AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Couloir : lieu regorgeant d'âpat pour vampires depuis sa création.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar


Statut : élève
Messages : 65
Mystérieuses framboise-cerises : 82

Documents
Age (ou l'age d'apparence):
Pouvoir(s):
Oh! Un vampire ~
Oh! Un vampire ~


MessageSujet: Couloir : lieu regorgeant d'âpat pour vampires depuis sa création.    Ven 25 Avr - 23:44


PV MINERVE

Elle était là, dans son lit, entrain de changer de côté toutes les cinq minutes. D'un coup elle fixait le plafond, d'un autre, elle fixait la porte, d'un autre encore, c'était le mur qui était à sa gauche, et dans les pires des cas, elle enfouissait la tête dans son oreiller. Où qu'elle posait ses yeux, elle ne trouvait pas le sommeil; elle avait beau le chercher dans chaque recoin de cette chambre, il n'était pas là. Tous les soirs c'était le même calvaire, rien d'étonnant pour la petite suceuse de sang qu'elle est. Elle est une créature de la nuit, pas du jour, si Dieu l'a doté d'yeux pouvant voir dans l'obscurité la plus sombre, ce n'est pas pour qu'elle dorme la nuit comme les misérables humains.

N'en pouvant plus de l'ennui qui se moquait d'elle, elle décida de sortir de sa chambre. C'état la quatrième nuit de suite qu'elle décidait de prendre l'air. Pour limiter les risques de se faire attraper, tout comme pour éviter les soupçons, elle avait décidé de ne sortir plus qu'une fois par semaine, voire deux fois au grand maximum. Cela l'embêterait réellement si les soupçons se tournaient vers elle; elle se verrait forcée d'arrêter son petit jeu, et qui sait, elle ne pourrait peut-être même plus boire une seule goutte de sang, tellement qu'elle serait surveillée. Malheureusement, ça ne lui servait à rien de s'imposer des limites; elle n'en faisait qu'à sa petite tête et ne les respectait pas. De plus, elle ne parvenait pas à voir comment on pourrait la soupçonner elle, à moins de l'attraper la main dans le sac. En effet, tout le monde pense d'elle qu'elle est une petite jeune fille prude, innocente, incapable de faire de mal. De plus, elle est seule dans cette immense chambre; il n'y a donc personne pour témoigner ses sorties nocturnes. Pour finir, elle n'a pas besoin d'allumer sa lumière puisqu'elle voit parfaitement dans le noir; il n'y a donc aucune preuve contre elle disant qu'elle se levait la nuit.

Elle posa alors un pied sur le sol de sa chambre, puis l'autre. A chaque pas qu'elle faisait, une grimace apparaissait sur son joli visage, jusqu'à ce qu'elle ne s'habitue au froid du sol. En effet, elle avait beau chercher ses souliers partout dans sa chambre, tout comme le sommeil, elle ne les trouvait pas.  Alors elle se voyait forcée de marcher pieds nus, même si elle n'aimait pas ça. Rapidement, elle enfila la première robe qui lui tomba sous la main, une paire de ballerines, et négligea tout le reste des préparations qu'elle faisait normalement avant de quitter sa chambre.

Doucement, elle ouvrit sa porte, et tout aussi doucement, elle la renferma. C'est à pas de loup qu'elle commença à se balader dans l'obscurité des couloirs. Elle n'avait pas pour but que de tuer le temps, elle voulait également se mettre un humain sous la dent. Ces derniers jours, elle ne tombait que sur du sang qui lui plaisait bien. Elle n'eut pas à beaucoup flâner dans les couloirs pour tomber sur quelqu'un; au contraire, ce fût même plus rapide que d'habitude. Et c'est presque avec la chance du débutant qu'elle tomba du premier coup sur un humain. Elle prit alors un air larmoyant, perdu, et apeuré. La pâle lueur de la lune qui se projetait de la fenêtre qui était à sa gauche, dévoilait une jeune fille qui se mordait presque les doigts, au visage défiguré par la peur, et aux yeux mouillés. Elle courut vers l'humain, et, avec une toute petite voix tremblotante, elle lui dit "je... j'ai entendu des bruits suspects, je suis sortie pour voir. Maintenant, je... je suis perdue. Aide moi, j'ai peur! Il fait si sombre!".

L'humain sembla attendri par la petite vampire. Elle vit un sourire, qu'il voulait sûrement lui faire pour la rassurer, sur ses lèvres. Intérieurement, elle soupira, désespérée. Elle avait affaire à un idiot. Ce sourire, elle n'avait aucune chance de le voir dans cette obscurité : un humain n'y verrait même pas le bout de son nez. Elle continua malgré tout son jeu; ce n'est pas parce que c'est un idiot que son sang aura mauvais goût, se disait-elle.
Ils avancèrent un peu. Elle attrapa brusquement sa main, et se colla à lui. Ils s'arrêtèrent de nouveau devant une fenêtre; son coup était bien calculé. C'est avec les larmes coulant sur ses joues, et reflétant la pauvre lumière de la lune qui traversait les fenêtres, qu'elle lui dit "J'ai vraiment très peur tu sais ! Il y fait vraiment trop noir, je n'y vois rien! Je suis si désolée de me coller autant à toi..."

Le jeune garçon semblait un peu gêné, elle en conclut donc que ce devait être un grand timide; il semblait tout de même apprécier sa présence, alors elle comprit qu'elle pouvait continuer sans problèmes. Il ne devait voir qu'à moitié à qui il avait affaire, la lumière de la lune dévoilait à peine son visage, et sa comédie le déformait à un tel point qu'on aurait dit qu'elle porte un masque grossier de la commedia dell'arte. Après qu'il lui ait dit que ce n'était pas grave, ils continuèrent de marcher. Elle s'arrêta brusquement, et le força à la suivre. Elle le tira sèchement sur son bras, et rapprocha son oreille de ses lèvres. Elle lui susurra une douce mélodie à l'oreille, il en fallut peu pour qu'il s'en aille dans les bras de Morphée. Après lui avoir donné une petite pichenette sur le front pour vérifier s'il était bien endormi, elle s’apprêta à lui enfoncer ses crocs dans le cou. Elle ouvrit grand la bouche, et c'est avec un énorme manque de classe, presque en salivant, qu'elle se précipita pour boire son sang.

#cc0033
Couloir : lieu regorgeant d'âpat pour vampires depuis sa création.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


Statut : Elève
Messages : 28
Mystérieuses framboise-cerises : 65

Documents
Age (ou l'age d'apparence): 13 ans
Pouvoir(s):
Oh! Un vampire ~
Oh! Un vampire ~


MessageSujet: Re: Couloir : lieu regorgeant d'âpat pour vampires depuis sa création.    Jeu 1 Mai - 19:27


Cette nuit non plus, elle ne parvenait pas à fermer l’œil. Ces insomnies étaient déjà un problème avant, mais on dirait qu’elles s’étaient accentuées depuis son entrée à l’Académie. Cela était sûrement dû au fait que malgré tous ses efforts, elle n’arrivait pas à s’intégrer. Elle avait pourtant fait de son mieux jusqu’à maintenant pour changer et devenir plus sociale mais impossible de se faire le moindre ami. Minerve poussa un long soupir, regardant la lune depuis la fenêtre du couloir.

Je devrai peut être abandonner.  Après tout, ma vie actuelle n’est pas si mal…

       C’était un mensonge, et elle le savait très bien. Passer ses journées à lire des livres à la bibliothèque tout en se refermant sur elle-même, essayant d’éviter le contact avec les autres ; et passer ses nuits à déambuler dans les couloirs, essayant d’évacuer le stress accumulé durant la journée. Non, décidément elle ne pouvait pas accepter de rester dans une telle situation.

Elle referma son livre - sur lequel elle n’avait pas du tout avancé depuis le début de la soirée, ne pouvant pas se concentrer sur la lecture – et se prépara à retourner se coucher, se disant que tout irait sûrement mieux demain. Seulement ce qu’elle entendit la fit se stopper net.

« …J'ai vraiment très peur… !»

        On aurait dit la voix, d’une petite fille. Enfin, Minerve ne s’inquiéta pas puisque d’après son ton, elle semblait s’adresser à quelqu’un d’autre. La seule chose qui la préoccupait, c’était comment elle allait éviter de les croiser. Elle n’avait pas vraiment envie de les approcher et encore moins de devoir faire la route avec eux jusqu’aux dortoirs.

       
Je n’ai qu’à les suivre de loin. Ils n’ont sûrement pas envie de marcher à côté de moi.


       Mais un bruit sourd lui fit oublier ce qu’elle était en train de penser à l’instant. C’était comme si l’une des deux personnes était tombée. Elle se précipita vers l’endroit d’où venait le bruit et s’arrêta brusquement devant la vision qui s’imposait à elle.

       Les canines de la jeune fille à qui appartenait certainement la voix de tout à l’heure brillaient sous le clair de lune et on voyait à ses yeux qu’elle était prête à se jeter sur sa proie. C’était un vampire, ça ne faisait aucun doute. Mais même après tout ce qu’elle a lu, Minerve disposait encore de peu d’informations sur cette espèce dont elle faisait partie. Pourquoi ? Alors que les humains étaient si accueillants… Pourquoi leur faire du mal ? Est-ce que tous les autres vampires étaient si… Elle ne savait pas l’histoire de la jeune fille qui se trouvait devant elle mais ce que Minerve savait, c’est que les humains étaient des gens biens. Et d’après la portion de conversation entendue plus tôt, l’humain inconscient devant le prédateur essayait seulement d’aider cette fille. Et pourtant, la fille en question l’avait dupé et s’apprêtait à planter ses crocs.

Mais à quoi je pense moi ?! C’est ça que je n’aime pas chez toi, Minerve ! Tu réfléchis mais tu n’agis pas !

       Minerve posa un pied en avant et inspira afin de s’imposer du maximum qu’elle pouvait :

« Arrête ! »

       Elle cria cela juste avant que la jeune fille n’atteigne la gorge de sa proie. Minerve était effrayée, elle ne savait pas du tout comment l’autre vampire pouvait réagir. Mais ce qu’elle savait, c’est qu’elle ne pouvait pas permettre à quelque chose comme ça d’arriver sous ses yeux.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


Statut : élève
Messages : 65
Mystérieuses framboise-cerises : 82

Documents
Age (ou l'age d'apparence):
Pouvoir(s):
Oh! Un vampire ~
Oh! Un vampire ~


MessageSujet: Re: Couloir : lieu regorgeant d'âpat pour vampires depuis sa création.    Mer 25 Juin - 22:58


PV MINERVE


“ Arrête „

Quelqu'un cria. Elle ne s'y attendait pas. Ses yeux lui permettaient sans problème de distinguer la silhouette d'une jeune fille avec une drôle de couleur de cheveux. Elle prit peur. Et le comble, c'est qu'elle ne savait même pas ce dont elle avait le plus peur : qu'on l'ait prit en plein "repas", qu'on ait vu sa vraie personnalité, ou le fait qu'on ait crié. Malgré le fait qu'elle s'imaginait déjà être faite comme un rat, prise au piège, elle était tout de même rassurée de voir que ce n'était pas un hunter ou un de ces fameux délégués qui travaillent de nuit, ou même un surveillant. Elle savait pertinemment qu'elle devait garder son sang froid, parce que ce n'était pas la première idiote qui passait dans ces couloirs qui allait lui faire vendre la mèche. Rapide et rusée comme elle est, il ne lui fallut pas plus d'une micro seconde pour trouver un plan de secours. Elle allait essayer de continuer de jouer la comédie, et avec un peu de chance, elle espérait pouvoir berner la jeune fille en face d'elle. Son seul souhait en ce moment même, c'était surtout que la jeune fille n'ait rien vu, ou alors qu'elle lui croie.

Nana releva alors subitement la tête, et fixa avec des yeux larmoyants la jeune fille. Elle put mieux l'observer, et remarqua que sa tête ne lui disait strictement rien. Après avoir poussé quelques sanglots bruyants, comme pour faire mine de se calmer, elle commença :

“ Je, j', j'étais là, avec lui, et on parlait, et il s'est évanoui ! J'ai essayé de faire quelque chose, mais il est trop lourd, je n', n'y arrive pas, j'ai besoin d'aide ! J'ai si peur dans le noir, aide moi, s'il te plait, aide moi! „

Nana était une très grande joueuse de comédie: elle pleurait sur commande, elle prenait une petite voix sur commande, et le tout de manière très convaincante. Elle balbutiait sans cesse des demandes d'aide ou bien des "j'ai peur". Elle attendait à ce que la jeune inconnue réagisse, et cherchait un autre plan en attendant. Elle n'oserait jamais l'admettre, mais tout au fond d'elle, elle était complètement terrifiée. Elle ne voulait pas être privée de libertée, ou pire encore mourir. Il lui fallait trouver un second plan très rapidement, même si elle était persuadée que sa comédie était parfaite. Elle devait avoir le dernier mot.

Elle ne s'arrêtait ni de sangloter, ni de marmonner des mots dans sa barbe tout en avalant un peu de ses larmes. Elle pleurait comme une fontaine. Elle espérait que tout ce boucan ne réveillerait personne, et surtout pas sa proie. Elle espérait que tout ne soit pas perdu. En pensant au sommeil des autres, elle s'est souvenue qu'elle avait un pouvoir. Elle comprit alors qu'il serait son parfait plan 2.


#cc0033
Couloir : lieu regorgeant d'âpat pour vampires depuis sa création.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé

Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Couloir : lieu regorgeant d'âpat pour vampires depuis sa création.    



Revenir en haut Aller en bas
 

Couloir : lieu regorgeant d'âpat pour vampires depuis sa création.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Académie Klain :: 
L'Académie
 :: 
♦♦ Couloirs
-
Sauter vers: