AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Drawing a Prince... [PV Prince Valley]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage


Invité

Invité
Invité


MessageSujet: Drawing a Prince... [PV Prince Valley]   Sam 18 Fév - 23:08


Raven avait toujours aimé traverser la forêt après la pluie. L'odeur musquée du bois humide, la fraîcheur de l'herbe tout juste mouillée. Le son des gouttes qui tombaient en rythme du bout des branches. Certaines, parfois, lui atterrissaient sur le visage. Il accueillait volontiers et sans broncher ces points rafraîchissants sur ses joues, ses lèvres, ses yeux. Au milieu d'une clairière, dans l'herbe parsemée d'eau il avait l'habitude d'aller s'asseoir avec sa mère, de manger des cookies tout en dessinant sous le fond sonore de sa voix qui chantait. Il fredonnait alors du bout des lèvres cette chanson qu'ils avaient découverte par hasard et qu'ils adoraient. Une parmi tant d'autres qu'ils aimaient. Celle-ci était triste. C'est celle qu'il chantait ce jour-là, en s'asseyant sur le sol trempé de pluie et en sortant son carnet de croquis, son crayon coincé derrière son oreille. Enfournant son dernier cookie dans sa bouche, il scruta l'étendue d'arbres qui s'étalait devant ses yeux. Il porta son regard sur le ciel, les nuages flottaient paresseusement à sa surface claire. Il reporta son attention sur ce qu'il avait en face de lui. Bon, ça y était, il savait ce qu'il voulait dessiner.

Le jeune homme adossé à l'arbre là-bas, qui fumait d'un air nonchalant.

Prenant entre ses doigts fins son crayon qui jusqu'ici reposait à l'ombre de quelques mèches de cheveux, il observa minutieusement l'inconnu. Il fallait d'abord qu'il définisse son allure générale, l'impression qu'il dégageait. Il fut frappé de plein fouet dans son esprit par un mot. Confiance. Il respirait la confiance en lui-même. Malgré son air désinvolte, il avait une présence, un charisme incroyables. Distingué, un port impeccable, une carrure harmonieuse. Un gentleman, un noble, prince, roi, coincé dans un corps d'adolescent. Le jeune sorcier en resta bouche bée, et n'osa lever les yeux vers son visage qu'après de longues minutes passées à le contempler. Des émeraudes en guise d'iris, une peau d'albâtre, des cheveux d'or. Ses traits étaient emplis de grâce, mais pas de douceur. Ils avaient quelque chose de strict, de rigoureux, plein de sang-froid. Une étincelle de hargne brillait dans ses yeux. Un masque d'indifférence voilait sa face. Un rayonnement d'arrogance suintait de son être. Un éclat de prétention traversait ses gestes.
Tout était réuni pour le portrait.
Le grattement du crayon sonna l'arrêt de la contemplation. Raven commençait à dessiner.

Quand on regardait ses portraits, il n'y avait pas qu'une apparence, une imitation. Il s'efforçait de représenter toutes ces choses imperceptibles et indispensable pour donner vie à ces visages sans matière. L'ombre d'un sourire, la douceur d'un regard, la lueur de colère d'yeux aveuglés par la haine, l'agacement d'un froncement de nez. A présent, ce n'était pas que l'image d'un inconnu qu'il tenait entre ses doigts pâles, que son crayon étoffait. C'était l'essence de son être, son caractère, son apparence, les vestiges de son passé qu'on devinait dans ses yeux. C'était le résultat d'une vie d'une quinzaine d'année qu'il griffonnait sur son vieux carnet.
Lorsqu'il eut terminé, il releva la tête vers l'inconnu. Un question lui brûlait les lèvres quand il le voyait. Il ressentait un mélange de curiosité et d'inaccessibilité. Comme s'il ne pourrait jamais l'atteindre, la toucher, lui parler. Il regarda son dessin.

-Comment t'appelles-tu ?...

Son murmure passa la barrière de ses lèvres sans qu'il sen rende compte, alors qu'il effleurait du bout des doigts ces émeraudes qui, sur le dessin, le regardaient.

Revenir en haut Aller en bas


Invité

Invité
Invité


MessageSujet: Re: Drawing a Prince... [PV Prince Valley]   Mar 21 Fév - 1:20


Il avait la sale envie de tuer de quoi. Et ce au plus vite.

Prince n’était pas d’humeur et ça se voyait au premier regard. Pourquoi? On n’en avait aucune idée, mais on savait qu’il avait passé la journée avec un nuage noir sur la tête. Contrairement à ses habitudes, il avait écouté les cours, comme s’il avait cherché à se distraire avec les choses les plus banales au monde. Il avait même refusé de participer à la drague ce soir avec ces potes, ce qui avait pratiquement mit à terre la moitié d’entre eux. Aucune mission accordé, aucun voyage à faire, il s’ennuyait de ses vieux pistolets qu’il gardait toujours précieusement dans ses poches. En plus, la météo d’aujourd’hui n’était pas des plus plaisantes, ce qui mettait encore plus en rogne le jeune homme. Voilà pourquoi il avait décidé de violer les règlements de l’établissement – qui enfin de compte se résumait à ce qu’il avait toujours tendance à faire. Notre prince charmant avait choisi de se faufiler hors du dortoir, cette journée-là, pour aller prendre de l’air – et en même temps fumer une ou deux clopes. Il avait longuement pensé à toutes les possibilités qui lui avaient été offertes, mais il avait opté pour aller se promener dans la forêt de l’académie. Qui sait, peut-être allait-il pouvoir bien s’amuser avec ses trois chéries.

Il était donc là, en train de marcher dans la sombre forêt de l’académie, une clope à porter de ses lèvres, respirant l’air frais de la nature. Le silence le rendait calme, l’empêchait de se mettre à crier et à flinguer du monde – bien que l’envie persistait. Il avait toujours aimé les endroits sombres, à la différence de ses deux frères. Pour lui, s’était synonyme de calme et de paix, surtout quand il pouvait fumer à sa guise. Sa dépendance envers les cigarettes devenait de plus en plus importante, il le savait, mais bon! Tant qu’il avait pas le cancer des poumons durant son plus bel âge, ça lui allait. Il s’était faufilé entre les racines des arbres et des arbustes, mouillant le cuir de ses chaussures à cause de la terre humide, avant de s’arrêter près de la charnière d’un d’entre eux pour s’affaisser par terre et paisiblement prendre une pause de tout. Ouais, une sale pause! S’il n’en prenait pas une maintenant, il risquait de réellement se mettre en colère. Sa clope dans sa bouche, son genoux replier vers le haut, son coude sur sa rotule, c’était sa pose à la bouddha.

Cependant, avant même d’avoir eu le temps d’atteindre son propre Nirvana, une voix vint l’interrompre dans ses activités. Prince porta son regard en direction du bruit et fut plutôt surpris de voir un jeune garçon se tenir là, près d’un arbre, ses mains portant un carnet. Il semblait dessiner quelque chose, fixant de ses petits yeux le regard de Prince. De ses lèvres, le garçon avait effleuré quelques mots, ce qui eut le don de légèrement l’irriter. Son nom, il venait tout juste de lui demander son nom. Il était fou celui-là ou quoi? Ne voyait-il pas qu’il n’était pas d’humeur? Prince expira longuement de sa bouche de l’air avant de tournoyer sa clope entre ses deux doigts. Il contempla minutieusement les traits de l’enfant à l’aide de ses yeux émeraude.

- Eh…tu ne vois pas que je suis occupé?

Il avait été clair et net. ‘Voulait pas se faire déranger, alors il se ferait certainement pas déranger. Toutefois, après avoir pris une bonne bouffée de sa clope, il se décida de nouveau lui parler. Il n’avait rien à perdre non? Et puis il allait probablement pouvoir un peu s’amuser.

- Prince, c’est Prince mon nom.

Pas besoin de faire les grandes présentations. Il ne comptait non plus devenir copain copain avec un étranger aux airs enfantins.

- Je sais pas ce que tu dessinais, mais si y’a l’ombre d’un trait de ma personne… Déchire-le.

C’était méchant? Il s’en fichait. Il faisait ce qu’il il voulait, comme il voulait.

Revenir en haut Aller en bas


Invité

Invité
Invité


MessageSujet: Re: Drawing a Prince... [PV Prince Valley]   Mer 22 Fév - 22:15


Lorsque Raven releva la tête de son carnet, l'inconnu le fixait d'un regard glacial. Il devina qu'il avait du passer une assez peu agréable journée et que la présence à proximité de lui d'un jeune gringalet blond ne faisait que l'irriter davantage. Ses yeux lançaient des éclairs. Vraiment. Il le toisait, détaillait toute sa personne et cela liquéfia sur place notre jeune dessinateur. L'idée de s'enfuir lui effleura l'esprit, mais il détestait devoir s'incliner. Alors il essaya -tant bien que mal- de décocher un regard noir à l'inconnu ; sans grand succès apparemment car tout ce qu'il fit consista en une rotation de cigarette.
Bon, c'est vrai qu'un jeune homme tout mignon qui vous regarde fixement avec ses yeux bleus ourlés de cils de fille, ce n'est pas très effrayant.

-Eh... tu ne vois pas que je suis occupé ?

Son ton était froid. Vexé, Raven s'apprêtait à rentrer et remettait son crayon derrière son oreille, gardant un air impassible qui voulait dire "Ok, t'es occupé, je me barre, emmerde-toi bien tout seul." mais qui, vu son visage de jeune garçon faisait plus "Ok, t'es occupé... Je te laisse...", ce qui n'était pas vraiment l'effet recherché. La voix de l'inconnu l'interrompit dans son mouvement.

-Prince. C'est Prince mon nom.

D'accord. Il fallait qu'il dise quelque chose. Mais tout ce qui tournait dans sa tête était d'une banalité affligeante, "c'est joli", "ah", "enchanté" et caetera. Son cerveau marchait à toute vitesse, mais il ne trouvait rien d'intelligent à dire, alors il se contenta d'un :

-D'accord.

Tout aussi banal, d'ailleurs.
Il récupéra son crayon qui trainait dans ses cheveux et griffonna le nom "Prince" en bas de son dessin. Puis il fit volte-face et commença à s'éloigner, déçu par ce modèle si antipathique. Dont la voix retentit encore une fois, l'arrêtant encore dans son action.

-Je ne sais pas ce que tu dessinais, mais si y'a l'ombre d'un trait de ma personne... Déchire-le.

Et voilà qu'il lui donnait des ordres. En plus d'être un modèle déplorable (il fumait, donc bougeait tout le temps son bras) c'était une personne tout à fait désagréable. Raven leva les yeux au ciel de consternation et suivit par un soupir exaspéré. Ils étaient deux à être énervés maintenant, bravo.

-Pourquoi je le ferai, hein ?

Il se tourna vers Prince avec un air de défi, du haut de son mètre soixante et quelque.
Vision terrifiante, et c'est peu dire : un Raven sauvage prêt à mordre.

Autant dire que Prince n'avait pour l'instant pas grand-chose à craindre.

C'est un peu court, oui, Shame on me. Mais j'ai répondu vite ! :DD

Revenir en haut Aller en bas


Invité

Invité
Invité


MessageSujet: Re: Drawing a Prince... [PV Prince Valley]   Sam 25 Fév - 3:44


Prince eut à peine le temps de finir ses premiers mots que le jeune garçon adossé contre un arbre l’avait regardé étrangement, comme s’il avait tenté de lui envoyer des éclairs – ce qui s’était résumé sans succès particulier. En prêtant mieux attention au gamin à ses côtés, le jeune fumeur était en parfaite mesure de mieux le décrire. Petit, cheveux blonds, yeux de couleur bleus, peau pâle, visage à l’air enfantin, bref, tout ce qui pouvait y avoir de plus normal. Aucun défaut physique, pas d’autorité, il était sûrement qu’un petit suivant sa maman après tout. Il avait d’ailleurs posé son crayon à l’arrière de son oreille, lançant quasiment un drôle de regard vers Prince. Il l’écouta cependant attentivement lorsque le roi de la forêt lui murmura son nom. Il semblait tracé une quelconque chose à l’aide sa main et de son crayon sur son carnet, pas plus gros que son torse. Lorsqu’il eut vraisemblablement fini, il se releva, se préparant à officiellement le quitter. Eh oh! Minute! Il était hors de question qu’il parte comme ça hein! C’est pourquoi, avec un ton froid et sec, il lui avait ordonné de déchirer son dessin, sauf si bien sûr sa présence n’y était pas. L’enfant s’arrêta sec net, serra ses poings avant de le foudroyer du regard. Et là, il osa.

- Pourquoi je le ferai, hein?

Il avait signé son arrêt de mort. Prince prit une longue respiration, lança sa clope par terre avant de l’écraser à l’aide de son pied et se leva. Il prit son temps, essayant de se retenir d’hurler à la moindre seconde. Un enfant, c’était juste un enfant, il fallait qu’il se calme. Lorsqu’il fut complètement sur ses pieds, il s’avança lentement vers le gamin, frottant avec ses mains ses cheveux de couleur or. Ses pas s’enfoncèrent dans la terre, cassèrent une ou deux branches et il en profita pour fouiller dans sa poche afin de retrouver sa paire de gant noire qu’il enfila à la vitesse de l’éclair. Lorsque le roi fut près du gosse, il s’étonna de voir qu’il était minuscule, mais extrêmement minuscule. Il ne pouvait que confirmer qu’il était qu’un mioche, rien de plus au monde. Prince inspira longuement, posa ses mains sur ses cuisses avant d’ironiquement se mettre à sourire.

- Parce que sinon je vais me fâcher d’accord?

Il avait prit une voix irritante, semblable à celle d’un adulte s’adressa à son bébé. Son sourire ressemblait plus à une grimace et dans ses yeux on pouvait y voir une lueur de colère, une lueur qui lui disait de ne pas faire le malin avec lui. Il incrusta longuement son regard dans les yeux bleus du garçon à avant de porter son attention sur le carnet qu’il semblait fermement tenir. Prince tendit sa main, fronça futilement un de ses sourcils, comme pour dire que la menace tenait toujours.

- Donne le moi.

Sa voix s’était aggravée, faisant ainsi comprendre à la personne devant lui qu’il ne jouait plus. Il glissa sa main dans sa poche, évita de toucher à ses petits jouets pour s’empêcher d’avoir recours à la violence. De toutes les façons, le gosse devant lui ne présentait pas vraiment un danger quelconque.

Spoiler:
 



Dernière édition par Prince Valley le Mar 28 Fév - 2:04, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas


Invité

Invité
Invité


MessageSujet: Re: Drawing a Prince... [PV Prince Valley]   Dim 26 Fév - 21:22


Raven était têtu. C'était une des choses qui pouvaient le rendre très facilement fatiguant et lui causaient pas mal d'ennuis : il ne savait jamais quand la fermer. Il allait toujours au-devant du danger sans en mesurer ou réaliser vraiment le risque ; comme à présent. De toute évidence, sa petite phrase assassine avait fait son effet et prince se retenait à chaque pas de l'insulter, lui hurler dessus, bref de déverser sa rage apparemment accumulée depuis le début de la journée. Mais Raven s'en fichait. Il s'en fichait parce que lui donner des ordres était un affront. Surtout concernant ce qu'il devait faire de ses dessins. Tant pis s'il se prenait des coups, tant que sa fierté et son ego restaient intacts, se disait-il.

Tout son corps lui criait de s'enfuir, de courir jusqu'à l'autre bout de la forêt, de se réfugier dans l'académie mais il resta campé sur ses positions, tenant fermement son carnet contre lui, comme un trésor. Il voyait et attendait Prince qui s'approchait à pas lents, retenant son flux de colère. Il faisait peur, il était impressionnant, effrayant par tant de fureur contenue. Raven résista encore à l'envie de prendre ses jambes à son cou.

Lorsque Prince le surplomba de toute sa hauteur (il devait avouer que sa petite taille ne l'aidait vraiment pas lors de rapports de force) il continua de le fixer dans les yeux. Il ne cèderait pas, ça non ! Il ne devait pas ciller ni montrer le moindre signe de faiblesse. Il releva désagréablement la présence d'un rictus tout à fait horripilant sur ses lèvres, et la voix qui s'éleva à sa suite fit remonter en lui de très, très mauvais souvenirs.

-Parce que sinon je vais me fâcher d'accord ?

Dieu qu'il détestait ce ton. Une horreur pour ses oreilles. Lui qui avait toujours détesté qu'on le prenne de haut, qu'on lui parle comme à un gosse, encore une chose qui l'énervait. Il avait quinze ans, bon sang ! Pourquoi tout le monde le prenait pour un enfant alors qu'il culminait tout de même à un mètre soixante-sept ?! Il expira un grand coup pour se calmer et massa patiemment ses tempes.

Je n'aurai vraiment pas dû venir, pensa-t-il tandis qu'il entr'apercevait les yeux de Prince dériver sur son carnet de croquis.

Il le vit tendre la main et reporter son attention vers lui, un sourcil froncé pour appuyer le ton supérieur qu'il arbora en s'adressant de nouveau à lui :

-Donne le moi.

Et Raven failli péter un câble.

C'était la dernière chose qu'il donnerait au monde. La dernière. Il contenait beaucoup trop de choses précieuses pour qu'il le quitte, c'était hors de question qu'il le cède. Même si Prince ne semblait plus prêt à se retenir de le frapper ou autre. Même si il devait endurer tourments et sévices.
Rassemblant tout son courage, il fronça dédaigneusement son petit nez et arbora un large sourire hypocrite, celui qu'il réservait à ceux qu'il considérait comme de stupides grandes personnes. Prince l'avait cherché après tout.

-Hors de question.

Suicidaire ? Oui, un peu.
De toute façon, hormis son carnet il n'avait rien à perdre.

Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas


Invité

Invité
Invité


MessageSujet: Re: Drawing a Prince... [PV Prince Valley]   Mar 28 Fév - 3:00


Le gamin semblait avoir peur.

Ses mirettes qu’il tentait de plisser, montrant ainsi une soi-disant malveillance envers Prince, avait changé d’expression. Ça ne se voyait pas du premier regard, mais si on observait bien, il était facile de déduire que l’enfant aux flancs du grand exorciste ne contrôlait plus aussi bien la situation. Quand sa voix grave, à moitié transformée en celle d’une jeune fille, avait murmuré quelques mots, l’expression du petit avait changé. Sa peur ne s’était sûrement pas dissiper, mais il abordait maintenant un air de défi, un peu de colère même, ce qui n’eut don que de faire soupirer Prince. Et puis, quand il avait avancé sa main, signe comme quoi il voulait l’objet que le gosse tenait fermement entre ses bras, il avait osé le défier. Sur ses lèvres se dessina un léger sourire, d’un ton sarcastique, et de sa voix il murmura trois petits mots.

-Hors de question.

Un lourd silence plana au-dessus de leurs épaules, laissant un colibri s’envoler dans les airs tout en croasser de son bec. Comme si le temps avait deviné les sentiments du jeune Valley, un sombre nuage vint cacher la lueur de soleil, abandonnant de donner aux deux jeunes élèves un brin de lumière. Puis, après un long moment de quiétude, Prince émit un grand rictus, digne d’un diabolique tueur. Il se laissa aller, releva sa tête à plusieurs reprises, serrant ses bras autour de son ventre, comme s’il allait d’un jour à l’autre se mettre à dégueuler – bien que la concupiscence n’existait pas du tout. Trente longues secondes s’écoulèrent où seul son rire se fit entendre dans la sombre forêt de l’académie. Lorsqu’il eut fini, il regarda de ses yeux émeraudes, brillant d’une drôle de lueur machiavélique, un sourire sombre accroché à ses lèvres, son nouvel adversaire.

- Tu es un putain débile toi hein?

Il pouffa de rire en tentant d’éviter de partir dans une autre escalade de rires. Ses mains de nouveau enfoncées dans ses poches, Prince regardait le petit maintenant d’une manière beaucoup plus différente que celle qu’il avait eu quelques minutes plus tôt. Il en avait vu des gosses au cours de sa vie et c’était bien la première fois qu’un d’entre eux osait s’opposer à lui. Dire qu’il avait même été gentil! L’exorciste passa une main sur son front, ses lèvres toujours retroussées vers le haut.

- Ton carnet est ridicule. Dessiner c’est idiot de toutes les façons. Je vais te confisquer ce truc. En échange, j’te casserai pas la gueule.

Ne lui laissant pas le temps de répondre, Prince attrapa violemment son précieux carnet, tenta de lui arracher de ses mains, mais ne réussit qu’à déchirer une feuille de papier dépassant de celui-ci. Et lorsqu’il y vit les lettres de son nom écrites dessus, sa colère ne fit que grandir.

- Je rigole plus, donne le moi. Tu veux quand même pas que je compte jusqu’à trois hein?

Sur le point de péter de nouveau un câble, le blond le fixait, tapotant son pied nerveusement contre la terre boueuse. Qu’est-ce qu’il pouvait y avoir de si important dans ce cahier? Des dessins ça soulait la vie des gens. Ce n’était pas important, ça prenait du temps pour rien et généralement on pouvait rien faire avec ça dans sa vie. Ses joues brûlantes de rage, Prince n’en pouvait plus.

- Eh! Tu veux bien me dire à quoi il sert ce carnet de merde? – À présent il s’était mis à crier, je déteste quand les gens n’écoutent pas! Je ne veux pas que mon putain de portrait se retrouve gratuitement dans tes dessins merdiques.

Et voilà! Une goutte venait de déborder dans le vase de Prince. Il avait perdu son contrôle. Quelque chose avait réveillé ses douloureux souvenirs qu’ils avaient oubliés au fond de sa tête en regardant le gamin. Sa façon d’agir, de lui répondre, il lui ressemblait en fin de compte. Pas le lui de maintenant, mais l’ancien lui, et ça lui donnait franchement l’envie de vomir. Était-il donc jaloux? À cette pensée, il sentit son courroux exploser en un moment. Prenant de grandes respirations, le blondinet pencha sa tête vers ses pieds, la releva et foudroya du regard l’enfant.

- J’vais te flinguer.

C’était maintenant devenu du sérieux.
Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas


Invité

Invité
Invité


MessageSujet: Re: Drawing a Prince... [PV Prince Valley]   Dim 25 Mar - 19:15


Prince se tordait de rire devant lui. Vraiment. Il n'en croyait pas ses yeux ! D'accord, c'était un rire assez inquiétant mais Raven s'était attendu à ce qu'il réagisse autrement... Pas en se foutant de lui ! Médusé, il le fixa jusqu'à ce que l'adolescent relève sa tête vers lui, ses yeux brillant d'une étincelle de cruauté. Sur la défensive, il encaissa sans broncher sa remarque moqueuse :

-Tu es un putain de débile toi hein ?

Il pouffa encore une fois. Raven lui adressa un regard de pur dédain, le visage fermé.

- Ton carnet est ridicule. Dessiner c’est idiot de toutes les façons. Je vais te confisquer ce truc. En échange, j’te casserai pas la gueule.

Il voulut lui retirer son carnet, mais il tint bon et l'autre ne réussit qu'à arracher une feuille ; celle où s'étalait son portrait. Il vit une colère sourde grandir dans son regard. Sa main se serra plus encore sur son carnet, au point que ses jointures blêmirent instantanément.

- Je rigole plus, donne le moi. Tu veux quand même pas que je compte jusqu’à trois hein?

Il avait dit sa phrase d'un ton anormalement calme. En temps ordinaire, Raven aurait déjà prit la fuite depuis longtemps et serait en sécurité dans sa chambre -il détestait les confrontations, avec qui que ce soit. Il ne savait absolument pas quoi faire à ce stade du rapport de force. Alors il secoua tout doucement la tête, ancrant ses yeux lagon dans les émeraudes glacées qu'étaient devenus les siens. Et le barrage qui retenait tout la colère de prince sembla céder.

- Eh! Tu veux bien me dire à quoi il sert ce carnet de merde? Je déteste quand les gens n’écoutent pas! Je ne veux pas que mon putain de portrait se retrouve gratuitement dans tes dessins merdiques.

Ces paroles secouèrent Raven. Un flot de souvenirs désagréables lui revinrent en tête. Il ne voulait pas. Il ne voulait pas qu'un étranger insensible comme lui touche les dessins de sa mère, tous ses portraits, tout ce qu'elle avait créé avec lui dans ce monde de papier. Son regard se posa sur le portrait source de tout ceci. La colère se distilla en lui, et il parla d'un ton grave, sans tremblements, mu d'une rage nouvelle :

-Ferme-là. Tout crois que MOI j'ai envie que tu poses tes sales pattes sur mon carnet ?!-il rit jaune, et puis j'en ai strictement rien à foutre, de savoir si tu trouves les dessins utiles ou pas !

Il ramassa le portrait de Prince et commença à partir. Quoi qu'il lui dise, il s'en fichait maintenant ; il rentrait. Il entendit encore une fois sa voix derrière lui, et elle lui glaça le sang :

-J'vais te flinguer.

Son cerveau tournait à plein régime. Il avait refait face à Prince, pour éviter de mourir d'un coup dans le dos (le comble du déshonneur, même si ça l'importait un peu moins que le désir de survie) et réfléchissait à tout vitesse. Il déglutit lentement, une perle de sueur roula sur sa tempe.

Que lui fallait-il ? Une protection. N'importe quoi. Non, pas son carnet. Alors autre chose. Quoi ? Il n'avait rien, et dessiner un bouclier ou quelque chose du genre prendrait trop de temps si Prince décidait de le tuer dans la seconde. Il devait matérialiser un dessin déjà fait. mais les dessins de sa mère... non, il ne pouvait pas. Un dessin matérialisé ne pouvait plus revenir sur papier, après. Que lui restait-il ?

Quelque chose s'imposa dans son esprit. Le portrait de Prince. Il n'en avait pas besoin ; et le concerné voulait qu'il disparaisse. Il ignorait s'il était capable de matérialiser un être humain entier, ou au moins une réplique capable de le protéger ; mais il devait essayer. Sinon il était complètement vulnérable. Il n'avait pas le choix...

Serrant la feuille de papier dans sa réflexion, il vida son esprit. Il ne pensa plus qu'une phrase, "Qu'il apparaisse, là, devant moi, il faut que je me protège...". Il entendit le cliquetis de la sécurité qu'on enlevait. Il se concentra sur le visage puis le corps de son adversaire, repensa au dessin.

Quand il ouvrit les yeux, il ne vit plus Prince. Il vit son dos, ou plutôt celui de son exacte réplique, qui se tenait d'un air neutre entre eux.

Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas


Invité

Invité
Invité


MessageSujet: Re: Drawing a Prince... [PV Prince Valley]   Jeu 29 Mar - 2:06


Quand il avait perdu son sang-froid et crier, voir même hurler sur le pauvre petit chou devant lui, Prince s’était attendu à ce que le gamin détale en courant loin de la futaie ou même qu’il se mette à pleurer à chaudes larmes, intimidé par ses yeux meurtriers. Sauf que seul un regard de haine, suivit de paroles disgracieuses qui avaient tout simplement réussi à accroître la colère barbacane du blondinet, avait été la réaction du gosse. Du cran, il en avait en sale du cran. Et puis ça l’avait fini par son traditionnel « Je vais te tuer à l’aide des mes amours », prononcé avec une telle animosité que ça en donnait des frissons.

À sa surprise, alors qu’il s’était espéré que le petit décampe entre les arbres, ce dernier se contenta de nouveau faire face à son adversaire, ses mains tenant fermement son calepin et le portrait du Valley qu’il avait soigneusement tracer à l’aide du bout de son crayon. Regard différent de celui qu’il portait il y avait quoi, vingt secondes, Prince savait parfaitement que l’effroi venait de se réanimer dans la tête de l’enfant. Et puis qui n’aurait pas eu peur? Le visage élégant du jeune homme s’était transformé en celui d’une véritable bête prête à tuer tout ce qui bougeait. Le pensionnaire aux yeux émeraude plongea sa main à l’endroit où se trouvait ses chéries. Laquelle allait-il utiliser? Monica, Scarletta ou Élizabeth? Sans trop se poser de question, il tira de sa poche sa préférée non la moindre, Scarletta, ôta la sécurité et osa même embrasser du coin de ses lèvres sa seule et unique compagne adorée. Qu’allait-il briser en premier? Le tuer? Non, il allait faire ça en douceur, même si en réalité il n’avait jamais assassiné un humain. Des démons ou d’autres créatures, ça pouvaient aller, mais le corps d’un de ses semblables, de parenté lointaine ou pas, c’était autre chose. Bah au pire il se contenterait de lui briser un os de ses bras, celui dont il était le plus agile. Lequel déjà? Oh il lui flanquerait une balle dans les deux, beaucoup moins compliqué.

Mais à peine il eut le temps de relever ses mirettes vers sa cible qu’il eut l’impression que son cœur s’arracha de sa poitrine. Là, devant lui, ses pieds solidement encrés dans le sol, se tenait sa parfaite copie conforme. Ne contrôlant plus tout à fait ses mouvements, Prince eut le réflexe de reculer d’un pas, des pensées nerveuses le narguant de part et d’autre. Minute, d’où sortait-il cette chose? Caché derrière son autre, l’exorciste parvenait à voir le petit le regarder d’un drôle œil, fier de son travail. Ah ouais, la vache, il en avait fait un bon travail. Tous les détails, de son visage jusqu’à ses pieds, se trouvaient sur le second lui. Prince s’étouffa légèrement de rire, brandis l’arme vers la chose qui ne bougeait pas.

- C’est pas ça qui va m’arrêter…

Le tout fut suivi d’un petit rire, rire qui en réalité n’apaisait pas le prince. Il n’arrivait pas à tirer, même s’il savait que la chose devant lui était fausse. Il n’y arrivait tout simplement pas. Quelque chose de douloureux, la seule chose qui était en réalité son point faible, était là, face à ses yeux.

Lui, c’était lui son propre point faible.

Prince avait toujours été très égoïste. Il devait être le chef de tout sur terre, pas une personne ne pouvait le contredire. Mais quand il se voyait dans un miroir, cette infidèle lueur de sureté niché dans ses yeux, il perdait toujours le contrôle. Parce qu’en réalité, quand il apercevait ce corps sans vie, sans une réelle âme pour l’habiter, ses souvenirs issus de son ancienne famille lui montraient à quel point il était chétif. Comment il était destiné à rester le petit dernier, sans le moindre amour autour de lui. Amour, ouais l’amour, il n’en n’avait pas reçu depuis si longtemps, ça le tuait.

- Toi… toi…. Toi! Espèce de petit connard!

Sans s’en rendre compte, une larme issue de son œil droit glissa tout au long de sa joue froide alors qu’il sentait Scarletta tenter de retomber au sol, ses mains maintenant moites. Ce stupide bonhomme aux airs enfantins avait réussi à briser l’être du plus solide homme en un claquement de doigt. Comment? Pourquoi? Prince ne comprenait plus rien pour tout dire. Et c’est donc avec un air désespéré qu’il se mit à hurler de rage. Il hurla comme un diable qui avait foutu sa vie en l’air. Évitant de viser sur le petit, il projeta plusieurs balles contre les arbres aux alentours, comme pour se défouler, et lorsqu’il eut fini, s’écroula par terre, sa main sur ses yeux.

- Fait chier, fait chier, mais fait chier!

Voilà qu’il se mettait à pleurer comme une mauviette. Ri-di-cu-le. Combien de temps allait-il lui falloir pour qu’il puisse reparaitre devant les gens de sa classe après une telle défaite contre lui-même? Une semaine, non peut-être bien deux bonnes semaines à vrai dire. Et comble de malheur, un gamin issu de nul part le voyait là, visiblement sans rien comprendre de ce qui se passait.

- Ça va t’as gagner… Range ton bidule, tu peux garder ton portrait. ‘M’a pas te flinguer, t’en vaut pas la peine.

Doué pour les excuses? À coup sûr non, mais il espérait que le petit les comprendrais.

Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas


Invité

Invité
Invité


MessageSujet: Re: Drawing a Prince... [PV Prince Valley]   Mar 3 Avr - 17:36


Extrêmement fier de lui, Raven guettait la réaction de Prince face à son "clone". Bien sûr, il avait toujours un peu peur, mais étrangement la présence d'une sorte de protection le rassurait ; surtout que tirer sur lui-même, lui n'en serait pas capable. Mais il entendit Prince pouffer de rire et le vit lever le bras pour tirer, ricanant à mi-voix :

-C'est pas ça qui va m'arrêter...

Mais il semblait que rien n'était moins sûr. Son bras restait tendu en l'air, sans vaciller, sans un seul mouvement, même pas l'ombre d'un appui sur la gachette. Il vit son visage se fermer, ses yeux se plisser comme s'il se rappelait d'un souvenir, d'une sensation affreuse. Et son clone qui restait toujours stoïque tandis que lui semblait submergé par un flot de sentiments retenus par sa barrière de froideur. Raven sentait ses yeux se fatiguer à force de le fixer sans ciller. Il sursauta au cri de Prince :

-Toi... Toi... Toi ! Espèce de petit connard !

Un fine larme avait creusé un sillon sur la joue de l'adolescent, avant qu'il n'explose de rage et pousse un hurlement qui se répercuta dans la clairière. Médusé et tremblant, Raven le regardait tirer partout, fermant parfois les yeux lorsqu'une balle passait près de lui. Au bout d'un petit moment, n'entendant plus les coups de feu, mais juste deux ou trois jurons, il se risqua à pencher la tête pour scruter l'herbe en face de lui. Il était là, un genou à terre, la main cachant ses yeux d'où il voyait couler de fines rivières salées. Alors là, Raven ne savait plus où il en était. Une minute auparavant, on avait voulu le blesser -voire le tuer- et voilà qu'un adolescent assez dur à cuire pleurait devant lui.

Dans quel monde bizarre il avait atterri ?!

-Ça va t’as gagné… Range ton bidule, tu peux garder ton portrait. ‘Vais pas te flinguer, t’en vaut pas la peine.

Là, il eut une sorte d'arrêt de la pensée. Il réfléchi à deux solutions d'interprétations de cette phrase : soit Prince lui disait tout simplement qu'il n'était qu'un sombre crétin et qu'il ferait mieux de déguerpir maintenant qu'il n'était plus sous la menace de ses pistolets ; soit il essayait de s'excuser. Il pencha pour la deuxième solution, qui semblait plus coller à son hypothèse d'atterrissage dans une sorte d'univers parallèle où les meurtriers s'effondraient en pleurant. Il "rappela" le clone de Prince, qui s'effondra sur le sol dans une gerbe d'encre. La terre devint noire un instant puis absorba le liquide.

Raven releva les yeux vers le ciel, un rayon de soleil lui caressa le visage. Il eu un petit sourire enfantin et tendit la main vers Prince
-On devrait... rentrer à l'académie. Bon, je sais qu'on a peut-être pas démarré du bon pied mais... on pourrait être amis ?... Ou juste... que tu évites de me flinguer ? -il détourna son regard, pas sûr de lui-Moi c'est Raven. J'ai 16 ans.

Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas


Invité

Invité
Invité


MessageSujet: Re: Drawing a Prince... [PV Prince Valley]   Lun 9 Avr - 16:17


À l’intérieur de lui plusieurs émotions couraient et criaient de sortir. D’abord sa colère autant envers lui-même qu’envers le gamin à ses flancs, courroux qui n’avait pas réussi à être apaisé par son cri de rage et son défoulement avec sa très chère Scarletta. C’était comme si, parmi une tempête d'émois, elle ne voulait pas partir et restait à la surface en le narguant. Puis venait ensuite la tristesse et la honte d’être ce qu’il était. D’où venait-elle? Il n’en avait aucune idée et à coup sûr il avait le goût de se tuer pour avoir eu l’audace de se mettre à brailler comme un chèvre devant quelqu’un qu’il venait de tenter de tuer – bon peut-être qu’il ne pleurait pas tant que ça. Et ces larmes, ces larmes qui ne cessaient pas de couler sur ses joues et qui lui donnaient un air de pitié, c’était le comble du malheur. Comme si, en ce moment même, là où il était en furie, il en avait réellement eu besoin. Tout ça parce qu’un con avait mis en vie son portrait. Un putain de portrait merde. Sérieusement il avait l’impression d’être comme cette nana l’autre fois à l’hôtel qui lui avait fait une crise de la mort parce qu’elle était dans quoi déjà? Sa « semaine » ou quelque chose dans le genre? Juste à y penser ça lui donnait le goût de s’esclaffer.

-On devrait... rentrer à l'académie. Bon, je sais qu'on a peut-être pas démarré du bon pied mais... on pourrait être amis ?... Ou juste... que tu évites de me flinguer ? Moi c'est Raven. J'ai 16 ans.

Prince releva son regard vers le dénommé Raven, ses yeux rouges écarquillés comme ceux d’un poisson. Vraiment? Il avait.... 16 ans?! Ce gosse – terme qui ne marchait maintenant plus, aussi vieux que lui? Ah la blague! Il n’arrivait pas à y croire. En plus il s’appelait Raven, identique au nom que l’on avait donné à un oiseau noir peu sympathique qui ressemblait à un corbeau. Et par-dessus tout il lui demandait de rentrer à l’académie?! Le garçon à la chevelure doré fixa longuement le petit à ses avants, retroussa ses lèvres et fit la seule chose qui lui était possible de faire.

Il éclata de rire.

Mais pas un rictus malveillant qu’il avait eu plus tôt dans sa folie étrangère, non un rire doux qui ne lui était pas propre. Une sorte d’esclaffement qui ressemblait à celle d’un vrai adolescent qui riait suite à une bonne blague. Et ce rire perdura pendant de bonnes secondes à tel point qu’il fallut à Prince prendre de bonnes respirations à la fin et qu’il se mordille les lèvres afin d’éviter de repartir dans ce délire qu’il s’était tapé tout seul.

- P-putain… d-désolé je n’en pouvais p-plus… R-Raven merde, Raven!

Et c’était encore une fois reparti. À croire qu’il riait de sa ridicule phrase, mais aussi de son nom, sans une quelconque méchanceté. Parce qu’il avait l’impression aussi que cette drôle de rencontre se tournait dans une situation comique. En y pensant bien elle ne pouvait que l’être. Il ne s’était énervé que pour un portrait, chose qu’il aurait à peine porté attention s’il n’était pas dans ce mode massacrant quelques heures avant. Juste en y pensant son fou rire doubla et il se recroquevilla sur lui-même en tentant de réellement se calmer, car monsieur Raven – pouffement de rires, allait rien comprendre.

- Merde que ça fait du bien, souffla t-il en prenant des respirations.

Étrangement il n’avait pas menti cette fois-ci. Ça lui avait fait du bien de rire sincèrement devant un inconnu blondinet. En fait tout ce qui s’était passé lui avait fait du bien. Crier, hurler, flinguer des arbres, se mettre à pleurer comme une mauviette et rire. Fou, il était complètement devenu débile. Tout ça devait sûrement être du à une accumulation de travaux excessif et de manque de socialisation avec des jolies jeunes filles ahah. Prince passa une main sur son visage, se releva avant de tapoter sur la tête de Raven délicatement – il s’était retenu de lui donner une claque gratuite à l’arrière de sa tête, et fourra ses mains dans ses poches.

- T’aurais pas plus tôt envie d’aller te promener en ville? Parce que sérieusement c’est chiant l’académie à la longue… Je te paye ce que tu veux.

Et c’était suivi d’un regard qui disait « T’acceptes sinon je vais réellement te trancher la tête parce que je fais un effort d’être gentil, pour une fois », bien que ce contacte ne voulait pas vraiment être intimidant. Prince retroussa un peu ses lèvres avant de relever ses yeux vers le ciel bleu pour prendre une respiration. Il était du n’importe quoi… parfois.

Spoiler:
 


Revenir en haut Aller en bas


Invité

Invité
Invité


MessageSujet: Re: Drawing a Prince... [PV Prince Valley]   Sam 14 Avr - 23:35


Raven ne comprenait décidément rien aux réactions de son vis-à-vis. Il se dit que tous deux étaient bien lunatiques pour passer ainsi de la colère aux larmes et des larmes au rire. Mais bon, là, il ne voyait pas bien pourquoi il riait. Etait-ce lui ? Ce qu'il avait dit ? Son nom et son âge ? Il n'y avait pas de quoi rire, non ?...

Bon, en y repensant, sa réaction était la plus normale du monde. Enfin, "normal" était un mot bien inapproprié pour décrire leur situation. C'était vraiment la rencontre la plus singulière auquel il avait été confronté dans toute sa vie.
Alors il ne releva pas le rire de Prince et ne lui en voulut pas, car c'était un rire doux, déchargé de toute animosité, sincère. Comme s'il avait dit quelque chose de particulièrement drôle (bon, c'était à moitié le cas) à un ami et qu'ils riaient maintenant ensemble. Ce son le rassura, effaça le dernier soupçon de peur de son esprit et il eut un petit sourire en le voyant s'esclaffer ainsi.

-Merde, que ça fait du bien, avait-il dit en reprenant son souffle, et Raven ne pouvait être plus d'accord avec lui qu'à cet instant.

Il s'était relevé, lui faisant face, et avait eu un petit moment de réflexion avant de tapoter doucement sur sa tête. On aurait pu l'interpréter pour un geste affectueux. Le jeune sorcier ne sut quoi en penser. D'un côté c'était comme une sorte de contact fraternel, de l'autre un peu une annonce de "cessez-le-feu", qu'il ne fallait plus être sur la défensive, qu'il n'avait plus l'intention de lui faire quoi que ce soit de nuisible. Il attendit sa réponse.

-T'aurai pas plutôt envie d'aller te promener en ville ? Parce que sérieusement c'est chiant l'académie à la longue... Je te paye ce que tu veux.

Raven n'en crut pas ses oreilles. Prince essayait réellement d'être gentil ? D'accord. C'était... bizarre. Mais pas déplaisant. Il préférait ça à la menace de mort. En voyant son regard qui disait en quelque sorte "Eh, je suis gentil là alors tu fais pas chier et tu acceptes sinon ça va mal se passer (une deuxième fois) entre toi et moi.", il eut encore un petit sourire. Il était bien compliqué, ce Prince ! Et il avait visiblement du mal à être gentil par défaut, mais il ne lui en tint pas rigueur. Après tout, être méchant par nature n'est pas si mauvais si l'on sait parfois faire des efforts. Alors il essaya de faire honneur à sa tentative de gentillesse par une tentative d'humour :

-T'as intérêt à avoir le porte-monnaie bien rempli, dit-il d'un air mutin en tirant la langue, j'ai super faim ! En plus, si tu me prives de manger, je fais la scène du petit frère malheureux, je suis super fort à ça !

Il lui adressa un grand sourire et un petit rire pour lui signifier qu'il plaisantait, et commençait déjà à ranger ses affaires d'un air guilleret. A cette heure de l'après-midi, il avait bien envie d'un goûter, et si quelqu'un pouvait payer, il ne pouvait pas rater ça ! Et au fond, peut-être que Prince n'était pas si antipathique que ça... En tout cas, il était heureux de ne pas passer la fin de l'après-midi seul, même si il n'y allait sûrement pas y avoir une super ambiance (après tout, ils avaient prouvés qu'ils pouvaient former un duo explosif). Dire qu'avant il regrettait d'être venu !

Comme quoi, la vie réserve pas mal de surprises... pensa-t-il en regardant un instant le ciel qui avait reprit sa belle teinte habituelle, de très étranges surprises !

Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé

Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Drawing a Prince... [PV Prince Valley]   



Revenir en haut Aller en bas
 

Drawing a Prince... [PV Prince Valley]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Académie Klain :: 
Il était une fin
 :: ♦♦ Archives :: # Archives des RPs
-
Sauter vers: