceptions. Et Jin en faisait parti. D’un côté il se sentait désolée pour elle sauf qu’il était si heureux d’apprendre que quelqu’un était dans la même situation que lui qu’il n’y prêta que peu d’attention. Cette fille venait de lui demander s’il était son ami. Quand ce genre de situation était-il arrivé déjà? Jamais, ce ne lui avait jamais été demandé. Lorsqu’il était petit, Haruki ne jouait jamais avec les mêmes personnes. En effet, on craignait qu’il s’attache trop à cœur à un membre et qu’il délaisse ses objectifs. Donc à chaque jour de différents enfants venaient passer une journée avec lui et finissaient par traverser la barrière de leur clan et ne plus jamais y remettre les pieds. Alors ce genre d’occasion qui était à présent une perle pour ses yeux devaient être gardé pour toujours dans sa tête et prit comme un trésor. C’est pourquoi il posa délicatement sa main sur le cuir chevelu de Jin pour le caresser de droite à gauche, ses lèvres dessinant un sourire à la fois enjoué et atrabilaire.

- Te détester? Jamais. T’es ma première vraie amie…

Une phrase entièrement sincère, qui n’avait pas contenu une seule once de honte ou de gêne. Et ça lui avait franchement fait du bien. Puisque, et oui, il avait réussi à comprendre quelque chose, à comprendre une personne. Bien qu’il lui manquait un bon nombre d’informations sur son amie et sur ce qu’elle pouvait aimer ou détester, il avait néanmoins compris ce qu’elle voulait. Et puis c’était bien pour lui aussi non? Être des amis impliquaient rire comme plus tôt, sourire l’un à l’autre, s’arrêter dans les couloirs pour partir une conversation banal et se rencontre hors des heures de cours. Et juste ces petites actions pourraient permettre à Haruki de devenir heureux. Mais si il ne se passait rien d’autres de plus, même si l’autre personne n’était pas toujours disponible, savoir que quelqu’un était à ses arrières c’était bien. Glissant doucement sa paume sur la joue froide de Jin, le loupiot ôta sa main avant d’aller s’installer sur le sol rocailleux de son jardin secret, face à la lune, d’ouvrir son manteau et de retirer son bras d’une de ses manches, ses joues un peu rouges.

- T’es glacée… Je te donne une part de mon manteau, enfin si tu veux hein!

Parce qu’il voulait qu’elle reste encore un moment avec lui pour discuter. Parler de quoi? Il n’en avait aucune idée, mais à coup sûr ça allait lui faire du bien puisqu’il allait pouvoir être sincère pour une fois. Et peut-être bien qu’ils allaient finir par de nouveau éclater de rire, tous les deux, dans une harmonie entre humaine et loup-garou… Non plutôt entre vrais amis. Et entre vrais amis tout était possible et rien ne pouvait de nouveau mettre un froid entre les deux personnages. Effectivement, il avait vidé son sac peuplé de conneries. On pouvait y compter son affreuse lettre, lorsqu’il s’était brutalement cogner la tête contre un des arbres de la cour ainsi que, voilà peut-être bien de bonnes minutes, son étrange confession. En même temps il était parvenu à rendre la situation un peu plus comique et moins embarrassante, ahah.

- Euh… Jin? Tu crois que… enfin… je veux dire… Tu crois qu’on pourra se parler plus souvent dans l’académie?

Car ce petit doute au creux de sa tête persistait, bien qu’il avait passé par-dessus son immense crainte d’être rejeté par elle. Et puis parce qu’il ne voulait pas voir leur relation se baser sur des sortes de rendez-vous de dernière minute. Et parce que, franchement, il l’aimait bien, cette Jin.

Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


Statut : Elève
Messages : 356
Mystérieuses framboise-cerises : 169

Documents
Age (ou l'age d'apparence): 18 ans
Pouvoir(s):
Oh! Un humain ~
Oh! Un humain ~


MessageSujet: Re: Un petit rendez-vous surprise ? [Suite et PV : Jin]   Mar 3 Juil - 0:15


Jin n’avait pas encore bien réalisé. Mais elle venait probablement de prononcer plus de mots en 30 secondes qu’il n’en était sortit de sa bouche le mois dernier. Et pour la première fois, elle se sentait ridicule. Parce que, pour la première fois, elle articulait d’affilée plus de trois mots de ce genre devant quelqu’un. Et parce que, pour la première fois encore, elle parlait d’une manière incompréhensible, sans parvenir à créer de vraies phrases. Alors, elle se trouvait dans une situation qu’elle ne connaissait pas et se sentait faible. Voire pathétique. La jeune solitaire avait plutôt l’habitude de lancer des menaces à ceux qui la provoquaient. C’était facile. Haruki la perturbait : avec lui, c’était différent. On ne peut simplement pas s’adresser de cette manière à un garçon aussi adorable et gentil que lui. D’ailleurs, en ce moment, elle se demandait ce qu’il pouvait bien penser d’elle, s’il allait rire d’elle, ce qu’il allait lui répondre. Si il allait lui répondre. Et s’il s’imaginait qu’elle était… ce qu’elle n’était pas ? C’était étrange, toutes ces questions dans sa tête. Elle n’avait jamais eu l’occasion de se les poser.

A la place de tout ce que son esprit pouvait imaginer, le jeune homme se mit à sourire. Elle ne savait pas trop si elle devait être rassurée. Lorsqu’il osa poser sa main sur les cheveux de Jin, elle baissa automatiquement les yeux et ses joues se mirent légèrement à rougir. Elle était déstabilisée. Avant Haruki, le dernier qui l’avait touchée était un homme qui avait essayé de l’étrangler. Des siècles s’étaient écoulés depuis que l’humaine n’avait pas reçu de marques d’affection. Cela faisait bien une éternité qu’on ne lui avait pas sourit. Juste un long vagabondage vide et morne. Et puis, elle rencontra Haruki. Elle se demanda pourquoi il faisait ça. Pour la rassurer ? Ou avait-il pitié d’elle ? Elle ne voulait pas regarder ses yeux, de peur d’y percevoir de la condescendance. En tous cas, c’était agréable.

- Te détester? Jamais. T’es ma première vraie amie…

Elle leva ses yeux vers les siens. Sûre qu’elle ne trouverait aucune trace de mépris. Puis elle laissa se dessiner sur ses lèvres un sourire. Jin était enfin soulagée. Elle se répéta les mots qu’elle venait d’entendre pour vérifier si elle ne s’était pas trompée, et pour s’en imprégner. Une amie. Elle était heureuse d’être une amie pour quelqu’un. Elle était heureuse d’être une amie pour quelqu’un comme Haruki. Jamais elle ne s’en serait doutée. Elle ne pensait pas avoir souhaiter qu’un jour ce genre d’événement arrive. Soudain, elle se rappelait pourquoi… Un ami, ce n’était pas bon ça, pour Jin. C’était dangereux. Alors pour quelle raison restait-elle là ? Parce qu’au fond, c’était vraiment cool d’avoir un ami. Même si elle ne savait pas ce que c’était exactement, ça sonnait bien, c’était un joli mot. En plus, une personne qui lui disait qu’elle ne la détesterait jamais, c’était une belle promesse. Finalement, ça valait peut-être le coup de laisser vivre son unique peur au monde. Et de risquer le pire. Puis ce n’était pas une très grande amitié, ils ne se connaissaient pas depuis longtemps. Il fallait juste veiller à ce que cette estime ne devienne pas trop forte. Elle était terrifiée par tout type d’émotion.

Elle soupira. Tout ça n’était qu’un éternel discours qui demeurait depuis trop longtemps dans ses pensées. Il était sans doute temps de changer de disque et de souffler un peu. On ne pouvait pas dire qu’elle n’appréciait pas son nouvel ami et que ça la dérangerait de le voir un peu plus souvent. Au contraire.

Le loup la sortit de ses pensées en posant brièvement sa main sur sa joue. Elle sentit sa joue se réchauffer un peu sous le contact de la peau de Haruki. Elle fronça les sourcils, intimidée. Encore un contact. C’était à croire qu’il voulait la troubler. Jin était censée faire quoi, elle, quand il faisait ce genre de choses ? Novice, elle n’en savait absolument rien ! Ironiquement, elle regretta qu’il ne laissât pas plus sa paume, à cause du froid qui regagnait sa joue.

- T’es glacée… Je te donne une part de mon manteau, enfin si tu veux hein!

Bien sûr qu’elle voulait. Elle était littéralement congelée. Elle se précipita à ses côtés et se lova dans la petite partie du manteau qu’il restait pour elle. Elle était tout près de son ami, là. La jeune femme sourit, un peu réchauffée. Paisible.

Sauf que sans prévenir, il lui demanda s’ils pourraient se reparler, plus tard. Elle aurait préféré ne pas avoir à répondre à cette question. Le discours de tout à l’heure ressurgit. Oui, elle avait pris la décision d’oublier toutes ces idées, mais elle ne pouvait pas s’empêcher d’avoir peur si on lui disait ce genre de choses. Jin Kô était comme ça. Presque tremblante, elle ferma les yeux un moment et quand elle les rouvrit, elle vit la lune. En face d’elle, la lune imposante l’éclairait. Et sa magie opéra. Comme à chaque fois, elle se sentait protégée. Protégée de l’extérieur, mais également protégée d’elle-même. Après tout, si elle pouvait rester brave lorsqu’elle était à la recherche d’assassins, pourquoi ne pouvait-elle pas l’être maintenant ? Il le fallait. Et pour tout avouer, elle avait hâte de le revoir.

Comme à son habitude, Jin n’allait rien répondre. Pas en ouvrant la bouche en tous cas. Dire oui à quelqu’un n’était pas aussi aisé que ça pouvait en avoir l’air, pour elle. Alors elle se contenta de déposer doucement sa tête sur l’épaule d’Haruki. Elle espérait que comme ça, il comprendrait qu’elle était d’accord. Elle avait le sentiment que lui aussi y tenait vraiment. Elle laissa sa tête reposer sur son ami. Il n’aurait qu’à lui dire, si elle le dérangeait. Mais elle espérait que non. Elle était bien, comme ça.

Aïe. Elle ressentit cette douleur au ventre, ce pincement au cœur. Celui qu’elle ressentait le dimanche soir quand elle ne voulait pas retourner à l’école le lendemain matin. Celui qu’on ressent quand quelque chose ne va pas, mais qu’on ne sait pas quoi. Au bout de quelques minutes, elle comprit. Son instinct de survie lui jouait des tours. Comment pouvait-on, après avoir été en danger, et en cavale pendant des années, refaire confiance à quelqu’un ? Chaque personne qu’elle avait pu croiser avait représenté un danger. C’était triste, dans un moment comme celui-là, mais oui. Elle se méfiait d’Haruki. Il fallait dire qu’elle était un peu paranoïaque sur les bords. Pourtant, une telle trahison lui paraissait impossible de sa part. Mais bon, il y a encore quelques semaines, l’existence des loups-garous lui paraissait tout aussi improbable, si ce n’était plus. Alors, comme pour mettre les choses au clair. Comme pour être sûre d’être en sécurité, elle lui expliqua :

- Si un jour tu t’apprêtes à me tuer, sache que tu seras mort avant même d’avoir essayé.


Jin n’avait jamais été aussi sérieuse avec lui. Elle souhaitait vraiment qu’il ne soit pas vexé de telles paroles. Mais tout ça l’inquiétait, étrangement. Etrangement parce qu’elle s’était toujours moquée des trahisons. Elles n’étaient que futilités pour elle, auparavant. Plus maintenant : savoir qu’elle aurait mal s’il se retournait contre elle la faisait paniquer. Elle commençait à trembler.

- Ce jour là, tu peux être certain que je n’aurais plus peur de toi.

Cette fois, c’était assuré, il ne pourr… Oups. C’était quoi ce « plus » qui traînait en plein milieu de la phrase, là ? Haruki allait plausiblement croire qu’il la terrorisait. Ce n’était pas entièrement faux, mais c’était assez embarrassant. Jin se mordit machinalement les lèvres, n’osant plus relever la tête, ni même bouger. Il allait lui demander pourquoi ou il allait s’en aller et ne plus jamais lui adresser la parole. Ou pire, il allait rire, se moquer d’elle. C’était évident, oui, il allait éclater de rire d’une seconde à l’autre.



Dernière édition par Jin Kô le Lun 23 Déc - 0:28, édité 7 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


Statut : Élève
Messages : 110
Mystérieuses framboise-cerises : 270

Documents
Age (ou l'age d'apparence): 17 ans
Pouvoir(s): Transformation en loup-garou
Oh! Un Garou ~
Oh! Un Garou ~


MessageSujet: Re: Un petit rendez-vous surprise ? [Suite et PV : Jin]   Sam 14 Juil - 1:33


Il y avait, depuis qu’il était jeune, un tas de truc qui terrorisait le jeune loupiot en pleine crise d’adolescence. Le fait de se retrouver seul en faisait parti et même malgré le fait qu’il parvenait tant bien que mal à s’intégrer dans sa classe, cette peur ne partait pas. Car il avait passé cette grande majorité de sa petite vie à rester seul, isolé des autres, dans cette chambre close qui lui donnait le tournis rien qu’en imaginant son contenu banal. « Le plaisir d’aller jouer avec des camarades de classe vous ait tout à fait permis, monsieur Motto. Personne ne vous empêchera d’avoir un copain », lui avait-on dit sur un ton joyeux alors qu’en réalité l’amitié au sein de son immense famille n’existait pas. Mais pourtant les gens continuaient de lui faire croire que l'attachement à des êtres chers demeurait une de leur valeur très importante. Pourquoi tous ces mensonges, ces cachoteries et ces secrets bien gardés? Peut-être parce qu’ils voulaient tous tuer son cœur pur que ses deux précieux parents avaient légué.

C’était donc par cette raison que lorsqu’il caressa sa main sur les doux cheveux de Jin, il se sentit libérer d’un poids. Son sourire légèrement nostalgique affiché sur le coin de son visage, il avait ressenti toute cette pression descendre d’un coup, pouf, comme ça, sans l’ombre d’un avertissement. Comme ci le simple fait d’avoir l’occasion de toucher à la tête de quelqu’un d’autre, de lui démontrer qu’un brin d’affection, l’avait apaisé de tous ses doutes. Et quand il murmura ce qu’il pensait vraiment de sa nouvelle amie, l’envie ne lui prit pas de se mettre dans la tête l’idée que, peut-être, cette fille serait comme tous les autres. Une humaine qui viendrait s’amuser avec lui durant un cours instant et qui disparaîtrait derrière une barrière si haute qu’il lui avait fallu des années avant de pouvoir parvenir au sommet. Parce qu’il avait mis toute sa confiance en elle. Peut-être aurait-il mal, plus tard, mais le bonheur qu’il éprouvait en ce moment même l’empêchait de penser à la douleur d’un couteau planté dans son cœur.

Et il apposa sa main contre sa joue, constatant que la noirâtre était froide, frileuse même. Non, il lui aurait plutôt fallu dire congeler. Il fallait dire que ce n’était pas le meilleur temps pour faire une balade sans manteau. Normalement Haruki se serait permis une transformation, assuré d’être couvert d’une touffe de poils assez épaisse, oubliant ainsi son côté humain. Il lui proposa une part de son manteau et dès la fin de ses mots, il fut surpris de voir Jin se jeter à ses flancs et prendre ce qu’il lui offrait. Et ben décidément il ne s’était pas trompé, elle était un vrai glaçon. Juste à sentir son épaule contre la sienne lui donnait quelques frissons qu’il tenta de conserver de son mieux.

Puis il lui avait demandé s’ils auraient l’occasion de se parler une seconde fois, à l’académie. Puisque, s’ils étaient des amis, maintenant le fait de se croiser dans les couloirs ne devrait pas leur poser de problèmes? Ah toutes les choses qu’il rêvait de faire depuis sa jeunesse allait enfin pouvoir se réaliser! Aller au cinéma, manger des cornets de crème glacée, tout ce qu’il avait vu à travers cette petite boîte carrée, enfin! La tentation d’hurler de joie devenait de plus en plus forte, si bien qu’il dut se mordiller les lèvres pour ne pas le faire. Il en avait, ouais, encore pratiquement oublié sa question qu’il venait tout juste de poser. Oh qu’il aurait tant voulu parler de tout ça à ses parents… Non par « télépathie » - il ne fallait quand même pas croire qu’il possédait autant de super pouvoirs tout de même, mais face à face, dans leurs bras. Il aurait adoré prendre cette occasion qu’on lui offrait à chaque année, ce moment où il avait la permission de visiter ses deux vieux. Tous les mots d’amour qu’il recevait avaient toujours été un parfum d’oxygène. Et à chacun de ses moments il leur racontait ses rêves et ses désirs. Mais cette fois-ci, il aurait souhaité pouvoir leur raconter sa nouvelle vie. Sauf que la fuite avait été sa seule option pour pouvoir devenir quelqu’un d’autre. Car tôt ou tard il aurait tombé dans leur piège sordide. Tout ce qu’une famille aussi puissante que les Motto pouvait faire, c’était déchirant.

Jin, qui s’était faite muette, parvint à ramener pieds sur terre Haruki lorsqu’elle posa délicatement sa tête contre son épaule. Le loup ne put s’empêcher de sursauter, à peine, certes, mais il le fit quand même. Ah qu’il n’allait pas du tout s’y habituer encore à ses drôles de contacts – bon oui d’accord il avait été le premier à lui faire un câlin. L’étudiant observa du coin de l’œil son amie, son ventre se gonfler et se dégonfler, puis, voyant bien qu’elle semblait réfléchir, rapporta son attention sur la lune qui luisait à grande échelle. Jamais il ne pourrait s’en lasser, de ce genre de choses. La nature nous offrait parfois des cadeaux sublimes et les étoiles de la nuit étaient quelque chose de superbe. Peut-être était-ce en réalité ça qui rendaient lui et l’humaine silencieux? Il n’en savait rien et sincèrement il préférait mettre un terme à toutes les pensées longues et douloureuses qui lui passaient par la tête.

- Si un jour tu t’apprêtes à me tuer, sache que tu seras mort avant même d’avoir essayé.

Comme d’habitude ça l’avait réveillé du monde des songes, mais cette fois-ci choqué, également. Quoi? Comment ça…? Qu’est-ce qu’elle voulait dire par « s’apprêter à me tuer »? Ça lui avait complètement glacé le sang. Ses mots avaient été loin d’une blague, très loin, et ils avaient été prononcés d’une telle sérosité que ça vous donnait la chair de poule. Haruki commença soudainement à sentir que son amie tremblait légèrement, pas beaucoup, mais plus que de normaux frissons. On aurait dit qu’elle avait… peur

- Ce jour là, tu peux être certain que je n’aurais plus peur de toi.

Là, il était complètement perdu. N’y avait-il pas eu, deux secondes plus tôt, une sorte de promesse qui s’était établie entre eux deux? Ne venaient-ils pas de dire qu’ils étaient tous les deux amis? Alors pourquoi avait-elle… peur? Pourquoi venait-elle de lui dire que, si un jour il souhaitait mettre un terme à sa vie, qu’elle serait la première à l’étrangler ou quelque chose dans le genre. Ça l’avait tellement heurté qu’Haruki ne formula pas un seul mot durant plus d’une longue minute, temps qui leva un léger malaise entre l’humaine et le loup. Mais en même temps, que pouvait-il dire? C’était sûrement normal qu’il lui fasse peur. Après tout elle était une humaine et lui un loup-garou. On disait depuis toujours que deux types de créatures ne pouvaient pas s’entendre. Haru l’avait toujours nié. Et pour une fois, ce soir, il devait admettre que c’était tout à fait normal pour Jin d’éprouver un sentiment d’effroi en apercevant sa présence. Alors pourquoi, malgré cette vérité, sentait-il son cœur se contracter? Dans une situation comme celle-ci, peut-être un an plutôt, il aurait ri. Mais là c’était différent… Que devait-il dire?

- Désolé, si je te fiche la frousse. Ce n’était pas mon intention.

Commentaire sincère, peut-être inutile, mais son cerveau ne fonctionnait plus. Il revoyait en boucle les images de son passé, tous les avertissements que l’on lui avait dicté ainsi que le sourire de ses parents. Il aurait finalement dû les écouter, tous ces gens. Il aurait dû remarquer son arrogance, le pourquoi il ne devait pas traverser les barrières de son monde. Pourtant il ne voulait pas céder, pas maintenant, mais l’envie de continuer lui manquait. Ah! Bon sang que c’était énervant quoi! Le loupiot releva doucement ses yeux dans les airs, puis, comme s’il voyait le ridicule de la chose, retroussa ses lèvres vers le haut.

- Tu sais, la première fois que je t’ai vu j’ai eu l’impression d’être tombé sur une petite fouineuse. Ça m’avait légèrement irrité. Mais plus on avançait dans notre conversation, plus je m’étais rendu compte que tu étais… comment on dit ça… normale. Et ça m’avait plu, de voir quelqu’un de normal, dans ce pensionnat. De savoir que ma première rencontre était une fille super humaine, c’était franchement cool. Et après, je l’avoue, j’étais intrigué d’en savoir plus sur toi. Le simple fait que tu ais accepté mon rendez-vous m’avait réchauffé là.

Il pointait son cœur, adressant un sourire à la fois joyeux et mélancolique à Jin. Il avait l’impression qu’il la connaissait depuis une éternité alors que ce n’était pas le cas. On pouvait pratiquement dire qu’il se la croyait, en ce moment, ah!

- Et puis, voilà quelques minutes, tu as accepté de devenir mon amie. Je crois que je ne peux pas être plus heureux qu’aujourd’hui. Avoir une amie pour moi c’est fantastique. J’ai toujours été très seul donc… tu vois quoi.

Haruki inspira profondément, se laissant guider par son instinct naturel. Lui qui ne parlait jamais d’une telle façon, c’était bien une première qu’il se confiait d’une manière aussi spontanée. Mais il voulait vraiment partager ce qu’il pensait et ressentait en ce moment même. Le Motto cessa de regarder haut dans les airs et décida de poser ses yeux dans ceux de l’humaine. Peut-être allait-elle prendre peur, en entendant tout ça. Bah il s’en foutait un peu, au moins elle le laissait parler.

- C’est pourquoi, si un jour je veux te tuer, il est clair que je suis probablement un loup-garou ou que quelqu’un m’est exorcisé la vieille – il imita la grimace d’un bonhomme pendu. J’imagine que c’est normal que tu es peur de moi, après tout… Tu es humaine et moi loup-garou. C’est bizarre, j’aurais cru que cette différence pouvait être évité. On dirait bien non.

Il sentit subitement les larmes lui monter aux yeux. Bon il n’allait quand même pas se mettre à pleurer hein! Dignité d’homme! Pourtant n’importe qui savait que c’était tout à fait normal de pleurer, dans cette petite vie sur terre. Mais Haruki restait fort, très fort. Malgré tout ce qu’il avait vécu et il souhaitait vraiment que Jin le comprenne.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


Statut : Elève
Messages : 356
Mystérieuses framboise-cerises : 169

Documents
Age (ou l'age d'apparence): 18 ans
Pouvoir(s):
Oh! Un humain ~
Oh! Un humain ~


MessageSujet: Re: Un petit rendez-vous surprise ? [Suite et PV : Jin]   Lun 23 Déc - 0:25



-Je n’ai pas peur de toi parce que tu es un loup garou. J’ai peur de toi parce que tu es un être vivant.

Jin avait prononcé ces quelques mots sur un ton grave. Après s’être levée, elle regardait de haut Haruki. Une froide brise s’était levée, et dépourvue de la veste du jeune loup, elle grelottait. Elle venait d’apporter un caractère légèrement hostile à la conversation. Celle-ci était devenue aussi glaciale que cette nuit d’hiver. L’humaine retrouvait alors une ambiance plus familière.

Ces derniers mots lui glacèrent le sang. Jamais elle ne s’était dévoilée à quelqu’un avec une telle sincérité. En vérité, elle n’avait pas peur du tout des êtres vivants, mais des liens qu'ils pouvaient construire. Haruki pouvait tenter de la tuer, elle ne serait pas effrayée. Mais penser qu’il pouvait faire preuve de duplicité, ça, ça la terrorisait. Sans comprendre pourquoi, elle ne voulait pas être déçue, blessée par son nouvel ami. Elle se le répétait sans cesse in petto, mais n’était pas capable de l’exprimer à Haruki. En fait, elle ne pouvait plus prononcer un mot.

Elle inspira profondément puis son souffle se condensa dans le paysage, formant un petit nuage blanc. Elle sourit, émerveillée par la beauté du phénomène. Cela la réchauffa un peu, lui redonna un peu de courage. En regardant à nouveau son camarade, elle regretta ses paroles, qui avaient dû lui paraître bien amères. Elle aurait voulu s’excuser mais elle ne parvint à ouvrir ses lèvres pour faire entendre les trois mots en vigueur. Elle sentit qu’elle devait dire quelque chose. Ce silence lui pesait.

- Je voulais juste mettre les choses au clair. Pas te faire du mal. Mais je suis méfiante. Je n’ai jamais pu faire confiance à personne. Pourquoi aujourd’hui cela changerait ? Jusqu’à maintenant, cela m’importait peu. Je ne prêtais attention à personne.

Elle marqua une pause. Elle se mit à trembler de plus belle. Toutes ces phrases sortaient comme ça sans qu’elle ne pût les avaler.

- Je n’avais plus eu peur depuis dix ans. Peur de rien. Mais là, je t’ai rencontré. Je ne comprends pas pourquoi mais quelque chose a changé. C’est la première fois que j’ai à me méfier de quelqu’un. C’est la première fois que je veux croire en quelqu’un. Mais je ne dois pas ! Avec personne, et surtout pas avec toi. Parce que… d’un côté je suis bien avec toi. Mais de l’autre, je ne veux pas risquer de me faire avoir. Par toi.

Les larmes qui coulaient sur ses joues se transformèrent en petits glaçons étincelants. Elle ressentait une chose nouvelle : elle ne voulait plus se retrouver seule. En l’espace d’une seule soirée, elle avait noué avec Haruki un lien spécial. Elle ne saurait le décrire.

Maintenant qu’elle s’était rapprochée autant d’une personne, elle s’y serait accrochée de toutes ses forces. Parce que ce dont elle avait toujours eu peur, et qu’elle avait réussi à accepter,  elle l’appréciait, finalement, beaucoup. Et, ironiquement, cela l’angoissait encore plus.

-Je ne sais même pas s’il existe une preuve de ta franchise.

Elle commençait à perdre espoir. Elle aurait vraiment eu envie de préserver cette amitié. Malheureusement, elle ne savait pas si elle était assez forte pour ça.

Choquée d’avoir pu parler de tout cela, elle espérait sérieusement qu’Haruki pût la comprendre. Peut-être que lui aussi ressentait cette panique. Peut-être aussi fortem.. Non. Soudainement, Jin se souvint de la raison de cette crainte. Avec effroi, elle réalisa qu’elle ne pouvait pas rester près de son ami. Qui disait amitié, disait sentiments, et qui disait sentiments, disait émotions. Or, les émotions demeurent et demeureront éternellement la source d’un danger. Pas un danger pour Jin, non. Puisque c’etait elle qui constituait ce danger. La dernière fois qu’elle avait ressenti une forte émotion, ça avait été une horreur. Une horreur dépassant tout entendement.

Il fallait fuir. Mais elle voulait rester. Il fallait ne plus jamais le revoir. Mais ça lui paraissait inconcevable. Jin fixa les yeux bruns d'Haruki. Sa vue se troubla. Elle refusait de le faire souffrir, de quelque manière que ce soit.

- C’est toi qui devrais avoir peur de moi
, s’obligea-t-elle à lui avouer.

Puis, prête à prendre la fuite, ses jambes défaillirent, comme si elles voulaient l’en empêcher, et elle se laissa tomber. Elle ferma les yeux, comme pour ne pas saisir ce qu’il se passait, et cria :

-Fuis-moi ! Je suis dangereuse !


Tout en espérant qu’Haruki n’en fit rien.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé

Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Un petit rendez-vous surprise ? [Suite et PV : Jin]   



Revenir en haut Aller en bas
 

Un petit rendez-vous surprise ? [Suite et PV : Jin]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Académie Klain :: 
Les Alentours
 :: ♦♦ Forets
-
Sauter vers: